La révolte de Forest – 30 ans après

posté le 21/06/21
lieu : Librairie Par Chemins
adresse : Rue Berthelot 116 Forest, Bruxelles
Mots-clés  logement / squats / urbanisme  répression / contrôle social 

Nous vous invitons à une rencontre le 24 juin à partir de 18h30 autour de l’histoire récente de Forest et plus particulièrement du quartier Saint-Antoine dans le sillage de La révolte de Forest – 30 ans après : un débat en trois épisodes organisé par Zin TV, Alter-Echos et le centre Ten Weyngaert.

Le 10 mai 1991, ce qu’on appelle communément les « émeutes de Forest » débutaient dans le quartier Saint-Antoine, à Bruxelles. Il a suffi qu’un contrôle de police sur un jeune du coin dégénère pour que la marmite, sous pression depuis longtemps, explose. Emeutes, événements, turbulences, révolte, quel que soit la qualification de cette histoire récente, elle a marqué les esprits et les corps.

Trente ans après, quelle est l’ambiance dans le bas de Forest ?

Le magazine Alter-Echos est retourné du côté de Saint-Antoine, l’équipe de rédaction viendra présenter leur avant-dernier numéro – Forest 1991 – Les raisons de la colère : les émeutes ont eu des effets. Des dispositifs de prévention ont été implémentés. Des représentants politiques issus des communautés immigrés occupent des postes clefs. Plusieurs contrats de quartier ont entraîné une rénovation des espaces et bâtiments publics. Le bas de Forest et ses habitants sont désormais observés, ethnographiés.

La situation demeure compliquée. La gentrification est encouragée par les pouvoirs publics. Les projets immobiliers se multiplient et remplacent industries, friches et espaces verts. Le chômage est endémique, les loyers explosent, les trafics perdurent, les interventions de la police problématiques, notamment par les patrouilles de la brigade UNEUS (basée à Saint Gilles).

Le collectif des Madrés(Latifa Elmcabeni) qui lutte contre les violences policières apportera son expérience à partir de Saint-Gilles.

Le collectif des anciens du quartier Saint-Antoine (Abdelilah Boulahmoum, Kamal Bakkach, Abdel Farras, Anouar Ben Salama,…) sera présent pour témoigner d’un point de vue situé, des soubresauts du passé et de leurs impacts jusqu’à aujourd’hui.

“C’est difficile de dire que c’est pire qu’en 1991.
C’est toute la malice du processus de destruction du lien social
qui s’est mis en place depuis lors.
Le discours est aseptisé
mais les processus de discrimination sont toujours présents aujourd’hui,
bien que silencieux.”

Jean (prénom d’emprunt)
in C.Vallet, Saint-Antoine, quartier sous tension, Alter Echos n°493 (mai 2021), p.28


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
cover_493-497x40(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)