RSS articles
Français  |  Nederlands

Mordre à nouveau - ALF contribution

posté le 07/01/17 Mots-clés  libération animale 

C’est toujours grisant, de se retrouver la nuit, entre complices, pour attaquer. On se dit souvent, que peu importe les cibles, finalement, il n’y a que peu de choses dans ce monde qui ne fasse pas l’objet de notre haine.

Pourtant cette fois nous avons voulu nous en prendre à la vitrine d’une boutique précise, qui vend des fourrures, sur l’avenue stéphanie à Bruxelles. Notre sensibilité aux modes de vie tendant vers le végan ne se contente pas de pillages de biocoop, d’échange de recette de seitan et de discours antispécistes. On se sentirait inconfortable dans nos kways noirs si on n’attaquait pas aussi ce qui réprésente le plus directement l’exploitation d’animaux non humaines.

Nous voulons attaquer partout que ce soit sur leur lieu de travail ou de vies, que ce soit des individu.es où les batiments qui les abritent car nous croyons aux responsabilités individuelles et au choix qu’illes font de reproduire de la domination.

Par cette acte nous voulions, d’une part nuire aux exploiteureuses mortifères, et d’autres part exprimer notre sympathie à tous.tes les activistes, enfermé.es ou non, qui combattent l’exploitation animale, qu’ils utilisent des sigles ou non.

Contre la domestication et ses défenseures.
Pour la destruction de toutes les cages.

13 coups de brises vitres en passant...


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.