RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Le Catalogue

posté le 05/01/16 par Ludvick Erban Mots-clés  art  genre / sexualité 


GOULLAGOULLIK, chat social, http://goullagoullik.tumblr.com/, encre sur papier, 18.04.2015

La conception soumise à l’angle alpha  [1]

Le temps agit de deux manières sur la création. Par accumulation et moisissure. Toutes les deux sont des fonctions passives du temps. La première, l’accumulation et une opération d’inception, un téléchargement d’inputs dans le cerveau afin de les copier-coller dans la réalité. L’ensemble des inputs téléchargés dans le cortex cérébral constituent un magma dans lequel la conscience est plongée pour y naviguer. Les idées s’accumulent dans le magma et le densifient. La moisissure intervient ensuite et c’est l’épaisseur de sa pellicule sur les idées dans le subconscient qui donne sa profondeur à toute oeuvre. Il ne s’agit pas de créer des objets qui ont l’air vieux, mais de laisser les inceptions macérer dans le crâne. Ce cancer va continuellement altérer la substance sans toutefois la dénaturer entièrement. L’idée s’oublie, subit une mutation puis resurgit de l’inconscient pour apparaître au protagoniste comme originale et nouvelle. Dès lors, la cristallisation d’un percept en plan, maquette ou carte est essentiel pour permettre à celui-ci d’exister à l’état d’archive dans la réalité, témoignant d’un état des choses C à un moment t. L’oeuvre ne serait finalement qu’un fragment d’un tout, un instantané de l’immatériel magmatique. Toutefois, lorsque le corps des protagonistes s’incarcère dans un bureau, travailler pour un patron consiste à cristalliser le plus rapidement possible des documents de satisfaction de clientèle. Le temps s’oblitère de l’équation et les références sont directement copiés-collés de l’image d’un catalogue cool au permis de construire supprimant ainsi l’épaisseur des choses et les différents degrés de lectures qu’elle aurait pu offrir. Il ne s’agit plus que de constructions à lecture unitaire qui vont être ensuite publiée dans ces mêmes catalogues cools. Dans une volonté de rentabilité économique des actions d’un bureau sur le réel pouvons nous affirmer que le critère de qualité d’une architecture dépend de sa facilité à être communiquée et vendue à travers les médias. La production contemporaine est elle régie donc régie par sa facilitée à être diffusée ?


LEDOUX Claude Nicolas, Oikema

Papiers glacés

Si les bâtiments ne sont plus que appréhendés à travers le média. Alors le catalogue devient un filtre sélectif de perception de la réalité dont le vice est de ne faire tourner strictement que les mêmes photos, de bétons nus, d’un journal à l’autre.

De même dans les librairies, il ne s’agit plus que de magasines imprimés sur papiers glacés auxquelles s’ajoutent catalogues monographiques luisants de photos d’espaces intérieures coulées en bétons suintants. Dans ces ouvrages, l’information remplace la réflexion et le percept immédiat est le concept. Le vide infini des icônes nous rend alors nostalgique des textes de F. Derand, lorsque celui-ci déclare que “les pratiques et autres connaissances que nous prétendons vous déduire en cet ouvrage, de prime abord et à la première vue que vous en aurez ne produirons peut-être que des ténèbres ou si peu de lumière en votre esprit que si vous n’y prenez garde vous pourriez vous en dégoûter bientôt. Mais si, continuant votre dessein et vous aidant de la clarté quoique petite que la lecture vous aura donnée, vous passez à une seconde et davantage s’il en est besoin, vous trouverez enfin que vos ténèbres se dissipent et seront suivies d’une claire connaissance de ce qui, au commencement se présentait à vous comme inconcevable [2]”, dans les prolègomènes de son traité “l’architecture des voûtes”. Il anticipe déjà peut-être l’exode des bibliothèques pour les open-space où convulsent les employés de bureaux d’architecture devant la lueur blafarde de leur ordinateur qui éclaire la nuit noir de leurs rêves. Pour la photo de publication, l’employé recherche le plan diagramme ainsi que la texture du matériau optimal sous la lumière pour offrir au lecteur un produit idéal. L’effort conceptuel n’est plus intellectuel, il est graphique. Ce ne sont plus des maisons, mais des images [3]. L’architecture est réduite à n’être qu’une publicité de réalité. La représentation devient une fin, plus stimulante que la réalité qui en découle [4].


ERBAN Ludvick, Le veau d’or, métagraphie influentielle, 18.10.2015

Émancipation du régime référentiel

C’est la méthode que nous critiquons, celle de l’utilisation des références architecturales de catalogue dans le processus de conceptualisation qui génèrent des prismes sans fond et participe à un appauvrissement conceptuel. Par extension, il serait judicieux de refuser tout utilisation de référent construit car la position d’une fenêtre, l’utilisation d’une trame ou d’un matériau devrait plutôt dépendre du contexte et des protagonistes vivant l’objet que de la renommée d’une pornstar qui nous inspire. Nous croyons que l’exercice le plus urgent de la liberté est la destruction des idoles, surtout quand elles se recommandent de la liberté [5]. Et c’est peut-être aux autres domaines de spéculation humaine que nous devrions nous référer. Pouvons nous cristalliser à travers les éléments Guadesiens le capital culturel accumulé au travers des siècles afin de créer des décors inspirants pour la vie quotidienne ? Rechercher “des contextes domestiques banaux et une exaltation (…) dans la pensée et la philosophie (…) plutôt que dans un rocambolesque détaché du réel [6]”.


ROMANO Giulio, Danse de Apollon avec les muses, huile sur bois, 35×78, Galleria Palatina, palazzo pitti, Florence


Notes

[1LORDON, Frédéric, Capitalisme, désir et servitude, ed. La Fabrique, 2010

[2DERAND, François, L’architecture des voûtes, chez André Cailleau, 1743

[3PERRAUDIN, Gilles , à propos du musée des confluences, 16 Rue Imbert Colomes, novembre 2014

[4LAYL, l’état des choses contemporaines, à l’occasion de la première internationale du sous-réalisme, Lyon, 28 octobre 2014

[5DEBORD, Guy-Ernest, Position de l’internationale lettriste, dans un texte refusé pour le journal Combat le 2 novembre 1952 en infraction avec les termes de l’article 13 de la loi du 29-7-1881

[6ERBAN Ludvick, dans un texte de description, http://www.eezee.ch/, 23.05.2015

posté le  par Ludvick Erban  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
4.jpg
romano-giulio--t(...).jpg
788.jpg
2metagraphie_inf(...).jpg


Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.