RSS articles
Français  |  Nederlands

Lectures du texte de Charb censurées : "une espèce de principe de précaution débile"

posté le 28/09/18 par https://rmc.bfmtv.com/emission/lectures-du-texte-de-charb-censurees-on-est-tristes-et-en-colere-1131031.html Mots-clés  art  médias 

L’adaptation théâtrale du texte de Charb -Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes- fait l’objet de plusieurs annulations pour des raisons et pressions diverses. Pour le metteur en scène Gérald Dumont, il s’agit d’une forme de censure".

Gérald Dumont, metteur en scène de la compagnie du Théatre K, a adapté au théâtre le texte de Charb Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes :

"Le texte de Charb est un texte antiraciste qui défend toutes les minorités. Peut-être que le titre avec le mot ’islamophobie’ fait peur.

L’université de Lille II annule car elle craint des ’risques de débordement’. A mon avis, il n’y a pas de risque. C’est seulement une frousse, une forme d’autocensure. A force de se dire qu’il y a des risques, on commence à y croire. Je trouve ça terrifiant qu’il y ait une annulation pour ces raisons-là. Je n’aime pas employer cette expression ’ils ont gagné’, mais on y pense forcément.

En plus au sein d’une université qui doit être un lieu de débat, annuler est une erreur, à mon avis. C’est une espèce de principe de précaution débile. Ils veulent apparemment repousser à la rentrée, mais quelle sera la situation en octobre ? On ne sait pas, mais à mon avis rien n’est gagné.
"C’est fou le nombre de gens mal à l’aise que l’on rencontre"

Il y a une autre annulation à la Maison régionale de l’environnement et des solidarités de Lille car la Ligue des Droits de l’homme (LDH) et le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ne soutiennent pas le texte. Ils sont tous super mal à l’aise. La LDH n’approuve pas trop la ligne de Charb sur l’islam et le MRAP est en pleine discussion pour savoir comment se positionner sur ce texte. C’est fou le nombre de gens mal à l’aise qu’on rencontre.

Avec Marika Bret, la DRH de Charlie Hebdo, on est souvent ensemble et on voit bien que beaucoup de gens se posent beaucoup de questions. Alors que quand on lit le texte, on voit bien que c’est un texte profondément antiraciste. C’est un texte qui défend les musulmans. Quand on a fait des rencontres, souvent les gens comprenaient de travers ou l’avaient mal lu. C’est pour ça qu’on se bat pour faire ce texte, c’est pour ça qu’on veut le défendre, c’est pour ça qu’on essaie de le jouer en lycée ou dans les centres sociaux. Ce n’est pas toujours facile, mais on veut le défendre.

Il y a beaucoup de gens qui font semblant de ne pas comprendre ce texte, comme ils faisaient semblant de ne pas comprendre les caricatures. C’est facile, ça permet de créer une tension sans doute profitable pour certains, mais le texte explique simplement que la critique des religions, ce n’est pas du racisme. Et que 99% des musulmans en France ne font chier personne. C’est une minorité qui emmerde tout le monde.
"On se rendait compte qu’il y avait une vraie utilité"

Si j’ai eu envie de faire cette lecture, c’est qu’au bout de quelques mois après les attentats de Charlie, ils ont commencé à s’en prendre plein la tronche. Les morts comme les vivants. Pour moi, c’était insupportable, j’entendais trop de conneries. Je ne devais faire ce spectacle qu’une fois, et puis il a été repris au Luxembourg. Beaucoup de gens de l’équipe de Charlie sont venus et après on a décidé de le diffuser parce qu’on se rendait compte qu’il avait vraiment une utilité.

Avec Marika Bret, on s’est retrouvé à Ostricourt dans le nord dans un centre social où la majorité de la salle était musulmane, il y a eu des échanges chouettes. Evidemment, on a eu droit à ’ils l’ont bien cherché’, mais il y a eu une rencontre qui permettait d’expliquer les choses et c’était très important. Il ne faut pas toujours laisser la parole aux mêmes.

Il y aussi le festival d’Avignon. On avait contacté des lieux qui étaient hyper intéressés. L’idée était de faire le spectacle avec l’équipe de Charlie, des philosophes, des sociologues, des journalistes… Et puis d’un seul coup tout est parti en vrille, il y a eu abandon sur abandon. On continue à se battre pour y être mais rien n’est acquis.

Il y a une vraie régression, c’est évident. Avec Marika Bret, on est tristes et en colère. Je ne sais pas jusqu’où ça va aller. Est-ce qu’on peut continuer à parler d’islam sans avoir peur d’avoir peur ? Il y a un carcan qui s’est créé dans lequel on ne peut plus rien dire. Ce texte est pourtant simple et limpide, il faut le lire !"

_*_*_*_*_*_*_*_*__**_*_*_*__*_*_*_*_*_*_*_*_****************____________________*********

https://larmurerie.wordpress.com/2015/04/26/charb-lettre-aux-escrocs-de-lislamophobie-qui-font-le-jeu-des-racistes/

Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes

Lettre très ouverte et trop posthume aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes

la nécessaire critique antiraciste des religions et des théories racialistes / communautaristes / identitaires

Si tu penses que la critique des religions est l’expression d’un racisme, Si tu penses qu’« islam » est le nom d’un peuple, Si tu penses qu’on peut rire de tout sauf de ce qui est sacré pour toi, Si tu penses que faire condamner les blasphémateurs t’ouvrira les portes du paradis, Si tu penses que l’humour est incompatible avec l’islam, Si tu penses qu’un dessin est plus dangereux qu’un drone américain, Si tu penses que les musulmans sont incapables de comprendre le second degré, Si tu penses que les athées de gauche font le jeu des fachos et des xénophobes, Si tu penses qu’une personne née de parents musulmans ne peut être que musulmane, Si tu penses savoir combien il y a de musulmans en France, Si tu penses qu’il est essentiel de classer les citoyens selon leur religion, Si tu penses que populariser le concept d’islamophobie est le meilleur moyen de défendre l’islam, Si tu penses que défendre l’islam est le meilleur moyen de défendre les musulmans, Si tu penses qu’il est écrit dans le Coran qu’il est interdit de dessiner le prophète Muhammad, Si tu penses que caricaturer un djihadiste dans une position ridicule est une insulte faite à l’islam, Si tu penses que les fachos attaquent surtout l’islam lorsqu’ils visent un Arabe, Si tu penses que chaque communauté devrait avoir une association antiraciste dédiée, Si tu penses que l’islamophobie est le pendant de l’antisémitisme, Si tu penses que les sionistes qui dirigent le monde ont payé un nègre pour écrire ce livre, Alors, bonne lecture, parce que cette lettre a été écrite pour toi.

Le racisme ringardisé par "l’islamophobie"

Non, vraiment, le terme « islamophobie » est mal choisi s’il doit nommer la haine que certains tarés ont des musulmans. Et il n’est pas seulement mal choisi, il est dangereux.

Si on l’aborde d’un point de vue purement étymologique, l’islamophobie devrait désigner « la peur de l’islam ». Or les inventeurs, promoteurs et utilisateurs de ce terme l’emploient pour dénoncer la haine à l’égard des musulmans. Il est curieux que ce ne soit pas « musulmanophobie » et, plus largement, « racisme » qui l’aient emporté sur « islamophobie », non ? D’un point de vue étymologique, ce serait juste un peu moins branlant. Alors, pour quelle raison le terme « islamophobie » s’est-il imposé ?

Par ignorance, par fainéantise, par erreur, pour certains, mais aussi parce que beaucoup de ceux qui militent contre l’islamophobie ne le font pas en réalité pour défendre les musulmans en tant qu’individus, mais pour défendre la religion du prophète Muhammad.

Le racisme est présent dans tous les pays depuis l’invention du bouc émissaire. Il y aura probablement toujours des racistes. La solution n’est pas de perquisitionner le cerveau de tous les citoyens, à la recherche de la moindre étincelle de racisme, il s’agit d’empêcher les racistes de formuler leurs pensées nauséabondes, de revendiquer leur « droit » d’être racistes, d’exprimer leur haine.

En France, la parole raciste a été largement libérée par Sarkozy et son débat sur l’identité nationale. Lorsque la plus haute autorité de l’État s’adresse aux cons et aux salauds en leur disant « lâchez-vous, les gars », que croyez-vous que font les cons et les salauds ? Ils se mettent à dire publiquement ce qu’ils se contentaient, jusque-là, de beugler à la fin des repas de famille trop arrosés. La parole raciste, que les associations, les politiques, les intellectuels avaient réussi à confiner dans un espace compris entre la bouche du xénophobe et la porte de sa cuisine, est sortie dans la rue, elle a irrigué les médias, elle a encrassé un peu plus les tuyaux des réseaux sociaux.

Oui, on assiste à une explosion des manifestations du racisme. Mais le terme « racisme » n’est plus employé que timidement. Le terme « racisme » est tout simplement en passe d’être remplacé par celui d’« islamophobie ».

Lorsqu’une femme voilée est insultée et violentée parce qu’elle est voilée à la mode musulmane (l’insaisissable agresseur est généralement décrit comme un skinhead), l’anti-islamophobe soutient la victime en tant que représentante de l’islam. Non parce qu’il s’agit d’une citoyenne prise à partie en raison de ses croyances par un fasciste. Pour son défenseur, le plus grave est qu’elle ait été attaquée non pas en tant que citoyenne qui a le droit de s’habiller comme elle l’entend, mais en tant que femme musulmane. La vraie victime, c’est l’islam. Dieu est ainsi placé bien au-dessus de la fidèle, mais, en blessant celle-ci, c’est Dieu qu’on a cherché à atteindre. Pour le combattant anti-islamophobe, c’est ce qui est réellement intolérable.

Voilà pourquoi les anti-islamophobes dont on parlera ici ne se sont pas proclamés anti- musulmanophobes. Ils ne considèrent les musulmans qu’ils défendent que comme les instruments de Dieu.

À tel point qu’on pourrait avoir l’impression que les étrangers ou les citoyens d’origine étrangère ne sont plus agressés en France que parce qu’ils sont musulmans… Les victimes de racisme qui sont d’origine indienne, asiatique, rom, noire africaine, antillaise, etc., auront bientôt intérêt à se trouver une religion si elles veulent être défendues.

Les militant-e-s communautaristes qui essaient d’imposer aux autorités judiciaires et politiques la notion d’« islamophobie » n’ont pas d’autre but que de pousser les victimes de racisme à s’affirmer musulmanes. Que des racistes soient en plus islamophobes, pardon, mais c’est presque anecdotique. Ils sont d’abord racistes et, à travers l’islam, c’est bien l’étranger ou la personne d’origine étrangère qu’ils visent. En ne considérant plus que l’islamophobie chez le raciste, on minimise le danger raciste. Le militant antiraciste d’hier est en train de se transformer en boutiquier hyperspécialisé, dans une forme minoritaire de discrimination. Lutter contre le racisme, c’est lutter contre tous les racismes, lutter contre l’islamophobie, c’est lutter contre quoi ? Contre la critique d’une religion ou contre la détestation de ses pratiquants parce qu’ils sont d’origine étrangère ? Pendant que nous débattons pour savoir si dire que le Coran est un bouquin nul constitue une forme de racisme ou non, les racistes se marrent.

Si demain les musulmans de France se convertissent au catholicisme ou bien renoncent à toute religion, ça ne changera rien au discours des racistes : ces étrangers ou ces Français d’origine étrangère seront toujours désignés comme responsables de tous les maux.

Tiens, Mouloud et Gérard sont musulmans. Mouloud est d’origine maghrébine et vient d’une famille musulmane, Gérard est d’origine européenne et vient d’une famille catholique. Gérard s’est converti à l’islam. Tous les deux, ils sont candidats à la location d’un appartement. À revenu égal, lequel des deux musulmans a le plus de chance d’obtenir l’appartement ? Celui qui a une tête d’Arabe ou celui qui a une tête de Frankaoui ? Ce n’est pas au musulman que la location sera refusée, c’est à l’Arabe. Et que l’Arabe ne présente aucun des signes extérieurs d’appartenance à la religion musulmane ne changera rien. Que fera le militant anti-islamophobie ? Il criera à la discrimination religieuse au lieu de s’insurger contre le racisme.

Rappelons ici ce que dit le Code pénal :

« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. »

La discrimination sociale, dont on parle beaucoup moins que la discrimination religieuse parce qu’elle est plus sournoise et discrète dans son expression, est pourtant beaucoup plus prégnante en France. Les patrons sélectionnent moins leurs futurs employés en fonction de leur appartenance religieuse, supposée ou réelle, qu’en fonction, par exemple, de leur lieu de résidence. Entre Mouloud qui habite à Neuilly-sur-Seine et Mouloud qui vit à Argenteuil, lequel des deux, à compétence égale, a le plus de chance de décrocher le poste ? Mais de cette discrimination-là, qui en parle ? On discrimine massivement les gens en raison de leur origine sociale, mais – comme parmi les pauvres qu’on ne veut pas voir dans son entreprise, dans son quartier, dans son immeuble – il y a une forte proportion de personnes d’origine étrangère et, parmi elles, une importante proportion de personnes d’origine musulmane, le militant de l’islam dira que, le problème, c’est l’islamophobie.

Prenons maintenant l’exemple de Mouloud et d’Abdelkader. Tous deux sont musulmans, tous deux d’origine étrangère, tous deux plus bronzés que Gérard. Mouloud n’a pas un rond, Abdelkader est millionnaire. Auquel des deux refusera-t-on la location d’un appartement ? Au musulman Mouloud ou au millionnaire Abdelkader ?

S’il est nécessaire de refuser d’employer les termes « islamophobie » ou « christianophobie », nous y reviendrons plus loin, qu’en est-il des notions tout aussi nouvelles d’« homophobie » ou de « négrophobie » ? Pour la simple raison que le sens de ces deux termes n’est pas ambigu, même si la mode d’ajouter « -phobie » à la fin de chaque mot est parfaitement grotesque. « Homophobie » et « négrophobie » ne sont pas employés pour décrire la haine que des gens peuvent éprouver contre une idéologie ou une religion, mais bel et bien contre des êtres humains. L’homophobie n’est pas condamnable parce qu’elle serait une critique de l’homosexualité, mais parce qu’elle exprime la haine des homosexuels. De même, lorsqu’on parle de négrophobie, on parle bien de la haine que certains expriment contre les personnes noires, contre des individus.

La foi, c’est se soumettre


Croire, c’est d’abord avoir peur

D’après le Robert (non, pas le mec qui picore des cacahuètes au bar, le dictionnaire), en arabe, « islam » veut dire « soumission ». Un musulman est quelqu’un qui est soumis à Dieu. Pourquoi se soumet-il ? Parce que son dieu est le meilleur, le plus costaud, le mieux coiffé, mais surtout parce que, s’il prétend le contraire, il rôtira en enfer jusque bien après la fin du monde. Le croyant est donc prié de ne pas déconner avec Dieu sous peine de pire que la mort pour l’éternité. Doit-on dès lors poursuivre en justice tous les imams, rabbins, curés qui exhortent leurs brebis à craindre le Seigneur ? Ne contribuent-ils pas, ces dévoués serviteurs de leur Créateur, au développement d’une sorte de théophobie ?

En écoutant certains prêches, on comprend que le croyant un peu couillon et impressionnable rentre chez lui en serrant les fesses, sûr que le moindre de ses mouvements est scruté par le divin œil. Dieu est une super caméra de surveillance contre laquelle personne ne proteste sérieusement. Pourtant, elle a été mise en place sans qu’aucun élu ou citoyen ait été consulté. Passons.

Un jour, pour rire, il faudra que je publie toutes les lettres de menaces que j’ai reçues à Charlie Hebdo de la part de fascistes cathos et de fascistes musulmans. L’argument principal pour nous convaincre de cesser de blasphémer est tout bête : après notre mort, Dieu nous en fera baver des ronds de chapeau. N’est-il pas légitime que quelques âmes sensibles éprouvent une phobie des religions lorsque celles-ci les menacent ? la phobie de Dieu ?

Les premiers islamophobes seraient alors les croyant-e-s eux-mêmes. Iels pètent de trouille à l’idée que leur Dieu vengeur les punisse de la moindre incartade.

Avoir peur est un droit

Avoir peur de l’islam est sans doute crétin, absurde, et plein d’autres choses encore, mais ce n’est pas un délit. De la même manière, vous pouvez manifester votre crainte du christianisme ou du judaïsme sans réveiller un juge et mettre en branle la machine judiciaire. D’ailleurs, il peut arriver qu’un croyant ait lui-même la phobie des autres religions. On lui a appris que la sienne était la meilleure du monde. Non, pas la meilleure, la seule Vraie ! En proclamant que les textes qu’il tient pour sacrés disent la vérité, il sous-entend que les autres racontent des bobards. On peut envisager qu’il soit effrayé par la perspective que la majorité se convertisse à la fausse religion. Ou, plus exactement, que le gros de la clientèle rejoigne la concurrence. Rien d’étonnant à ce que le catholique soit islamophobe et que le musulman soit cathophobe, c’est précisément ce que leurs responsables religieux leur demandent. Ne pas aimer la religion de l’autre est le quotidien des curés de toute obédience, et ça ne semble déranger personne. Les curés, les imams et les rabbins ont le droit d’être islamophobes, judéophobes ou cathophobes sans que personne le leur reproche.

Rappelons en outre qu’une religion n’existe pas sans croyants. Un texte ne devient sacré et éventuellement dangereux que parce qu’un lecteur fanatique décide d’appliquer au premier degré ce qui est écrit dans son livre de chevet. Il faut être vraiment naïf pour prendre au pied de la lettre ce que disent les textes fondateurs de toutes les grandes religions, et il faut être particulièrement psychopathe pour vouloir reproduire chez soi ce qu’ils prônent. Bref, le problème, ce n’est ni le Coran ni la Bible, romans soporifiques, incohérents et mal écrits, mais le fidèle qui lit le Coran ou la Bible comme on lit la notice de montage d’une étagère Ikea. Il faut tout bien faire comme c’est marqué sur le papier, sinon l’univers se pète la gueule… Il faut bien égorger l’infidèle selon les pointillés, sinon Dieu va me priver de Club Med après ma mort.

Prenez n’importe quel livre de cuisine, déclarez que tout ce qui y est écrit est la Vérité et appliquez à la lettre, à vous-même et aux autres, ce que préconisent ces nouvelles Saintes Écritures. Le résultat ? Un bain de sang. Votre voisin fait des crêpes sans gluten parce qu’il est allergique ? Le Livre sacré ne

dit rien de ce cas de figure ! Brûlez votre voisin, il blasphème ! Il beurre trop le fond de son moule à tarte ? La mort !

La même expérience est réalisable avec n’importe quel bouquin. Tiens, essayez avec un livre de Stephen King pour rigoler…

Tous les courants de pensée sont soumis à la critique

Les textes « sacrés » ne sont sacrés que pour ceux qui y croient. Même si certaines associations musulmanes et catholiques œuvrent depuis des années afin que le délit de blasphème soit reconnu et puni par la justice française, personne ne risque la prison pour avoir critiqué tel ou tel dogme religieux (à part en Alsace-Moselle, on y reviendra).

Un croyant peut blasphémer dans la mesure où blasphémer a un sens pour lui. Unnon-croyant, malgré tous ses efforts, ne peut pas blasphémer. Dieu n’est sacré que pour celui qui y croit. Pour insulter ou outrager Dieu, il faut être persuadé qu’il existe. La stratégie des communautaristes maquillés en antiracistes consiste à faire passer le blasphème pour de l’islamophobie et l’islamophobie pour du racisme.

Par exemple, il ne viendrait pas à l’idée des communistes de traiter les anticommunistes de communistophobes ni de réclamer leur condamnation pour racisme anticommuniste. On peut tordre le bras à la réalité comme on veut, on ne fera pas admettre à grand monde qu’il existe une « race » communiste. La « race » islamique n’existe pas plus. Le communisme est un courant de pensée aujourd’hui minoritaire en France, régulièrement attaqué ou du moins violemment moqué par tous les fidèles défenseurs du triomphant modèle libéral. Il n’y a (hélas) pas un milliard et quelques de communistes dans le monde, le parti communiste n’est (hélas) pas le deuxième parti de France, il y a (hélas) plus de mosquées que de fédérations du parti communiste, et un communiste qui travaille en contact avec la clientèle ne peut pas arborer une belle grosse faucille et un marteau jaunes sur son tee- shirt rouge.

Si, au contraire de l’existence de Dieu, il est difficile de nier celle de Marx, de Lénine ou de Georges Marchais, ce n’est pas blasphémer, se montrer raciste ni communistophobe que de douter de la validité de leurs écrits ou de leurs discours. En France, une religion n’est pas autre chose qu’un ensemble de textes, de traditions et de coutumes parfaitement critiquables. Affubler Marx d’un nez de clown n’est ni plus ni moins outrageant et scandaleux qu’affubler Mahomet du même pif.

Dieu est assez grand-e pour se défendre tout -e seul-e

Franchement, si Dieu existe et qu’il est aussi puissant que ses serviteurs le prétendent, nous, les infidèles, les incroyants, les laïcards, les athées, les antithéistes, les mécréants, les apostats, on est mal… Nous sommes irrémédiablement condamnés aux flammes de l’enfer.

D’où cette question : pourquoi les croyants font-ils appel à la justice des hommes pour nous punir, alors que la justice divine le fera, et bien plus sévèrement que n’importe quel juge ? Qui est donc ce Dieu qu’on prétend tout-puissant, qui aurait besoin d’avocats pour nous attaquer en justice ? Dieu ne se vexe-t-il pas de constater que celui qu’il considérait jusque-là comme un bon croyant a recours à la justice plutôt qu’à la prière ? Pourquoi le fidèle ferait-il prendre à Dieu le risque d’être ridicule en perdant un procès sur terre, alors qu’il est sûr de gagner tous ses procès au ciel ? Je ne veux me fâcher avec personne, mais, du point de vue du croyant, n’est-ce pas blasphémer que de demander à des magistrats qui sont peut-être eux-mêmes des mécréants de condamner d’autres mécréants au nom de Dieu ? N’est-ce pas l’expression d’une sorte de péché d’orgueil que de prendre en charge la défense de Dieu ? Dieu, le créateur du monde, ce type large d’épaules qui joue avec notre planète comme l’automobiliste arrêté au feu rouge joue avec ses crottes de nez,a-t-il besoin de maître Tartempion pour laver son honneur ?

En attaquant en justice les blasphémateurs, les associations communautaristes ne prouvent qu’une chose : elles ne croient pas en Dieu.

Ou alors elles sont pour la double peine, ce qui est particulièrement méchant et pervers. Elles veulent que nous soyons condamnés ici, en France, et une seconde fois là-haut. Ou plutôt en bas, puisqu’il est communément admis que l’enfer est au sous-sol, et le paradis à l’étage.

Que des croyants veuillent faire vivre à une poignée de blasphémateurs l’enfer sur terre, c’est de la contrefaçon. Comment le plus doué des fidèles peut-il rivaliser avec Dieu en bricolant une pâle imitation de l’enfer officiel, celui où la peau des suppliciés repousse chaque fois qu’on la pèle ? Disneyland attaquerait en justice tous ceux qui se risqueraient à ouvrir sans autorisation un parc copié

sur le modèle original. Il est étonnant que Dieu, réputé encore plus à cheval sur la réglementation que les héritiers Disney, ne punisse pas sévèrement les croyants bricoleurs qui se lancent dans l’exploitation sur terre d’un parc à thème dont ils ne détiennent pas les droits.

Condescendance des élites et infantilisation - Les journalistes au service de l’islamophobie

Le terme « islamophobie » ne connaîtrait pas ce succès délirant sans la complicité, le plus souvent imbécile, des médias. Pourquoi ont-ils été si prompts à s’emparer de l’islamophobie ? D’abord par fainéantise, ensuite par attrait de la nouveauté et, enfin, par intérêt commercial. Il n’y a aucune motivation antiraciste de leur part dans le fait de contribuer à populariser le terme « islamophobie ». Au contraire.

Pour le dire simplement, tout scandale qui contient le mot « islam » dans son intitulé est vendeur. Depuis l’attentat du 11 septembre 2001, les médias mettent en scène un personnage à la fois fascinant et effrayant : le terroriste islamiste. Un terroriste, ça fout les jetons, mais si vous ajoutez qu’il est islamiste, tout le monde se fait dessus. La peur se vend bien. L’islam qui fait peur se vend bien. Et l’islam qui fait peur est devenu le seul islam visible aux yeux du grand public.

Car l’islam que les médias donnent à manger à leurs consommateurs est forcément radical et poilu. Très souvent, ce que les grands médias présentent comme une information sur l’islam est en réalité une caricature. Et ça ne suscite pas de franche protestation chez les associations qui traquent l’islamophobie. Tant qu’elles sont invitées à s’exprimer sur la montée de l’islamophobie, tout le monde y trouve son compte.

En revanche, c’est lorsqu’une caricature de l’islam dit radical est présentée comme une véritable caricature, et une caricature assumée, que les chasseurs d’islamophobes s’énervent. Pour exister médiatiquement, il est en effet moins risqué de s’en prendre à un petit journal comme Charlie Hebdoque de s’attaquer aux principales chaînes de télé ou aux news magazines…

Aujourd’hui, le journaliste qui demande à un musulman de commenter la « montée de l’islamophobie » ne lui demande finalement rien d’autre que de commenter ce que les médias ont eux-mêmes créé. En résumé, il contribue à amplifier un problème et fait ensuite semblant de s’étonner de l’existence et de la persistance de ce problème. Le responsable musulman à qui le présentateur du 20 heures réclame d’exprimer son sentiment sur cette fameuse « montée de l’islamophobie » devrait lui cracher à la gueule. Il a en face de lui le promoteur de la trouille que suscite l’islam.

Les caricatures de Mahomet

Charlie Hebdo a publié des caricatures de Mahomet bien avant le scandale des caricatures danoises. Notons que les dessinateurs de Charlie Hebdo, avant l’affaire dite des « caricatures de Mahomet », étaient désignés et se désignaient eux-mêmes comme des dessinateurs de presse. Depuis, ils sont généralement présentés comme des caricaturistes.

Ne nions pas le recours à la caricature pour commenter l’actualité, mais la caricature n’est qu’un élément du dessin. Il n’y a rien de honteux là-dedans, mais ce détail montre à quel point l’affaire des caricatures de Mahomet a influencé la manière dont le grand public envisage désormais le travail des dessinateurs de Charlie Hebdo.

Le prophète des musulmans a donc été dessiné dans Charlie Hebdo bien avant cette affaire. Aucune association ni aucun journaliste ne s’est montré horrifié devant ces dessins. Quelques individus exprimaient parfois leur désapprobation par un courrier, rien de plus. Pas de manifestations, pas de menaces de mort, pas d’attentats. Ce n’est qu’après la dénonciation et l’instrumentalisation des caricatures danoises par un groupe d’extrémistes musulmans que caricaturer le prophète des croyants est devenu un sujet capable de déclencher des crises d’hystérie médiatiques et islamiques. D’abord médiatiques, et ensuite islamiques.

Lorsque, en 2006, Charlie Hebdo a réaffirmé le droit pour un dessinateur de caricaturer le terrorisme religieux en republiant les caricatures danoises de Mahomet, les médias ont braqué leurs projecteurs sur le journal satirique. Charlie Hebdo devenait lui aussi une cible potentielle de la vindicte de fous de Dieu. Une publicité délirante a été faite autour de la publication de ces dessins, non parce qu’ils étaient particulièrement choquants, mais parce qu’ils ne pouvaient être que choquants, vu ce que leur instrumentalisation avait provoqué à l’étranger.

Le dessin représentant un Mahomet avec un turban en forme de bombe est resté le plus célèbre. S’il n’a pas été compris par tout le monde de la même façon, il a pu, en revanche, être lu par tous, puisqu’il ne comportait pas de texte. Ses détracteurs ont décidé d’y voir une insulte envers tous les musulmans.

Coiffer le prophète des croyants d’une bombe, c’était suggérer que tous ses fidèles étaient des terroristes. Une autre interprétation était possible, mais elle intéressait moins les médias, dans la mesure où elle n’était pas sulfureuse et, donc, pas vendeuse. Mahomet coiffé d’une bombe pouvait dénoncer l’instrumentalisation de la religion par des terroristes. Le dessin disait : voilà ce que les terroristes font de l’islam, voilà comment les terroristes qui se réclament du Prophète le voient.

C’est parce que les médias ont décidé que la republication des caricatures de Mahomet ne pouvait que déclencher la fureur des musulmans qu’elle a déclenché la colère de quelques associations musulmanes. Colère de façade pour certaines… Dès lors que les micros et les caméras cernaient les représentants de ces associations et que les journalistes les pressaient de se prononcer sur le caractère blasphématoire de ces dessins, il fallait bien que leurs porte-parole réagissent. Il fallait montrer aux fidèles les plus énervés qu’ils étaient de vrais bons défenseurs de la foi.

Les musulman-e-s les plus radicaux compensent leur infériorité numérique par un activisme militant intense. Tout le monde s’y laisse prendre. Les associations musulmanes comme les journalistes. Parce qu’ils ont la plus grande gueule, ils sont l’islam, le vrai. La réalité, c’est que des musulmans, des croyants qui respectent toutes les obligations religieuses, il n’y en a pas beaucoup. Et, parmi ceux-là, la majorité ne s’investit pas dans des associations religieuses, qu’elles soient considérées comme modérées ou non. Et on les comprend. Ils n’ont pas besoin que quelqu’un vienne leur expliquer comment ils doivent croire.

L’islam a beau être présenté comme la deuxième religion pratiquée en France, ça ne signifie pas que tous les immigrés ou les enfants d’immigrés issus d’un pays à majorité musulmane sont des musulmans. Rappelons qu’en 2010, selon une enquête de l’INED (Institut national d’études démographiques) et de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), 2,1 millions de personnes se déclaraient musulmanes en France, tandis que 11,5 millions se disaient catholiques et 125 000, juives… Des chiffres jamais repris par les communautaristes, qui continuent de prétendre, en fonction de leur humeur, de l’air du temps ou de leurs intérêts, qu’il y a 6, 8, 10 ou même 13 millions de musulmans en France !

La foi ne se transmet heureusement pas par les gènes, comme aimeraient nous le faire croire les communautaristes et… l’extrême droite. Mais si tes parents sont musulmans, ou supposés l’être étant donné leur origine, tu seras considéré comme un musulman par les communautaristes et les fachos. Les journalistes qui ont besoin de gonfler un peu les chiffres « qui font peur » sont trop heureux que quelques leaders communautaristes en quête de reconnaissance et de pouvoir les leur servent sur un plateau.

Depuis l’épisode des caricatures de Mahomet et le retentissant procès qui suivit, Charlie Hebdo est sous une surveillance médiatique presque constante. Qu’on ose publier une couverture représentant le Prophète ou même un personnage qui pourrait être pris pour lui, et c’est parti ! Le dessin en question sera présenté comme la « nouvelle provocation de Charlie Hebdo ». Et si la télé décide que c’est une provocation, il y a toujours une bande d’abrutis pour s’estimer provoqués. Que la presse titre « scandale » et il y aura des scandalisés.

Qui sont les islamophobes ? Ceux qui prétendent que les musulmans sont suffisamment cons pour s’enflammer à la vue d’un dessin grotesque. Un dessin qu’ils n’ont pu voir massivement que parce qu’il a été montré sur toutes les chaînes… L’islamophobie n’est pas simplement un marché pour ceux qui font profession de la dénoncer, c’est un marché pour la presse qui la promeut.

***** La politique au service de l’islamophobie *****

Les journalistes ne sont pas les seuls à voir des musulmans là où il faudrait voir des citoyens. Trop de politiques jouent également contre la république en flattant le croyant supposé plutôt que le citoyen. Le communautarisme, que tout le monde dénonce dans les discours, est encouragé dans les faits.

- > Juste un exemple, inattendu puisque c’est un président de la République socialiste qui en est la vedette. Le 18 février 2014, François Hollande s’est rendu à la Grande Mosquée de Paris pour inaugurer un mémorial en l’honneur des combattants musulmans morts pour la France entre 1914 et 1918. On peut comprendre que le président fantasme quant à l’existence d’un électorat musulman, car les socialistes sont persuadés qu’il existe un « électorat musulman ». C’est-à-dire que la majorité des musulmans ne déterminerait pas son vote en fonction des idées politiques des candidats, mais en fonction du degré de sympathie que ces derniers témoignent aux musulmans. Cette idée suppose que les musulmans, prisonniers de leur identité musulmane, ne peuvent réfléchir autrement qu’en tant que musulmans. Penser cela, c’est tout simplement prendre les musulmans pour des cons. Ou pour des spaghettis trop cuits. Pour les socialistes, si tu plonges la fourchette dans le plat de musulmans et que tu tires, il y a tout qui vient. Ça fait bloc. Encore une fois, les musulmans sont considérés comme des musulmans avant d’être considérés comme des citoyens. Pourtant, ça, ce ne serait pas de l’islamophobie…

Que les responsables du culte musulman rendent hommage aux musulmans morts lors de la Première Guerre mondiale, c’est tout à fait normal. Mais qu’un président de la République rende hommage aux musulmans « morts pour la France », c’est absurde. Les peuples indigènes, les colonisés, les exploités, les esclavagisés qui ont été, pour la majorité d’entre eux, raflés et enrôlés de force ne sont pas morts pour la France en tant que musulmans. Ils sont morts en tant que chair à canon à bas coût. Et, s’ils sont bien morts pour la France, ce n’était pas un choix de leur part. Ils sont morts à cause de la France, ils sont morts pour défendre un pays qui avait volé le leur. Hollande les honore en tant que héros, alors qu’ils sont avant tout des victimes. Devant eux, ils avaient les balles allemandes, derrière eux, les baïonnettes françaises.

Dans le tas des 100 000 morts indigènes de 14-18 que l’on prétend musulmans, il serait étonnant de trouver un combattant engagé pour défendre les valeurs de l’islam… Des Poilus musulmans auraient fait le djihad pour le compte de la France ? Camarades socialistes, il ne faut peut-être pas prendre les colonisés d’hier pour les imbéciles d’aujourd’hui. Que la République élève un monument aux indigènes qu’elle a fait assassiner plutôt que d’inventer des combattants musulmans morts pour la France !

Car, enfin, Hollande s’est-il bien rendu compte du grotesque de la situation ? Il s’est recueilli sur le mémorial des combattants musulmans, pourquoi demain ne se recueillerait-il pas sur le mémorial des combattants athées, des combattants homosexuels, des combattants végétariens, des combattants albinos, des combattants francs-maçons, des combattants chrétiens orthodoxes, des combattants juifs sépharades, des combattants pacifistes, des combattants turfistes, des combattants qui croient que le Soleil tourne autour de la Terre…

La France est un salami que le PS a la fâcheuse tendance à découper en tranches communautaires. Et ce n’est pas par respect pour ces supposées communautés, mais par calcul électoraliste. Trop d’associations cultuelles étiquettent d’office « musulmans » des immigrés qui ne demandent rien d’autre que d’être traités comme des citoyens. Soit parce qu’ils ne sont pas musulmans, soit parce qu’ils n’ont pas besoin du soutien d’associations plus ou moins représentatives pour vivre leur foi.

Que Hollande joue le jeu des boutiquiers de la foi laisse pantois. Évidemment, aucun journaliste, aucun militant de la lutte contre l’islamophobie n’a critiqué le geste du président. Que les musulmans ne soient vus que comme des musulmans, c’est au fond ce qu’ils veulent tous.

Cela fait plus de trente ans que le Parti socialiste promet le droit de vote aux étrangers. C’était un engagement de campagne de François Hollande. Élu, le président a déclaré à plusieurs reprises qu’il y était favorable. Et il a attendu que le Sénat rebascule à droite pour déplorer, le 15 décembre 2014, lors de son discours d’inauguration du musée de l’Histoire de l’immigration, que l’opposition était contre cette réforme. Ouvrir le droit de vote aux étrangers non communautaires aux élections locales nécessite une révision de la Constitution à laquelle les trois cinquièmes des parlementaires doivent être favorables. François Hollande a-t-il ouvert un débat national sur la question ? Non. Il estime qu’il est moins risqué politiquement de rendre hommage à des « musulmans » morts pour la France que de se battre pour accorder aux immigrés qui participent à la vie du pays un droit légitime.

Cette élite qui infantilise les musulmans au nom de la lutte contre l’islamophobie----------------

Mais pourquoi les dessinateurs de Charlie Hebdo, qui savent que leurs dessins pourront être instrumentalisés par les médias, par les boutiquiers de l’islamophobie, par l’extrême droite musulmane ou par l’extrême droite nationaliste, s’entêtent-ils à caricaturer Mahomet ou à mettre en scène des symboles « sacrés » de l’islam ?

Tout simplement parce que les caricatures de Charlie Hebdo ne visent pas l’ensemble des musulmans. Et si, à la suite d’une surmédiatisation, l’ensemble des musulmans ont accès à ces dessins ? Les dessinateurs de Charlie Hebdo estiment que tous les musulmans ne sont pas intolérants au second degré. En vertu de quelle théorie tordue l’humour serait-il moins compatible avec l’islam qu’avec n’importe quelle autre religion ? Dire que l’islam n’est pas compatible avec l’humour est aussi absurde que prétendre que l’islam n’est pas compatible avec la démocratie ou avec la laïcité…

Si on laisse entendre qu’on peut rire de tout, sauf de certains aspects de l’islam parce que les musulmans sont beaucoup plus susceptibles que le reste de la population, que fait-on, sinon de la discrimination ? La deuxième religion du monde, la prétendue deuxième religion de France, ne devrait pas être traitée comme la première ? Il serait temps d’en finir avec ce paternalisme dégueulasse de l’intellectuel bourgeois blanc « de gauche » qui cherche à exister auprès de « pauvres malheureux sous-éduqués ». Moi, qui suis éduqué, évidemment, je comprends que Charlie Hebdo fait de l’humour, puisque, d’une part, je suis très intelligent et, d’autre part, c’est ma culture. Mais, par respect pour vous, qui n’avez pas encore découvert le second degré, je fustigerai solidairement ces dessins islamophobes que je ferai semblant de ne pas comprendre. Je me mettrai à votre niveau pour vous montrer que je vous aime… Et s’il faut que je me convertisse à l’islam pour être encore plus proche de vous, je le ferai ! Ces démagogues ridicules ont juste un énorme besoin de reconnaissance et un formidable fantasme de domination à assouvir.

Les héros de la lutte contre la prétendue islamophobie de Charlie Hebdo

Les poursuites judiciaires clownesques

D’abord, il y a M. Zaoui Saada. Ce n’est sans doute pas le plus médiatisé de nos détracteurs, mais c’est le plus pugnace. Il est à la tête (à la fois président et secrétaire général) de l’Organisation arabe unie, qui elle-même est une « branche organe » du Rassemblement démocratique algérien pour la paix et le progrès. Oui, tout ça.

Il s’est fait connaître en 2006 en poursuivant Charlie Hebdo en justice pour « délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur origine, de leur appartenance à une nation, à une religion déterminée, de provocation aux crimes et délits ». Reprenez votre souffle, ce n’est pas tout. Il nous poursuivait également pour « injure à la mémoire du prophète Mahomet, injure directe à la communauté musulmane ». Ces poursuites faisaient évidemment suite à la publication des caricatures danoises de Mahomet. Il réclamait 200 000 euros pour chacune de ses associations et 20 000 euros à titre personnel pour « préjudice moral ». C’est vrai qu’en tant que très proche du Prophète il avait sans doute été plus affecté que n’importe quel autre musulman par l’insupportable violence de la douzaine de dessins humoristiques… M. Zaoui Saada ne gagna rien, à part quelques lignes dans la presse.

En décembre 2012, M. Zaoui Saada fit de nouveau parler de lui en poursuivant Charlie Hebdo pour la publication, dans son édition du 19 septembre de la même année, de plusieurs dessins se moquant à la fois de L’Innocence des musulmans, ce « film » anti-islam diffusé sur Internet, et de la réaction excessive de certains musulmans à ce lamentable navet. Sous le titre Intouchables 2, le dessin de couverture de ce numéro de Charlie représentait un musulman dans un fauteuil roulant poussé par un juif religieux. Cettefois-ci, les deux associations de M. Zaoui Saada et M. Saada lui-même

réclamaient un total de… 782 000 euros. Tous les dessins où il était question de près ou de loin du Prophète étaient poursuivis, y compris un dessin se moquant du réalisateur de ce film anti-islam. De même qu’un dessin absurde représentant un salafiste furieux qui montre Bugs Bunny en s’exclamant : « Encore une représentation insultante de notre prophète ! » Étant donné la publicité que nous avaient faite les indignés professionnels, une seconde édition de Charlie avait dû être imprimée et mise sur le marché le vendredi. Oui, le jour sacré pour les musulmans. Croyez-le ou non, M. Saada se servit aussi de cet argument pour justifier ses poursuites…

Le jour du procès, M. Saada, représenté par son avocat, ne s’est pas déplacé devant la 17echambre du tribunal correctionnel de Paris. En effet, on pouvait comprendre que M. Saada, « conseiller en gestion » dans le civil, était retenu ailleurs. En prison, pour être exact. Soupçonné de tentative d’extorsion de fonds sur la personne d’un chef d’entreprise retraité de Jonzac(Charente-Maritime), M. Saada se trouvait en détention provisoire… Lors de la deuxième audience devant la 11e chambre de la Cour, l’avocat de M. Saada ne daigna même pas se présenter. On imagine la déception du milliard et quelques de musulmans offensés par les dessins de Charlie Hebdo que M. Saada prétendait représenter…

Autre pourfendeur notoire de Charlie Hebdo, le fameux Karim Achoui. Un avocat radié du barreau en 2012 et très régulièrement désigné comme « l’avocat du milieu » par une presse bourgeoise qui oublie que même la pègre a le droit d’être défendue. C’est sur le tard que Karim Achoui, privé de sa principale source de revenus, s’est intéressé à la défense de l’islam. En 2013, il fonde la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM), une association dont le but est de lutter contre l’islamophobie. Il se dit alors entouré d’une centaine de juristes et d’avocats. Il se vantera même d’avoir été rejoint par l’ancien ministre Roland Dumas sans que jamais l’intéressé ne s’exprime publiquement sur cet engagement.

Dès la création de son association, dont il semble être l’unique voix, il annonce qu’elle attaquera Charlie Hebdo pour incitation à la haine raciale. Le 9 août 2013 sur le site de Marianne, Achoui décrira son action comme « un combat communautaire pour des libertés individuelles ».

Sa cible : la une de Charlie Hebdo du 10 juillet 2013, dessinée par Riss. Le dessin illustrait les violences de l’armée égyptienne contre les Frères musulmans. On y voyait un islamiste tentant, en vain, de se protéger de tirs avec un Coran. Le Coran ainsi que l’homme étaient transpercés par les balles. Le texte disait : « Le Coran, c’est de la merde, ça n’arrête pas les balles. » Face à la violence physique, confronté à la mort, le croyant qui cherchait à imposer sa vision de la religion à tout un peuple réalise tragiquement que Dieu n’est pas si puissant que ça. Évidemment, ce n’est pas ce que M. Achoui a choisi de comprendre. Il n’a retenu que « le Coran, c’est de la merde ». Et il ne s’appuiera que sur cette phrase, volontairement retirée de son contexte et prise au premier degré, pour entamer des poursuites judiciaires. Un bon combattant contre l’islamophobie doit parfois se faire plus bête qu’il n’est.

En tant que directeur de la publication de Charlie Hebdo, je reçus pour le même dessin deux convocations dans deux juridictions différentes et pour deux plaintes distinctes. Devant le tribunal de grande instance de Paris, j’étais poursuivi pour incitation à la haine en raison de l’appartenance religieuse, et devant le tribunal correctionnel de Strasbourg pour blasphème. Le droit particulier à l’Alsace et à la Moselle permet en effet à des plaignants de poursuivre des citoyens pour blasphème dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Un dessin « raciste » à Parispeut-il être blasphématoire à Strasbourg ? En théorie, oui. Et en pratique aussi.

L’article 166 du Code pénal local dit : « Celui qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement contre Dieu par des propos outrageants, ou aura publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la Confédération et reconnus comme corporation, ou les institutions ou cérémonies de ces cultes ou qui, dans une église ou un autre lieu consacré à des assemblées religieuses, aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera puni d’un emprisonnement de trois ans au plus. »

Comment est-ce possible dans une république laïque ? En 1905, l’Alsace-Moselle échappe à la loi de séparation des Églises et de l’État, car le territoire est alors allemand. En 1919, lorsque la France récupère l’Alsace-Moselle, annexée par l’Allemagne de Bismarck en 1871, rien n’est fait pour adapter le droit local au droit français. Les salaires des prêtres, des pasteurs et des rabbins sont financés par l’État, et l’entretien des bâtiments religieux, catholiques, protestants et juifs, est assuré par les collectivités locales. De plus, l’« instruction religieuse » est obligatoire à l’école.

Karim Achoui a bien noté que l’islam ne fait pas partie des religions prises en compte par le droitd’Alsace-Moselle, jamais réformé depuis 1871. La logique voudrait que l’islam, censé être aujourd’hui la deuxième religion de France, soit considéré par la loi d’Alsace-Moselle au même titre que le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme. L’objectif principal de Karim Achoui en attaquant Charlie Hebdo à Strasbourg n’était pas de faire condamner le journal, mais de pointer l’incohérence du droit local. Karim Achoui n’a pas caché sa volonté de se servir de ce procès contre

Charlie Hebdo, qu’il savait perdu d’avance, pour soulever une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) auprès du Conseil constitutionnel. Son but, annoncé sur le site communautaire Oumma.com, étant de « réformer, refonder la loi de 1905 », qui selon lui « est une insulte à 5 ou 10 millions de musulmans en France ». Pas plus le droit alsacien et mosellan que la loi sur la laïcité ne considèrent l’existence des musulmans, il faut donc débattre d’une nouvelle loi qui prendrait en compte la foi de ces millions de croyants… C’est du moins ce que j’ai compris…

Nous n’aurons pas la chance d’avoir un débat avec la LDJM devant un tribunal, ni à Paris ni à Strasbourg, puisque ce collectif de grands avocats n’a pas réussi à fournir aux tribunaux concernés les pièces nécessaires, ni même à se rendre aux convocations des juges. Dommage. Notre avocat aurait bien aimé, lui aussi, pointer du doigt l’absurdité des lois d’Alsace-Moselle concernant les cultes et réclamer leur abrogation. Karim Achoui a fait beaucoup de mousse pour rien. Il a tout de même réussi à se faire élire « personnalité de l’année 2013 » par les lecteurs du site Oumma.com !

Hélas, croire en Dieu est moins décevant que croire en Karim Achoui… La dernière fois que j’ai visité le site Internet de la LDJM, il était encore en chantier. Elle n’est visiblement pas plus douée en droit qu’en informatique. Et le compte Facebook de la fameuse ligue ? Une publicité à la seule gloire de l’avocat radié du barreau.

Les associations qui se trompent de cible d’indignation------------------------------

Et que dire des signataires de cette pétition rédigée au lendemain de l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, et qui suivit la publication du numéro renommé Charia Hebdo ? Une pétition intitulée : « Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo ! » L’attentat dont fut victime

Charlie en 2011 avait été particulièrement médiatisé et largement condamné, y compris par Marine Le Pen (ce qui, heureusement, ne l’empêcha pas quelques mois plus tard de nous attaquer une fois de plus en justice). Trop largement au goût d’une poignée de journalistes, sociologues, membres du Parti des indigènes de la République ou du Collectif contre le racisme et l’islamophobie.

Leur texte commence ainsi : « Nous affirmons : qu’un cocktail Molotov lancé la nuit dans des locaux vides et n’occasionnant que des dégâts matériels ne mérite pas une mobilisation médiatique et politique supérieure à celle, pour le moins discrète, qu’occasionne l’incendie ou la mise à sac d’une mosquée ou d’un cimetière musulman. » Que répondre à cela ? Ces braves gens ont parfaitement raison sur le fond. Juste une petite précision sur les faits : l’incendie a été déclenché par deux engins incendiaires, le même jour le site Internet de Charlie Hebdo était piraté par un islamiste turc et la rédaction recevait une pluie de menaces de mort.

Ce qui ne va pas dans le texte des indignés, c’est le titre. Il laisse entendre que soutenir Charlie Hebdo, c’est aller à l’encontre de la liberté d’expression. Parmi ceux qui ont fait part de leur soutien à

Charlie Hebdo, tous, évidemment, ne soutenaient pas la ligne éditoriale du journal, mais un organe de presse indépendant attaqué dans un pays à peu près démocratique. Ce n’est pas Charlie Hebdo qui était défendu, mais le principe même de la liberté d’expression. Certes, les mosquées sont des lieux bien connus pour leur liberté d’expression, et les cimetières musulmans sont des endroits où l’on débat des grands sujets d’actualité. Charlie Hebdo était coupable de n’être ni une mosquée ni un cimetière musulman. « Il est une liberté d’expression qui est bel et bien menacée, et même plus d’une, poursuit l’appel : celle pour commencer des femmes qui voudraient s’habiller comme bon leur semble, sans qu’un État national-laïque leur impose par la loi un dress-code de bonne musulmane cheveux aux vents. » Le texte défend également les SDF, les chômeurs, les précaires, « les perpétuels recalés de

l’espace public officiel ». Pour faire avaler cet indigeste gloubi-boulga qui cherche à opposer la liberté des uns aux libertés des autres, il fallait une pincée de discours social. Il ne masque hélas pas le goût de la propagandiste cucuterie islamiste.

Ce vaillant collectif de Zorros de l’islam qui critique avec raison la presse bourgeoise a oublié de noter que cette dernière parlait largement plus des femmes voilées agressées dans la rue que des kiosquiers menacés parce qu’ils vendent Charlie Hebdo. Qu’ils se rassurent, leur conception de la liberté d’expression est en passe de l’emporter, des marchands de journaux préférant dissimuler Charlie pour éviter les ennuis que de le vendre…

** Tête d’affiche **

N’oublions pas, dans un autre registre, Al-Qaïda. Ou plutôt Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA), qui publie depuis 2010 en ligne et en anglais un magazine à destination des jeunes militants occidentaux, appelé Inspire. C’est notamment dans ce magazine que les deux jeunes Tchétchènes qui ont commis l’attentat à la bombe de Boston, le 15 avril 2013, ont trouvé la recette de l’explosif. Car le journal ne se contente pas d’inciter les benêts musulmans occidentaux à tuer des infidèles, il livre aussi quelques conseils pratiques. Prenez quelques planches dans lesquelles vous plantez en vrac de longs clous. Ensuite, rendez-vous sur une passerelle qui surplombe une autoroute. Balancez le bricolage sur les voies et constatez le résultat : des amas de ferraille et des morts au nom d’Allah. Vous venez de faire vos premiers pas dans le djihad. Véridique. Il y a plein d’autres trucs et astuces qu’il serait trop long de recenser ici.

Dans son édition de mars 2013, Inspire publie une affiche où figurent onze noms de personnalités accusées de « crimes contre l’islam » et recherchées « mortes ou vives ». J’y trouve mon nom, mal orthographié mais accompagné d’une photo où l’on peut reconnaître ma gueule effarée. Il s’agit d’une photo parue dans la presse, prise le jour de l’attentat contre Charlie Hebdo. Amusant. Sur cette affiche, je suis en plus ou moins bonne compagnie. Il y a l’incontournable Salman Rushdie, le leader de l’extrême droite néerlandaise Geert Wilders, Flemming Rose, le rédacteur en chef des pages culturelles du quotidien danois Jyllands-Posten, à l’initiative duquel furent publiées les caricatures de Mahomet, Terry Jones, un pasteur américain complètement taré qui a brûlé des corans, et d’autres heureux lauréats… Afin que les givrés à qui cette publication s’adresse comprennent bien ce qu’on attend d’eux, un flingue fumant est représenté à gauche de la tête du pasteur nazi, à sa droite une tache de sang. L’habile montage est titré « YES WE CAN » et en dessous on peut lire : « A bullet a day keeps the infidel away » (« Une balle par jour éloigne l’infidèle »). Et enfin : « Défends le Prophète Mohamed paix sur lui. »

La lutte contre l’islamophobie peut prendre des formes bien différentes (et je préfère de loin les foireuses actions de Karim Achoui, même si Inspire maîtrise mieux l’humour !), mais le but est le même : empêcher l’infidèle de blasphémer. Oui, je sais, c’est malhonnête de mettre sur le même plan des citoyens qui nous attaquent en justice


posté le  par https://rmc.bfmtv.com/emission/lectures-du-texte-de-charb-censurees-on-est-tristes-et-en-colere-1131031.html  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
charb.jpg


Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.