RSS articles
Français  |  Nederlands

Le retour de l’ombre des ténèbres

posté le 05/11/17 Mots-clés  antifa  luttes sociales  répression / contrôle social 

« Ce sont souvent des jeunes qui s’instruisent, qui écoutent le discours des politiques, qui écoutent les journalistes, qui nous détestent tous et veulent en découdre. »

(Dominique Rizet, consultant justice/police de BFM TV, 26 octobre)

Tremblez, braves gens ! Planquez femmes et enfants ! Blindez vos porte ! Fuyez les cagoules ! Car oui : ILS sont de retour. Toujours aussi flippants. Prêts à semer chaos et destruction. Qui ça ? Nos Huns contemporains, bien sûr : ladite « nébuleuse de l’ultragauche ». Qui en plus se pique de « s’instruire », désormais. Alerte noire.

Et ce ne sont pas des paroles en l’air. Quand des organes de presse aussi dignes de foi que Le Parisien (« Inquiétante ultragauche »), Le Figaro (« Vandalisme : l’ombre de l’ultragauche ») ou BFM (« Incendie d’une gendarmerie à Meylan : l’ombre de l’ultragauche ») tirent la sonnette d’alarme, c’est qu’il y a péril en la demeure. Rappelez-vous « l’affaire de Tarnac » : le champ lexical était le même, les réactions politiciennes aussi. Et on était bien content d’ainsi être tenus au courant de ce qui se tramait dans l’ombre, à savoir le chaos. Certes, tout ça a fait pschitt dans les grandes largeurs. Mais ça aurait pu être vrai...

Cette fois-ci : pareil, on flippe. Une gendarmerie qui crame par-ci, une ligne THT sabotée par-là, quelques voitures de DRH qui partent en fumée. Et voilà la « Nébuleuse » de retour. En pire. Il y aurait ainsi plus de filles impliquées, frissonne Le Parisien, qui explique aussi que l’effrayant Julien Coupat prendrait des taxis pour échapper aux filatures. Lequel a l’outrecuidance de persifler dans Lundi Matin [1] : « Malgré l’immensité des moyens qui leur sont alloués, c’est toujours le même scénario mal ficelé [...] que l’on ressort du même tiroir poussiéreux. »

D’aucuns ont beau dire que tout ça est exagéré, voire mis en scène. Mais nous, au Chien Rouge, on sait bien que l’ultragauche est un vrai péril pour la démocratie. Beaucoup plus que le détricotage du système social, la mise à sac de la planète ou l’ahurissante morgue des puissants au pouvoir.

D’ailleurs, nos sources policières le confirment : la France a peur. Derechef. Il se murmure même que de dangereux gauchistes se tapiraient dans les ténèbres de locaux enfumés pour pondre des canards irrévérencieux, allant jusqu’à écorner l’image présidentielle. Du terrorisme visuel au terrorisme réel, il n’y a qu’un pas. On va donc surveiller tout ça. Et dans le prochain numéro, il y aura un dossier « Injures anti-Macron : l’ombre de l’ultra-gauche ». Il faut bien ça pour relancer les ventes.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.