RSS articles
Français  |  Nederlands
lundi 19 avril 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 107 posté le  - Agenda
mardi 20 avril 2021
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires
10h00 - Formation : « Medic tout terrain » posté le  - Agenda
jeudi 29 avril 2021
samedi 1er mai 2021
00h00 - TOU•TE•S AU 1ER MAI FÉMINISTE ET RÉVOLUTIONNAIRE ! posté le  - Agenda
00h00 - Dans la rue pour le 1er Mai révolutionnaire 2021 ! posté le  - Agenda

Mawda, meurtre d’Etat : première audience publique

posté le 03/08/20 par Comité Mawda - Justice et Vérité
lieu : Tribunal de Mons
adresse : 7000 Mons, 28 Rue De Nimy
Mots-clés  répression / contrôle social  sans-papiers  action 

La première audience publique qui devra traiter du meurtre d’Etat de la petite Mawda aura lieu le jeudi 6 aout au tribunal de Mons. C’est un moment important dans la lutte pour la vérité et la justice. Nous nous devons d’être présents nombreux.

Les luttes contre les violences et les meurtres policiers ici en Belgique, comme ailleurs en occident, dans le sillage de Black Lives Matter ont révélé le rôle de la justice dans la construction de l’impunité policière. Chaque meurtre policier est ainsi converti en « homicide par légitime défense » et les victimes se trouvent systématiquement accusées de « rébellion » tandis que la police déclare toujours son usage de la violence comme proportionnée.

Encore le 19 juillet dernier, Akram, un jeune algérien résidant en Belgique est décédé après une interpellation policière, suite à un placage ventral, un policier s’agenouillant sur lui pendant une dizaine de minutes. Des pièces à conviction ont disparue et des témoins ont été intimidés alors que le corps d’Akram présentait des marques de coups. L’usage du plaquage ventral peut mener au décès de la personne immobilisée par asphyxie si la position est prolongée ou si d’autres facteurs de risques sont conjugués. Cette technique policière est dangereuse et interdite dans certains pays, cette technique se trouve également au cœur des enquêtes sur la mort d’Adama Traoré et de celle d’un livreur parisien, Cédric Chouviat.

Ces histoires en rappellent bien d’autres. La manifestation contre la négrophobie et les violences policières qui a réuni plus de 15.000 personnes le 7 juin dernier à Bruxelles a marqué un point de rupture sur ces questions. Le policier qui a armé, visé, tiré et tué la petite Mawda a commis un acte volontaire. Certes son intention n’était pas de tuer mais en tirant sur une cible en mouvement, il savait qu’il prenait un grand risque, c’est précisément la définition du « meurtre par dol éventuel ». Cependant, la main qui arma et pressa sur la détente n’a pas acheté la balle. Cette balle a été fondue dans le creuset des opérations Médusa, dans les politiques européennes de traques des migrants, cette mort a été décidée par les différents gouvernement belges et européens qui ont construit le cadre de Dublin, qui ont organisé la guerre aux migrants via Frontex aux frontières extérieurs de l’Europe – on a encore en mémoire les gardes côtés grecs tirant sur des migrants syriens, afghans et iraniens au nom de notre sécurité d’Européen – et à l’intérieur, dans les Alpes, aux frontières, sur les routes, les voie ferrées, dans les ports, etc. Nous refusons que la qualification d’« homicide involontaire » serve à délivrer un permis de tuer des migrants, nous refusons de considérer que le meurtre d’un enfant de moins de deux ans par la police belge soit réduit à un « défaut de prévoyance », nous refusons que le présumé conducteur se retrouve inculpé de co-auteur pour blanchir le policier qui a tué Mawda, nous refusons que ce policier soit jugé comme le seul et unique responsable.

Depuis la mort de la petite Mawda, Pieter De Crem a encore renforcé les opérations Médusa et indique aujourd’hui clairement qu’il couvre les violences policières au plus haut niveau de l’Etat. Le contrôle d’identité comme les opérations de traque aux migrants constituent bien le péché originel du racisme structurel de la police. Plus que jamais il nous faut user de notre droit citoyen d’assister aux audiences publiques pour faire entendre une colère profonde face à l’impunité, il nous faut occuper la justice pour défaire ce nouage criminel qui y blanchi les meurtres policiers.

Soyons nombreux à répondre à l’appel du Comité Mawda – Vérité et Justice ainsi que du groupe Montois de soutien aux sans-papiers et retrouvons-nous le jeudi 6 aout devant le tribunal de Mons.

https://www.facebook.com/events/674298689833586/


posté le  par Comité Mawda - Justice et Vérité  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)