RSS articles
Français  |  Nederlands

L’idée de race. Histoire d’une fiction

posté le 19/07/18 Mots-clés  antifa  histoire / archive  réflexion / analyse 

L’idée de race

Régis Meyran
Avril 2012

[Sur] L’idée de race. Histoire d’une fiction. Frédéric Monneyron et Gérard Siary, Berg International, 2012, 184 p., 19 €.

On a beaucoup écrit sur la race et le racisme, au point de penser que tout a déjà été dit. Le point de vue très large développé ici est toutefois instructif. La notion de race y est présentée comme le vecteur de diffusion de récits mythiques d’appartenance, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. L’enquête commence en Grèce antique, où l’on n’a pas vraiment observé de conflit racial, ni de rejet de l’étranger. Bien que l’identité citoyenne se soit rigidifiée dans certaines cités après les guerres médiques (comme à Athènes), la frontière entre Grecs et Barbares est restée mouvante et perméable. L’origine du motif racial remonte plutôt à la Rome antique. À la fin de l’Empire se développe l’idée de gens, c’est-à-dire de la lignée noble remontant à un ancêtre mythique. À cette même époque, la carte ethnique de l’Europe se met en place et installe l’idée d’un rapport entre le climat et le type psychologique des peuples, avec Rome et son peuple éclairé au centre du monde.


Cette mythologie fondera les débats ultérieurs sur les origines des nations, et se retrouvera, mutatis mutandis, dans l’idéologie de la pureté du sang en Espagne médiévale. L’imposition d’une séparation stricte entre juifs et chrétiens fait naître l’idée de race conçue comme une lignée de sang. Une idée que l’on retrouvera lors de la colonisation du Nouveau Monde, avec la fameuse règle de la goutte de sang séparant Blancs et Noirs : une seule goutte de sang noir dans l’ascendance fait de l’individu un Noir.


Au XIXe siècle, dans le prolongement des travaux des naturalistes, se développe la notion biologique de race, avec l’anthropologie physique, qui se superpose souvent plus qu’elle élimine la race perçue comme lignage. Les auteurs repèrent alors trois récits mythiques racontant les origines des Européens : origines asiatiques avec les Ariens ; origines nordiques avec les Hyperboréens ; origines hamitiques, reprenant le schéma biblique qui voit l’humanité comme descendant des trois fils de Noé. Enfin, l’idéologie de la race a été incorporée au nationalisme japonais au tournant du XXe siècle, et de là gagna la Chine. On la retrouve aussi dans d’autres récits d’appartenance, comme l’occultisme ou l’afrocentrisme.

https://www.scienceshumaines.com/l-idee-de-race_fr_28659.html

La race a disparu, pas le racisme, dit-on. En fait, l’idée de race n’a pas disparu, elle n’a jamais cessé d’exister avec d’autres mots pour le dire.

Dès lors qu’un groupe donné s’assigne ou se voit assigner, selon des combinaisons variées, des traits à la fois ethniques et culturels qui le fixent et le définissent comme tel, dès lors aussi qu’il se met à se forger des mythes qui l’ancrent dans une longue histoire ininterrompue, il est possible d’user d’un terme, pourtant inadapté, comme celui de race.

Aussi, pour retracer l’histoire de l’idée de race entre Grèce et Asie orientale, ce livre examine-t-il la race avant la race dans l’Antiquité et l’Europe classique, puis la race à son zénith au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle et enfin la race sans race, du lendemain de la Seconde Guerre mondiale à nos jours.

Au terme d’un parcours spatio-temporel, qui scrute la fortune de l’idée de race, il apparaît alors que l’Antiquité a forgé des récits originels dont les dérivés, les origines gentium, ont fini par engendrer, liée le plus souvent à l’idée de nation, l’idée plastique et infiniment malléable de race, laquelle continue de nourrir, souvent à notre insu, les imaginaires actuels et ce, même si d’autres termes, culture, identité, altérité ou ethnicité, ni plus justes ni plus généreux ni moins pernicieux, sont venus remplacer celui de race afin de reconduire des fictions d’appartenance.

http://www.berg-international.fr/liste_ouvrage.php?recordID=516&cate=21


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.