RSS articles
Français  |  Nederlands
jeudi 30 juin 2022
lundi 4 juillet 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange / acte 170 posté le  - Agenda
lundi 11 juillet 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda

Non aux violences policières : Soutien au Procès de Benjamin

posté le 21/08/17 par Stop Répression
lieu : Palais de Justice
adresse : Place Poelaert, Bruxelles
Mots-clés  répression / contrôle social 


[Rassemblement de soutien à une victime de violence policière !]

Lors de la nuit du nouvel an, vers 3h20 du matin, alors que la soirée commençait à toucher à sa fin, Benjamin a été agressé par des policiers. Lui et deux amis s’amusaient avec des pétards dans la rue. Deux policiers (sur les quatre) leur ont confisqué le sac contenant les pétards, au motif qu’un arrêté du bourgmestre les interdit pour la nuit du Nouvel An.
Benjamin qui ne contestait pas l’interdiction leur a simplement demandé de récupérer le sac pour retourner dans la fête privée de laquelle ils venaient. Les policiers ont refusé. Benjamin a insisté et c’est à ce moment-là qu’un policier l’a pris au cou sans raison. Son collègue, le plus jeune l’a accompagné en lui donnant des coups de pied au niveau du ventre et des côtes. Les deux policiers avaient également sortis leur matraque. L’ami de Benjamin qui souhaitait filmer la scène en a été empêché par une autre policière restée plus loin.

Benjamin leur a ensuite demandé leurs numéros de matricule. Comme seule réponse, le plus jeune l’a aspergé de sa bombe-spray lacrymogène en pleine figure. Lorsque Benjamin leur a dit qu’il allait porter plainte au « comité P », les deux policiers (alors en train de s’en aller) se sont mis à courir vers lui, à toute vitesse, agressifs. Benjamin apeuré, a tenté de fuir mais les policiers l’ont rattrapé, saisi par la capuche de sa veste, mis au sol puis frappé à coups de pieds dans l’abdomen, dans le dos, les côtes et le ventre mais surtout donné des coups de matraques dans ses jambes. Tout ça sans relâche pendant plusieurs minutes.

Ses deux amis n’ont pas pu lui venir en aide, car les deux policières les maintenaient violemment à distance.Incapable de se défendre, Benjamin a été forcé de leur dire qu’il ne porterait pas plainte car c’était leur condition pour qu’ils arrêtent de le tabasser.

Dès le lendemain, Benjamin a porté plainte et les policiers ont été identifiés. Benjamin a opté pour la médiatisation de l’affaire au maximum. Ce qui a eu comme conséquence que les quatre policiers (deux hommes et deux femmes donc), ont rédigé deux rapports des faits… contradictoires (a révélé le Comité P) ! Les témoignages des faits de ses amis, et également celui d’un inconnu passant dans la rue, eux, concordent sur l’ensemble des points centraux. Ainsi, deux d’entre elleux sont poursuivis et le procès aura lieu ce mercredi 27 septembre 2017 !

Nous appelons à nous rassembler massivement ce mercredi 27 septembre à 12h30 devant le Palais de Justice de Bruxelles afin de soutenir Benjamin et s’opposer fermement à l’impunité de la police qui accumule les abus et la violence sans jamais être inquiétée. Police partout, justice nulle part !
Notre force et notre détermination se montreront dans le nombre !

Nous appelons également toute organisation, association, collectif,.. à signer cet appel (via FB ou mail stop.repression.be@gmail.com), à participer et à mobiliser !

Premiers signataires :

Campagne Stop Répression
JOC Bruxelles
Jeunes anticapitalistes (JAC)
LCR / SAP
Occupy Brussels Belgium
Indignez-Vous.be
Nuit Debout BXL
Observatoire des Libertés Sociales de Belgique
Comité des parents contre les violences policières à Molenbeek


posté le  par Stop Répression  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
20883084_1361405(...).jpg

Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.