RSS articles
Français  |  Nederlands

NAUFRAGES : L’UE SE REUNIT ET DISCUTE ET DISCUTE

posté le 20/04/15 par G Mots-clés  luttes sociales  sans-papiers  solidarité 

l’Union européenne a convoqué en urgence après le naufrage dans la nuit de samedi 18 avril à dimanche 19 avril d’un bateau de migrants en Méditerranée, au large de la Libye une réunion des ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères ce lundi. Alors même que la rencontre allait avoir lieu, un bateau avec plus de 300 personnes à bord est en train de sombrer en Méditerranée, d’après l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a reçu un appel à l’aide d’une personne sur cette embarcation affirmant que 20 passagers sont morts.

Avec au moins 700 disparus, il s’agirait de la pire tragédie de ce type en Méditerranée. Dimanche soir vers 22 heures, le bilan officiel de ce naufrage était de 24 morts et 28 rescapés. Aux infos on nous rassure en nous précisant qu’il est pris bien soin des rescapés, ils peuvent même bénéficier d’un suivi psychologique.
L’UE parle de s’attaquer aux passeurs, ou encore de retenir les migrants dans les pays avant qu’ils ne prennent les bateaux, ils pourraient alors introduire leur demande d’asile en toute sécurité !

Gil Arias, le directeur adjoint de l’Agence de contrôle des frontières extérieures de l’Europe (Frontex), lui nous dit que "Les moyens sont limités et même s’ils étaient plus importants il est très difficile de garantir que l’on évite des tragédies comme celles que l’on vit en Méditerranée ces derniers temps. [...] Nous ne pouvons pas oublier que la Méditerranée est immense, deux millions de km2, on ne peut pas contrôler et surveiller absolument toutes les zones où l’on peut éventuellement avoir des migrants et tenter d’éviter des tragédies. [...] La solution, c’est une plus grande coopération avec les pays d’origine et de transit, c’est de trouver des solutions à l’instabilité dans ces pays. C’est un travail de diplomatie" a-t-il précisé..

Les chefs de la diplomatie des 28 doivent notamment discuter de l’assistance éventuelle de l’UE à un gouvernement d’unité nationale actuellement en pourparlers en Libye, seule garantie à leurs yeux de stabilité et de réconciliation politique, et seul moyen d’endiguer le "flot de migrants alors que les passeurs profitent du chaos ambiant."

Ces dix points seront discutés lors du sommet extraordinaire des dirigeants de l’Union européenne prévu jeudi 23/4/15 à Bruxelles : admirez !

Détails du plan d’urgence, ça pue le sécuritaire à plein nez :

  • Renforcement des opérations de contrôle et de sauvetage Triton et Poséidon mises en oeuvre par Frontex, l’agence européenne de contrôle des frontières, en augmentant leurs moyens financiers et matériels. Leur champ d’action, actuellement limité aux eaux territoriales des pays de l’UE, doit être élargi, éventuellement aux eaux territoriales des pays de transit, comme la Libye.
  • Confiscation et destruction des embarcations utilisées pour transporter les migrants, à l’image de l’opération Atalanta de lutte contre la piraterie somalienne au large de la Corne de l’Afrique.
  • Coopération accrue entre les organisations EUROPOL, Frontex, EASO et EUROJUST pour réunir des informations sur les modes opératoires des trafiquants.
  • Déploiement d’équipes du Bureau européen de soutien à l’asile (EASO) en Italie et en Grèce pour aider à la gestion des demandes d’asile et à leur harmonisation.
  • Prise systématique des empreintes digitales de tous les migrants à leur arrivée sur le territoire des Etats membres.
  • Examen des options pour une répartition plus équitable des réfugiés entre les Etats membres de l’UE.
  • Programme de réinstallation dans les pays de l’UE de personnes ayant obtenu le statut de réfugié auprès du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Les Etats membres sont invités à participer à ce programme sur une base volontaire. Aucun chiffre n’est cité dans la proposition. Mais selon la Commission, il devrait bénéficier à 5.000 personnes initialement.
  • Programme pour les renvois rapides des candidats à l’immigration non autorisés à rester dans l’UE. Il sera coordonné par Frontex, avec les États membres en première ligne pour les arrivées en Méditerranée.
  • Action avec les pays voisins de la Libye pour bloquer les routes utilisées par les migrants. Le Niger est un des pays de passage et la présence européenne devra y être renforcée.
  • Envoi d’officiers de liaisons pour l’immigration au sein des délégations de l’UE dans un certain nombre de pays tiers. Ils seront chargés de collecter des informations sur les flux migratoires.

posté le  par G  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.