RSS articles
Français  |  Nederlands

Les fausses maraudes d’extrême droite

posté le 11/02/21 par liege.antifascisme.be Mots-clés  antifa  solidarité 

Récemment, il est apparu que des groupuscules d’extrêmes-droites comme le Parti National Européen (PNE) ou encore l’asbl Valeurs Nationales (dont plusieurs membres sont issu.es de multiples scissions du parti néo-nazi « Nation ») ont organisés des maraudes structurées autour de leur association au nom évocateur : « Pour les Nôtres ».

Je suis travailleur social et je bosse depuis plusieurs années dans le secteur du sans-abrisme : je pense qu’il est temps que je pousse ma gueulante. Néo-nazis, fascistes, identitaires, nationalistes haineux de tous poils : vous me répugnez et vos maraudes à base de soupe au cochon sont une honte. L’extrême-droite en aide aux plus précaires ? Un mensonge.

Tout d’abord, ces gens, dans leurs maraudes, excluent une partie significative des personnes sans-abris, c’est-à-dire les sans-papiers, les « étrangers » ou celles et ceux qu’ils assimileraient comme tels (en bref, tout ce qui ne leur semblerait pas assez belge).

Ensuite, ces individus portent un projet de société réactionnaire et moribond aux antipodes de toute avancée sociale pour les plus démuni.es. L’extrême droite, quand bien même elle cherche à se donner des airs « sociaux », ne l’a jamais été et c’est les plus pauvres qui payeront les conséquences de leurs politiques si elles étaient mises en œuvre.

En effet, tout d’abord, cette idéologie « divise » les personnes sdf entre elles et fait une distinction continue entre le « bon » et le « mauvais » sdf. Non pas sur base de ce que les gens font, mais sur base de ce qu’ils sont.Le bon sdf selon l’extrême-droite, c’est un ptit gars blanc, « bien de chez nous » (sic), Européen ou belge « de souche » (sic) qui n’a pas eu de chance dans la vie. Il ne commettrait pas d’infractions, ne se droguerait pas et ne remettrait surtout pas en cause la paix sociale si chère aux fascistes pour qui la « sécurité » et la répression sont l’alpha et l’oméga.

Le mauvais sdf, c’est tous.tes les autres : c’est le « sans-papiers » (qui aggrave son cas si en plus il est musulman), « l’étranger », le « toxicomane » ou encore le « délinquant ». Pourtant, ces réalités côtoient malheureusement souvent celles de la rue. Les précarités sociales et économiques fort présentes chez les personnes sdf ainsi que la violence inouïe de leurs situations peut mener à l’addiction ou à la prison, c’est un fait.

Je pense que tous les bénévoles et travailleurs.euses du secteurs sont conscient.es de cela. Pourtant, ils/ elles travaillent avec toutes ces personnes comme elles sont et non pas comme une hypocrite bien-pensance voudrait qu’elles soient. Pourquoi ? Simplement parce qu’elles inscrivent dans leur travail un ensemble de valeurs que l’on pourrait qualifier à minima d’humanistes. En effet, les travailleurs.euses (salarié.es ou bénévoles) du secteur cherchent à accompagner et à soutenir toute personne en difficulté, et cela sans la condition de son origine réelle ou supposée, de son passé trouble ou non ou et des divers stigmates que peuvent laisser la rue ainsi qu’un parcours de vie parfois chaotique, jalonné par toute une série d’exclusions.

Évidemment, tout cela, « pour les Nôtres » s’en contrefiche et ses membres aiment se donner bonne conscience en faisant semblant d’aider les bons sdf, ceux qui sont « bien de chez nous » (resic) et mangent du cochon (et tant pis pour les autres, qui peuvent bien crever).

Alors, il est temps de réaffirmer que toute personne à la rue et connaissant la misère doit être aidée, peu importe son origine, sa religion, son passé, ses stigmates et la façon dont ces derniers peuvent s’exprimer. Face à la misère, nous ne trions pas, sinon c’est le début de la barbarie et on ne pourra aider personne correctement dans ces conditions.

Ensuite, il est aussi temps de réaffirmer la nécessité absolue d’une société qui prendrait de véritables mesures pour aider TOUS.TES les plus démuni.es : construction en masse de logements sociaux, ré-investissement massif dans les structures de premières lignes, investissement dans les soins de santé (beaucoup de personnes souffrant de troubles psychiques se retrouvent à la rue, faute de place dans les structures adaptées), ré-investissement de la sécurité sociale, régularisation de toutes les personnes sans-papiers, réquisition de bâtiments vides, fin des politiques d’expulsions pour les squats, etc. Le sans-abrisme, dans une société aussi riche est un anachronisme et il est temps de prendre de vraies mesures pour y mettre fin.

Pour conclure, j’encourage toutes personnes à dénoncer cette capitalisation immonde que fait l’extrême droite sur la précarité en partageant cette lettre afin de mettre en lumière l’escroquerie que constitue l’association « Pour les Nôtres ».

Cette capitalisation est d’autant plus immonde qu’elle n’a nullement la vocation d’apporter un soutien régulier aux personnes sdf mais surtout à passer une après-midi de temps en temps à faire des photos pour les réseaux sociaux et utiliser la misère d’autrui pour faire la promotion d’idées répugnantes.

D’ailleurs, avant de conclure, un mot sur Nation et ses militant.es s’impose car comme expliqué précédemment, le PNE ainsi que l’asbl Valeurs Nationales sont issus de scissions avec ce parti et il est des actions abjectes qu’on ne peut ni oublier, ni pardonner. En effet, en 2015, des membres de ce parti ont passé à tabac (à six sur un) une personne sdf belge d’origine polonaise. Les faits ont été établis clairement (sur base d’une vidéo entre autre) et les militants ont été condamnés. Voir des groupes d’extrême droite qui descendent en directe ligne de ce parti se donner bonne conscience en faisant semblant d’aider des personnes à la rue est à vomir.

Pour information, pour celles et ceux qui douteraient de l’objectif partisan insidieux de cette association, sachez que leur page facebook renvoie directement au site du Parti-National Européen (scission du Parti « National-Solidariste », Nation).

Ainsi, j’encourage les citoyens à ne rien donner en temps ou en argent (car oui, ils appellent aux dons directement sur leur compte) à cette escroquerie. J’encourage aussi les associations qui auraient pu avoir des contacts avec « pour les nôtres » sans savoir ce qui se cachait derrière à dénoncer cette initiative répugnante.

Si vous désirez aider financièrement et matériellement les vrais collectifs et associations qui ne pratiquent pas d’exclusions sur le terrain, j’ai listé toute une série d’initiatives à soutenir (n’hésitez pas à le signaler si certaines ont été oubliées). Ces collectifs, associations, asbl fournissent un travail régulier, pour partie d’entre elles depuis très longtemps, dans l’ombre et sans chercher autre chose que l’amélioration des conditions de vie des personnes à la rue.

Face à l’extrême-droite, au racisme, à l’exclusion, à la précarité et à l’austérité, restons toutes et tous uni.es ! La solidarité est notre meilleure arme.

Une participant·e du Front Antifasciste de Liège 2.0

Voici une liste d’associations de confiances à soutenir (liste non-exhaustive) :

  • Sortir du bois
  • Asbl Benoît et Michel
  • Brigades de Solidarité Populaires Liège
  • Les Sentinelles de la Nuit
  • L’Oasis du partage
  • Accueil botanique
  • L’abri de jour asbl
  • Les Sans-Logis asbl
  • Opération Thermos Asbl
  • Cantine populaire « le Chaudron »
  • Smi-le asbl
  • Les Infirmiers.ères de rues
  • ICAR asbl
  • Food not Bombs
  • L’Abri de Nuit Asbl
  • Amon nos hôtes asbl
  • Asbl « la Fontaine »

posté le  par liege.antifascisme.be  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
nazi.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)