RSS articles
Français  |  Nederlands

Jeudi noir : un suicide en centre fermé et une immolation par le feu à Fedasil - Zwarte donderdag : zelfmoord in een gesloten centrum en zelfverbranding bij Fedasil

posté le 02/04/15 Mots-clés  répression / contrôle social  No Border  sans-papiers 

[EN lower]

On le dira jamais assez : Les politiques migratoires tuent, que se soit à la frontière ou après !

L’Etat belge veut chasser les criminels ? Qu’il commence par se chasser lui-même ! (et qu’il foute la paix au reste du monde ensuite)

UN SUICIDE AU CENTRE FERME DE MERKSPLAS

Un Marocain enfermé depuis 2 mois au centre fermé de Merksplas à été retrouvé mort ce matin par ses codétenus du bloc 4. Il s’est pendu. Il ne s’alimentait déja plus depuis une semaine et n’allait pas bien du tout.

La direction du centre fermé à tenté de calmer le jeu, voire d’étouffer l’affaire. La personne avait laissé une lettre que la direction refuse de montrer aux détenus. Les détenus sont furieux de cette censure et accusent le centre de n’être pas intervenu alors qu’ils savaient parfaitement que cette personne allait très mal et ne mangeait plus. Ils refusent de s’alimenter ce jour 02/04/2015 et demandent des contacts avec l’extérieur, surtout avec des journalistes.

« Nous sommes traités comme des chiens »
« Personne ne s’inquiète pour nous »
« Il avait raison. Y a pas de solution, moi aussi je veux mourir ! ”

Depuis 13h, les prisonniers de Merksplas ne répondent plus au téléphone…à suivre…

UNE IMMOLATION DEVANT L’OFFICE DES ETRANGERS

Ce matin également au siège de Fedasil à l’Office des étrangers un homme s’est immolé. Ce Guinéen de 25 ans avait déposé sa demande en 2008. Il s’est rendu vers 11h là-bas. Il est allé aux toilettes, s’est aspergé d’essence et est sorti en feu.
Pour l’instant il est encore en vie mais dans un état critique, ses jours sont en danger.

Il y a un an déja, un mort avait été retrouvé à Bruges dans des circonstances louches. Quand aux immolations, cela doit faire au moins la troisième tentative depuis un an.
Voilà a quel point le monde est pourri et tordu.
Voilà comment la bureaucratie a le pouvoir de vie et de mort sur les gens. Voilà comment la Belgique (et tous ses confrères de l’UE) prend à la gorge une bonne centaine de milliers de personnes. Elle les prend à la gorge, les saigne à blanc pour obtenir le moindre euro (215 euros à déposer par demande de régularisation), les presse comme du bétail pour une productivité à meilleur coût (qui croit encore que l’état ne bénéficie pas du travail au noir ???), les presse comme des citrons, essore leur tête sur le presse agrume en leur injectant une peur bien profonde et permanente. Quand jour après jour, année après année, chaque seconde qui passe est une crainte de se voir contrôlé, arrêté, enfermé, expulsé, torturé, tué…. Quand chaque seconde raconte tout cela, comment ne pas péter un câble ? Et toute cette torture psychologique, toute cette misère, toutes ces pressions que les gens subissent, c’est dans l’attente d’un bout de papier.
Voilà à quel point le monde est pourri et tordu : c’est un simple tampon sur une feuille (accompagné de tout l’appareil représsif qui constitue l’encre de ce tampon) qui va accorder ou non le droit de respirer plutôt que de suffoquer, le droit de vivre plutôt que de survivre.
Et quand on veut prendre une bouffée d’air de soi-même, comme les deux personnes de Vottem qui ont tenté de s’évader cette nuit, alors c’est direction le cachot.
Comment pourrait-on s’étonner que les gens ne craquent pas au milieu de tout ça ?

Le temps n’est plus à l’étonnement, il est à la colère.

[EN]

WE WILL NEVER SAY IT ENOUGH : MIGRATION POLICIES ARE KILLING, BE IT AT THE BORDER OR AFTER

The Belgian State want to chase the criminals ? They’d better start with themselves (and leave the rest of the world in peace) !

SUICIDE AT THE CLOSED CENTRE IN MERKSPLAS

A Moroccan man who had been detained in the closed centre of Merksplas for two months was found dead this morning by his codetainees of block n°4. He hanged himself.
It had been a week already since he hadn’t fed himself and he was not feeling well at all.

The management of the closed centre tried to calm the situation, even to play the matter down. The man had left a letter that the management refused to show to the detainees. The latter are furious with this censorship and accuse the centre because no one intervened while they perfectly knew that the man was feeling very bad and that he was not feeding himself anymore.

They refuse to eat today April 2nd 2015 and ask for contacts with the outside, especially with journalists.

« They treat us like animals”.
« Nobody worries about us”.
« He was right. There is no solution, I also want to die !”

Since 1 p.m. the detainees of Merksplas no longer answer the phone… to be continued…

IMMOLATION IN FRONT OF THE FOREIGNERS OFFICE

This morning also, at the headquarters of FEDASIL in the Foreigners Office, a man set fire to himself.
This Guinean man, 25 years old, had introduced his request in 2008.
He headed to the place around 11 a.m. He went to the toilet, he sprayed himself with essence and came out in fire.
He is still alive but in a very critical condition, his days are numbered.

One year ago already, a dead body was discovered in strange and shady circumstances. As regards immolations, it must have been at least the third attempt since one year.
That is how the world is rotten and twisted.
That is how bureaucracy has the authority over people’s life and death. That is how Belgium (and all her EU colleagues) grabs hundreds of thousands of people by the throat. She grabs them by the throat, bleeds themselves dry to get a single euro (215 euros per regularisation request), treats them like cattle for a cost-effective productivity (who can still believe that the State doesn’t take advantage of undeclared work ??), squeezes the very last drop out of them, spins their head on the citrus press while injecting them a very deep and constant fear. Day after day, year after year, each second passing by brings the fear of being controled, arrested, imprisoned, deported, tortured, murdered… When each seconds brings all this, how not to go nuts ? Besides, all this psychological torture, all this misery, all this pressure those people have to go through is just to obtain a piece of paper.
That is how the world is decayed and twisted. It is a simple stamp on a sheet of paper (with all the repressive state apparatus mingled in the ink of that stamp) that will grant or not the right to breathe rather than to suffocate, the right to live rather than to survive.
And if one wants to take fresh air by themselves, like the two detainees of Vottem who tried to escape last night, they directly bring you to solitary confinement.
How could one be surprised that people are not cracking in the middle of all this ?
The time for astonishment is over, it is time for anger now.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.