RSS articles
Français  |  Nederlands

LA MARCHE POUR LA LIBERTE - PROBLEME DE RETOUR

en français plus bas

Berlin KG refuses to transport civil rights activists after “friendly” call by German criminal police
Posted on 2014/06/27 on http://freedomnotfrontex.noblogs.org/
Berlin/Brussels, 27 June 2014. After a “warning” from the federal criminal police (Bundeskriminalamt), the bus charter company BVB canceled a contract of approx. EUR 6000 for coach buses for the “March for Freedom” from Brussels to Berlin. The buses had been paid in full on 6 June and were supposed to shuttle several hundred activists back to Berlin on Saturday, 28 June. Now the activists are stuck in Brussels.
It is likely that the German police wants to prevent the Brussels activists from joining the protesters at the occupied school in Berlin, who are resisting an ongoing eviction by police armed with machine guns.
It seems that the police claimed the march group would attempt to smuggle “illegal aliens” into Germany. However, our civil rights campaign already publicly crossed the German border three times and we traveled through Luxembourg, France, Belgium and Italy. None of these governments collapsed. We suspect the criminal charge is fabricated to send non-collaborating refugees into Belgian exile and pacify the German capital.
This public-private pact between a German business and state forces reminds us of GeStaPo tactics. While we are still not clear if business works for the government or government works for business, they stand as a national front against unarmed protests for civil rights. BVB is the moral heir of the “Aryanized” corporations in whose interest Germany destroyed half of Europe.
Our lawyers are trying to talk sense into BVB, but they will probably be stubborn, assured of police protection. Support the March for Freedom’s safe return to Germany ! We need buses and public pressure against BVB and the German police.
The police seems to be making its own court decisions. How can they cancel a private contract without a court order ? When judicative, legislative and executive conspire, obedience is the only crime. As Dr. King said : “Never forget, everything Hitler did in Germany was legal !”
http://freedomnotfrontex.noblogs.org
For questions and comments :
Bus-Verkehr-Berlin KG
Grenzallee 15
D-12057 Berlin
Telefon : +49 (0) 30 / 68 38 91 – 0
Telefax : +49 (0) 30 / 68 38 91 – 50
contact@bvb.net
http://www.facebook.com/bvbberlin
http://twitter.com/Touristikgruppe
Bundeskriminalamt Berlin

FRANCAIS

La société de transports Berlin KG refuse de transporter les militants des droits civiques suite à un appel "amical" de la police criminelle allemande
Posté le 27/06/2014 sur http://freedomnotfrontex.noblogs.org/

Berlin / Bruxelles, le 27 juin 2014.
Après un "avertissement" de la police criminelle fédérale (BKA) allemande, la compagnie charter de bus BVB a annulé un contrat d’env. 6000 euros pour assurer les autocars pour la "La Marche pour la liberté" afin de rentrer de Bruxelles et rejoindre Berlin. Les bus avaient été payés en totalité à l’avance le 6 juin et étaient censés faire la navette pour plusieurs centaines de militants afin de retourner à Berlin le samedi 28 juin. Maintenant, les militants sont coincés à Bruxelles.
Il est probable que la police allemande veut empêcher les militants de Bruxelles de rejoindre les manifestants à l’école occupée à Berlin, la ou se passe pour le moment des actions de résistance à une expulsion entreprise par la police armés de mitraillettes.
Il semble que la police fasse valoir que groupe des marcheurs serait tenté de faire passer des « étrangers illégaux » en Allemagne. Cependant, notre marche pour les droits civiques avait déjà traversé la frontière allemande publiquement à trois reprises et a voyagé à travers le Luxembourg, la France, la Belgique et l’Italie. Aucun de ces gouvernements ne s’est effondré. Nous supposons que cette accusation criminelle est fabriquée afin d’engager les réfugiés non-collaborants à s’exiler en Belgique et à pacifier la capitale allemande.
Cet accord public-privé entre une entreprise privée et des autorités d’état allemandes nous rappelle les tactiques de la Gestapo. Bien que nous ne sommes pas encore au clair si c’est l’entreprise qui travaille pour le gouvernement ou le gouvernement pour les entreprises, ils se positionnent comme un front national contre des manifestants des droits civiques non armés. BVB est l’héritier moral des entreprises "aryanisées" en Allemagne dont les intérêts ont mené à la destruction la moitié de l’Europe.
Nos avocats tentent de raisonner la société BVB, mais ils vont probablement être têtus, assurés de la protection policière.
Soutenez la Marche de la liberté pour un retour en toute sécurité vers l’Allemagne !
Nous avons besoin de bus et de la pression du public contre la société BVB et la police allemande.
La police semble prendre ses propres décisions de justice.
Comment peuvent-ils annuler un contrat privé sans une ordonnance du tribunal ? Lorsque le judiciaire le législatif et l’exécutif conspirent, l’obéissance est le seul crime. Comme l’a dit le Dr King : "Ne jamais oublier, tout ce que Hitler a fait en Allemagne était légal !"

http://freedomnotfrontex.noblogs.org
Pour les questions et commentaires :
Bus-Verkehr-Berlin KG
Grenzallee 15
D-12057 Berlin
Téléphone : +49 (0) 30/68 38 91-0
Fax : +49 (0) 30/68 38 91-50
contact@bvb.net
http://www.facebook.com/bvbberlin
http://twitter.com/Touristikgruppe
Bundeskriminalamt Berlin


posté le  par René  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.