RSS articles
Français  |  Nederlands

Le lobby des multinationales de l'agroalimentaire à Bruxelles occupé par des citoyens opposés au TTIP

posté le 19/12/14 Mots-clés  action  économie  luttes environnementales  D19-20  agriculture 

Le lobby des multinationales de l’agroalimentaire à Bruxelles occupé
par des citoyens opposés au TTIP

Communiqué de presse

Bruxelles, 18 décembre 2014

Ce matin, vers 8h30, une quarantaine de citoyens européens sont entrés pacifiquement dans les locaux de FoodDrinkEurope, le lobby européen des multinationales de l’agroalimentaire (Nestlé, Mondelez, Danone, Mars, Kellogg, Coca-Cola, Unilever, Cargill etc), dont les locaux de l’avenue des Nerviens se trouvent juste à côté du siège de la Commission Européenne à Bruxelles.

Critiquant l’influence excessive des multinationales de l’agroalimentaire sur les négociations transatlantiques (TTIP), les protestataires appellent les Etats Membres de l’UE à interrompre les négociations et ont affirmé ne pas vouloir partir tant que la Commission Européenne, qui négocie le TTIP au nom de l’UE, ne publierait pas les textes sur les réglementations agroalimentaires (dits “chapitre sur les mesures sanitaires et phyto-sanitaires” ou SPS) qu’elle négocie actuellement avec les USA.

La Commission a jusqu’à présent toujours refusé de les publier, arguant de leur caractère confidentiel, alors que ces textes traitent de mesures pouvant pour certaines remettre en cause des décennies de travail législatif et réglementaire aussi bien européen qu’américain.

Les protestataires affirment également leur solidarité avec les citoyens états-uniens : certaines mesures sanitaires en vigueur aux États-Unis, comme celles contre l’EBS (“vache folle”) ou les mesures favorisant les approvisionnements locaux en nourriture pour les cantines scolaires et les administrations, sont attaquées par FoodDrinkEurope qui les qualifie de “barrières au commerce”.

FoodDrinkEurope, dirigé actuellement par une ancienne directrice de Monsanto, regroupe les associations nationales de l’industrie agroalimentaire, les associations industrielles sectorielles et les multinationales du secteur. Parmi ses membres, presque tous les plus importants sont également membres du lobby américain de l’agroalimentaire (GMA, Grocery Manufacturers Association), dont les demandes prioritaires pour le TTIP sont l’abolition des restrictions européennes sur la culture de plantes GM, le boeuf aux hormones et la désinfection chimique des carcasses de volailles.

On retrouve ainsi les mêmes entreprises à la manoeuvre des deux côtés de l’Atlantique pour un accord de libre-échange dont elles seraient les principales et probablement les seules bénéficiaires. Au prix de la survie économique des paysans restants, des PME locales et de la santé publique, dans l’UE comme aux USA.

Contact : 0465534028

EU lobbying headquarters of food multinationals in Brussels
occupied by TTIP protesters

Press Release

Brussels, December 2015

This morning, around 8.30am, about 40 EU citizens peacefully occupied the premises of FoodDrinkEurope, the EU lobby group of food multinationals (Nestlé, Mondelez, Danone, Mars, Kellogg, Coca-Cola, Unilever, Cargill etc) whose office on Avenue des Nerviens is located next to the Brussels headquarters of the European Commission.

Criticising the excessive influence of food multinationals on the transatlantic talks (TTIP), the protesters call EU Member States to stop the negotiations and say they will not leave until the European Commission, which negotiates the TTIP on behalf of the whole EU, publishes the texts on food and agriculture regulations (the so-called “Sanitary and Phyto-Sanitary chapter”) that it is currently negotiating with the US.

The European Commission has always refused to publish these, saying they are confidential, whereas these texts deal with measures that, for some, could jeopardise regulations that are the outcome of decades of public legislative or regulatory work, both in the EU and in the US.

The protesters also express their solidarity with US citizens : some existing US sanitary measures, such as those against the so-called “mad cow” disease or the regulations enabling public authorities to source their food locally (for instance for school cantines), are attacked by FoodDrinkEurope which calls them “trade barriers”.

FoodDrinkEurope, currently chaired by a former Monsanto director, gathers national food industry associations, trade associations and the multinational companies in the sector. Among its members, the largest also belong to the US food industry lobby (GMA, Grocery Manufacturers Association), whose priority demands for TTIP are the dismantlement of EU restrictions on the cultivation of GM crops, on imports of beef whose growth was accelerated with artifical hormones and on imports of chlorinated chicken carcasses.

The same companies are thus pushing on both sides of the Atlantic for a free-trade agreement that will mainly and, most likely, only benefit them. At the expense of the economic survival of remaining family farms and local SMEs, as well as food safety, both in the EU and in the US.

Contact 0465534028


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.