RSS articles
Français  |  Nederlands
lundi 12 avril 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 106 posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires
10h00 - Formation : « Medic tout terrain » posté le  - Agenda
samedi 1er mai 2021
00h00 - TOU•TE•S AU 1ER MAI FÉMINISTE ET RÉVOLUTIONNAIRE ! posté le  - Agenda
00h00 - Dans la rue pour le 1er Mai révolutionnaire 2021 ! posté le  - Agenda

La Santé rue de la Loi · De Zorg in de Wetstraat · Rassemblement · Bijeenkomst

posté le 30/11/20
lieu : metro Arts Loi
Mots-clés  luttes sociales 

LA SANTE RUE DE LA LOI - Rassemblement

Le gouvernement nous lâche des primes et des mesurettes mais la loi sur la délégation des soins reste en place ! Le vieux rêve de Maggie De Block est ici concrétisé par Franck Vandenbroucke. Brader nos métiers c’est mettre nos patient·es en danger !
De plus, ces primes ne concernent pas l’ensemble du secteur. En sont exclus les maisons de repos, les maisons psychiatriques, le domicile, les maisons médicales, les travailleurs et travailleuses obligé·es d’exercer avec un statut indépendant, etc. alors qu’ils et elles ont subi de plein fouet la première et la deuxième vague.

Ces mesurettes font écran aux problèmes fondamentaux que cette crise sociale et sanitaire ne fait qu’exposer sous une lumière crue. Le cœur du problème est d’avoir décidé il y a plus de 30 ans que le secteur de la santé devait devenir un marché, répondant à des logiques de rendement. Dès lors, l’augmentation de la charge de travail par travailleur·euse, la détérioration des conditions de travail et de la qualité des soins étaient inévitables.

Nous ne les laisserons pas nous leurrer ! Nous voulons un changement clair de la politique des soins. Nous refusons de travailler pour du chiffre et de soigner des numéros ! Nous voulons une politique de prévention efficace et du temps pour prendre soin de la population.

Nous voulons plus d’effectifs soignants, logistiques, administratifs et hôtelier afin de décharger le travail au chevet des patient·es et d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble des professions lié au secteur de Santé. La délégation des soins infirmiers est une solution proposée par le gouvernement pour éviter de prendre de réelles mesures et de renforcer efficacement les effectifs. Nous n’en voulons pas ! Nous voulons attirer et conserver les soignant·es sur le terrain et pour ça il faut renforcer les équipes et les salaires et pas brader la profession. Il faut un changement de logique !

Mais ce changement n’est pas proposé par le gouvernement et le ministre de la Santé, ce qui est proposé sont des pansements sur des jambes de bois afin de nous faire avaler la pilule et conserver le cap de la marchandisation. Ceci est inadmissible quand on voit les ravages d’une telle politique !

Il est urgent de réagir, pas dans deux mois, pas lors du déconfinement, maintenant ! Car la gestion actuelle de la crise sanitaire augmente le nombre de mort·es, aggrave la crise sociale et privilégie toujours la même classe sociale. Les travailleur·euses essentiel·les, les soignant·es, les petit·es indépendant·es, les précaires, sont celles et ceux qui vont payer la crise ! Et c’est inadmissible.

Rassemblons nous devant les lieux de pouvoir, là-même où sont prises les décisions, afin de dire non à leur politique ! La lutte sociale ne peut être confinée !

Rendez-vous le 11 décembre à 17h au métro Arts-Loi à Bruxelles !
- Pour le retrait immédiat de la loi de délégation des soins
- Pour plus d’effectifs dans le secteur des soins
- Pour une vraie augmentation salariale
- Pour un refinancement structurel de la santé
- Pour une véritable politique de prévention
- Pour des mesures sanitaires solidaires

Sans cela, aucune politique de santé publique respectueuse, digne et efficace ne sera possible ! La santé est un bien commun et un droit fondamental !

 ! ATTENTION : respectons le port du masque et la distanciation physique.

****************************************************************************

DE ZORG IN DE WETSTRAAT - Bijeenkomst

De regering gooit ons premies en mini-maatregelen naar het hoofd, maar de wet op het delegeren van de zorg blijft van kracht ! De oude droom van Maggie De Block wordt gerealiseerd door Franck Vandenbroucke. Onze beroepen verkwanselen betekent onze patiënten in gevaar brengen !

Bovendien hebben de premies geen betrekking op de hele sector. Ze gelden niet voor rusthuizen, psychiatrische instellingen, thuiszorg, medische instellingen, werknemers die gedwongen worden om als zelfstandige te werken, enz., ook al zijn ze hard getroffen door de eerste en tweede golf.

De mini- maatregelen dekken de fundamentele problemen toe die door deze sociale en gezondheidscrisis slechts in een hard licht worden gesteld. De kern van het probleem is dat meer dan 30 jaar geleden werd besloten dat de gezondheidssector een markt moest worden die binnen een logica van rendement moest passen. Bijgevolg waren de toename van de werklast per werknemer, de verslechtering van zowel de arbeidsomstandigheden als de kwaliteit van de zorg onvermijdelijk. We laten ons niet door hen voor de gek houden ! We willen een duidelijke verandering in het zorgbeleid. Wij weigeren te werken om cijfers te doen kloppen, we weigeren onze patiënten als nummers te zien ! We willen een doelmatig preventiebeleid en tijd om voor de bevolking te zorgen.

We willen meer zorg-, logistiek, administratief en hotelpersoneel om de werk aan het bed van de patiënten te ontlasten en de werkomstandigheden van alle beroepen in de gezondheidszorg te verbeteren. De delegatie van de verpleegkundige zorg is een oplossing die de regering neemt om geen echte maatregelen te nemen en het personeelsbestand effectief te versterken. We willen dit niet ! We willen zorgpersoneel aantrekken en behouden en daarvoor moeten de diensten versterkt en de salarissen verhoogd worden in plaats van het beroep in de solden te zetten. We hebben een verandering in de logica nodig ! Deze verandering wordt evenwel niet voorgesteld door de regering en de minister van Volksgezondheid, enkel pleisters op een houten been om ons de pil te laten slikken en het kader van de commercialisering te behouden. Dit is onaanvaardbaar als we de ravage zien waartoe het heeft geleid ! Er moet dringend gereageerd worden, niet over twee maanden, niet wanneer de lockdown over is, maar nu meteen !

Want het huidige beheer van de gezondheidscrisis verhoogt het aantal sterfgevallen, verergert de sociale crisis en bevoordeelt altijd dezelfde sociale klasse. De essentiële werknemers - de verzorgers, de zelfstandigen, de precaire werknemers - zijn degenen die de crisis zullen betalen ! En dit is onaanvaardbaar. Laten we ons verzamelen aan de Wetstraat, waar de beslissingen worden genomen, om nee te zeggen aan hun beleid ! De sociale strijd kan niet in lockdown worden gezet !

Afspraak op 11 december om 17 uur aan het metrostation Kunst-Wet in Brussel !
- Voor de onmiddellijke intrekking van de wet op de delegatie van de zorg
- Meer personeel in de zorgsector
- Een reële loonsverhoging
- Een structurele herfinanciering van de gezondheidszorg
- Een echt preventiebeleid
- Solidaire gezondheidsmaatregelen.

Zonder dit alles is er geen respectvol, waardig en doeltreffend volksgezondheidsbeleid mogelijk ! Gezondheid is een gemeenschappelijk goed en een fundamenteel recht !

Pas op : laten we het dragen van maskers en de fysieke afstand respecteren.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)