RSS articles
Français  |  Nederlands

LA DÉTENTION, UN OUTIL À EXCLURE : ACTION

posté le 20/11/18 Mots-clés  luttes sociales  répression / contrôle social  action 

20/11/18
LA DÉTENTION, UN OUTIL À EXCLURE

BRUXELLES, 20/11/18 - LE COLLECTIF #STOPDÉTENTION S’EST MOBILISÉ CONTRE
L’ENFERMEMENT ET LA POLITIQUE RÉPRESSIVE DE L’ETAT. LES INSTITUTIONS
ÉTATIQUES PARTICIPANT AUX SYSTÈMES D’ENFERMEMENT SE SONT RÉVEILLÉES
PLACARDÉES ET ENTOURÉES DES MESSAGES "L’EXCLUSION N’EST PAS UNE
SOLUTION. NI PRISON, NI CENTRES FERMÉS ". CETTE ACTION A UN MESSAGE
CLAIR : NON À LA DÉTENTION SOUS TOUTES SES FORMES.

"Derrière les prisons et les centres fermés, il s’agit en réalité d’un
même problème structurel, que sont les logiques d’exclusion et
dedétention" explique Camille, une activiste.

Ces dernières années, on assiste à une véritable explosion de
l’enfermement. Le nombre de places en prison et en centres fermés
augmentent constamment, et ça continue. D’une part, 13 projets
d’extensions et de constructions de prisons ont été effectués ou sont
actuellement en cours, parmi lesquels le projet de maxi-prison prévu à
Haren. D’autre part, l’extension des 5 centres fermés existants et la
construction de 3 nouveaux d’ici à 2021. De manière générale, le
gouvernement belge a intensifié ses logiques répressives en augmentant
les places dans les institutions fermées, en détricotant les droits
sociaux, en stigmatisant toujours plus certains groupes de personnes ou
en renforçant ses méthodes de tris d’êtres humains et de contrôle
permanent.
On assiste à l’élargissement des moyens d’enfermement, et ce malgré
l’inefficacité démontrée de ces dispositifs. Les chiffres témoignent
d’un système carcéral défaillant : 40% des incarcérés sont en
détention préventive et le taux de récidive est de 48,2% en Belgique.
Preuve que ces dispositifs sont uniquement symboliques et sont
construits sur la peur : ils visent uniquement à rassurer la population
sur des craintes fantasmées.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme condamne régulièrement la
Belgique pour ses conditions de détention tant en prison qu’en centres
fermés mais le collectif #StopDetention revendique la fin de toutes
formes d’enfermement et non l’amélioration des conditions. « Ces lieux
produisent de l’exclusion et renforcent une norme dominante. Si vous ne
vous conformez pas à la case imposée par la société, on vous renvoie
directement vers la case détention, sans réflexion derrière. Je
m’inquiète d’une société qui restreint le champ des possibles et propose
pour unique solution, l’oppression. »

Les revendications du collectif sont univoques : « non aux réflexes
sécuritaires et disciplinaires, non aux logiques d’exclusion ». Il
demande l’arrêt immédiat de tous les chantiers et projets de centres
fermés et prisons. Il est nécessaire de repenser la réaction sociale à
ce qui est considéré comme déviant car c’est via nos politiques que le
message de peur et d’exclusion émerge. Il est impératif de le
dénoncer.

La détention est banalisée. Pourtant : la détention désinsère,
la détention suscite la haine, la détention précarise et exclut..

Contact : stopdetention@riseup.net


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
re_gie_des_batim(...).jpg
spf_justice2.jpg(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)