RSS articles
Français  |  Nederlands

La défense du violeur Tariq Ramadan mise à mal par ses SMS, sa demande de mise en liberté rejetée une troisième fois

posté le 27/09/18 Mots-clés  antifa  féminisme  genre / sexualité 

Les juges d’instruction ont rejeté ce mardi 25 septembre la troisième demande de mise en liberté de Tariq Ramadan après une expertise informatique à charge pour l’islamiste, incarcéré depuis sept mois en France pour deux viols qu’il conteste, a appris mercredi l’AFP de sources concordantes.

La version du suisse de 56 ans, qui niait toute relation sexuelle avec deux plaignantes, est contredite par cette expertise de son téléphone et de son ordinateur remise lundi aux magistrats, selon une source proche du dossier, qui a confirmé des informations du Muslim Post.

Le Monde, qui a pu consulter les conclusions de ce rapport d’expertise informatique, explique que le portable de l’une de ses accusatrices surnommée "Christelle" met à mal la défense de l’islamiste. Alors que ce dernier se défend d’avoir eu des "rapports fougueux, de domination" avec plaignantes, huit messages en particulier ont attiré l’attention de la justice.

Les textos envoyés à "Christelle" les 9 et 10 octobre, dont l’authenticité a été confirmée, dessinent une autre histoire que celle de Ramadan qui dit l’avoir seulement vue 20-30 minutes dans le hall du bâtiment, et se rapprochent de la version de la femme qui affirme s’être retrouvée dans sa chambre et d’y avoir été violée avec une rare violence puis abandonnée en état de choc ces mêmes jours.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.