RSS articles
Français  |  Nederlands

Lundi 1Oh : La contre-attaque continue

posté le 02/01/15 Mots-clés  luttes sociales 

Premier janvier 2015. Voilà c’est fait, cette loi crapuleuse est entrée en application. Des milliers d’entre nous ont commencé à jarter, bien d’autres vont suivre. Pas d’emplois, plus d’allocs... Marche ou crève. Marche et crève.

Nous ne crèverons pas ! En tout cas, pas tout de suite, et pas de cette manière-là.

Nous en avons assez de leurs réformes odieuses. Nous en avons assez de leur richesse et de leurs gardiens. Nous en avons assez de leurs divisions méprisables, travailleurs ou chômeurs, "belges" ou immigrés.
Et nous ne serons plus dociles.

Nous savons où se trouvent leurs administrations et comment elles fonctionnent. Nous savons où ils se réunissent et comment leur image leur importe. Et nous savons où se trouvent les biens dont nous avons besoin.

Nous avons appris comment occuper des espaces et bloquer des systèmes, nous avons appris comment nous servir et comment nous organiser collectivement. Et nous comptons bien le faire !

Lundi 5 janvier, nous nous retrouverons à 10h devant l’ONEM (place Marcel Broodthaers, 4), pour une petite balade urbaine suivie d’une assemblée, où nous discuterons de nos prochains stratagèmes et de nos prochaines cibles...

A vous y voir !


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.