RSS articles
Français  |  Nederlands

La gare du Nord je connais, j'ai dormi là avec maman

posté le 15/07/13 par Albertine Mots-clés  action  répression / contrôle social  logement / squats / urbanisme  No Border  réflexion / analyse 

"La gare du Nord je connais, j’ai dormi là avec maman" (Titi 5,6 ans)

La Slovaquie compte l’un des plus grand nombre de Roms en Europe. Ils ont une espérance de vie de 15 ans inférieure à celle de la moyenne nationale.
28 pour cent des enfants fréquentent l’école secondaire et environ 20 pour cent des hommes roms sont employés.

Et donc certains d’entre eux, las de conditions inhumaines prennent un bus pour quitter cette région, se rendre ailleurs et espèrent ainsi vivre moins mal, être quelqu’un, permettre aux enfants d’apprendre à lire et à écrire, n’être plus les parias...

Certains d’entre eux sont donc arrivés en Belgique, ont logé à la gare, ont été logés au Samu social, puis expulsés ils logent dans la rue.

Ils trouvent un petit coin pour s’abriter, toujours à la rue, pendant des semaines. Cependant, foire du midi oblige, même de la rue ils sont délogés ! mis à la porte de pas de porte, expulsés dans la rue de la rue, oui, faites un effort pour comprendre. La police estimant que leurs affaires faisaient tache les ont toutes embarquées.
Une douzaine d’enfants, des petits enfants, vous savez, ces petits êtres chers qui méritent toute l’attention et le bien-être possible, ceux dont on parle de "l’intérêt supérieur", oui ils sont emmenés par leurs parents pour se rendre quelque mètres plus loin à quelques pas des rails de trams, sur la voie d’accès à un parking et ainsi les trams et voitures risquent à tout moment de les écraser, mais qu’importe peut-être ? Ils sont encore plus démunis puisqu’un camion était venu embarquer tout ce qu’il avaient ; leurs vêtements, leurs matelas, leurs sacs de couchage, leurs couvertures, tout.
Mais Porte d’Anderlecht n’est pas un logement, nous sommes bien d’accord, donc, revoici les forces de l’ordre jeudi 11 qui leur apprennent que s’ils ne sont pas partis à 19h les hommes vont être emmenés à l’office des étrangers et séparés des femmes et des enfants... une tentative de pression ?

Donc, vite vite, il faut trouver un endroit où ils seraient "en sécurité".... déménagement vers le parc Maximilien où dans un petit coin à la hâte trois quatre petites tentes leur permettent de demeurer un peu moins en danger direct mais avec ce qu’on pourrait qualifier de confort de sous-base ! Et voilà qu’ils sont là... toujours dans l’attente. Les enfants passent le temps, les parents passent le temps, ils espèrent un peu de charité pour manger ou boire un peu de limonade.

Dimanche, risque de coupure d’eau, il faut bien les dégoûter d’une manière ou d’une autre. Il fait beau à "Bruxelles ma belle" !

Aucun responsable politique concerné ne prend ses responsabilités. Chacun se renvoie le problème, et en attendant les enfants traînent toujours, les familles se désespèrent.

Aujourd’hui, deux autres familles se sont jointes au groupe, la police leur laisse 48 h pour déguerpir...


posté le  par Albertine  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
2013-07-11_17.14(...).jpg

Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.