RSS articles
Français  |  Nederlands

NON, ni la Gare du Nord, ni Bruxelles ne sont « envahies » de « réfugiés » arrivés de la « Jungle » de Calais.

posté le 25/01/17 par Plate forme réfugiés Mots-clés  logement / squats / urbanisme  luttes sociales  médias  sans-papiers 

Mathias Declercq, Journaliste BRUZZ titre le 23/1/17, “Honderden vluchtelingen in Brusselse treinstations”. Des centaines de réfugiés dans les gares bruxelloises.

Article : http://www.bruzz.be/…/honderden-vluchtelingen-brusselse-tre…

Article repris par Belga, 7sur7.be, La DH, … (nous vous mettrons les liens en commentaire et vous demanderons de prendre action !)

Dans cet article, il affirme que Bruxelles est à nouveau confrontée à de nouvelles arrivées massives de réfugiés et que les gares bruxelloises se retrouvent “envahies” de réfugiés.

Première affirmation excessivement approximative. Les derniers comptages font état de 25 à 30 personnes dormant la nuit aux abords de la gare du Nord. Souvent les mêmes et parmi eux, de nombreux SDF et autres populations marginalisées.

Le journaliste nous indique ensuite que malgré la volonté de la SNCB (qui, dans un élan humanitaire, tolère effectivement la présence de personnes n’ayant trouvé de refuge ailleurs, mais ne participe d’aucune manière au référencement ou au transfert des sans-abris vers les refuges) et du Samusocial Brussels d’offrir un refuge à “ces personnes”, ceux-ci, selon l’article, refuseraient de s’y rendre car leur volonté serait de rester à la gare du Nord afin de pouvoir y être pris en charge par des trafiquants d’êtres humains.

La Gare du Nord serait donc également devenue, selon cet article, un haut lieu de trafic pour les passeurs.

De ces 3 affirmations, la seule information établie et véritable est que le Samu Social, dans le cadre du plan hiver, a effectivement mis en place un accueil d’urgence dans et autour de Bruxelles dans lesquels plusieurs dizaines de personnes exilées trouvent refuge.

Il est fort regrettable de voir dénigrer d’une telle manière le travail exceptionnel qu’ont accompli les travailleurs du Samu Social et les bénévoles de la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés, permettant à près de 190 des 210 personnes situées Gare du Nord, de trouver refuge et de dormir au chaud.

L’article cite également un « chauffeur de bus » (dont on ne connaît que la profession) expliquant que « passé 20h, plus personne n’ose se rendre à son arrêt pour prendre le bus. Les sans-abris blottis le long des vitres sous d’énormes couches de couvertures devenant de la sorte, une menace, des éléments effrayants et troublant l’ordre public.

Voici, afin de rétablir la vérité, quelques faits qui nous arrivent tout droit du terrain, où nos bénévoles se relaient tous les jours depuis mi-novembre.

Il y a 2 semaines, 210 personnes dormaient à la Gare du Nord. Le Samu Social, fort de son expérience en la matière, accompagné de bénévoles a participé au transfert de près de 190 personnes vers les refuges ouverts spécialement dans le cadre du plan hiver.

Notons au passage que Calais et sa « Jungle » comptait près de 10.000 exilés/migrants et que 200 personnes ne représentent en conséquence que 2% … et que nous sommes donc très loin d’une « arrivée massive » !

Très attentifs aux chiffres, ceux-ci étant pour nous des vies, un recensement quotidien est fait et jamais depuis, nous n’avons dépassé le chiffre de 40 à 45 personnes, parmi lesquelles se trouvent des sans domiciles fixes et autres marginalisés refusant de se rendre en centre.

Nous dénonçons ici une absence de rigueur journalistique, une manipulation de chiffres et une volonté claire de faire peur par l’emploi d’un vocabulaire totalement dénué d’humanisme (envahie, trafiquants d’êtres humains, etc.).

Nous déplorons ce type de désinformation qui n’aura pour conséquence que d’accroître le sentiment de peur et risquera à court ou moyen terme de provoquer l’évacuation de ces lieux publics.

Pour rappel, depuis la fermeture en novembre dernier de la Jungle de Calais, le nombre personnes ayant trouvé abri Gare du Nord touranait autour des 200 par nuit. Depuis l’intervention, il y a 2 semaines du SAMU Social et des bénévoles visant à accompagner près de 190 personnes vers des refuges, ce chiffre tourne dorénavant autour des 40. Par ailleurs, aucun incident impliquant des migrants ou exilés n’a été déploré.

Nous tiendrons pour direct responsable ce journaliste et sa rédaction, si en réaction à ces affirmations approximatives, l’autorité communale devait décider d’évacuer les lieux et pousser une population déjà fortement fragilisée à rester dans les rues par des températures extrêmement basses au risque d’y perdre la vie.

Contact : media@bxlrefugees.be / Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés Bruxelles


posté le  par Plate forme réfugiés  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.