RSS articles
Français  |  Nederlands

Occupation de La Monnaie : La police coupe le micro des sans-voix

posté le 09/04/21 Mots-clés  répression / contrôle social 

Communiqué de presse, 8 avril 2021

Occupation de La Monnaie :
La police coupe le micro des sans-voix,
mais nous ne nous laisserons pas réduire au silence

Le collectif de jeunes travailleurs.euses et étudiants.es du champ culturel qui occupe la Monnaie s’est vu saisir son matériel technique au moment où démarrait sa tribune quotidienne, destinée à faire entendre les voix des perdants et des invisibilisé.es de la crise... Quel message la Ville de Bruxelles veut-elle ainsi faire passer ?

Nous sommes un collectif de jeunes travailleurs.euses et étudiants.es du milieu culturel. Depuis près d’une semaine, nous occupons le Théâtre de la Monnaie et organisons chaque jour à 17h une tribune publique sur la place de la Monnaie. Nous y donnons la parole à celles et ceux qui, bien au-delà du secteur culturel, subissent de plein fouet les conséquences de la gestion politique de la pandémie. Ce faisant, notre but est d’interpeller le gouvernement sur le creusement vertigineux des inégalités.

Aujourd’hui, à la surprise générale, les agents de police ont procédé à la saisie administrative de notre matériel technique (micros et enceintes), rendant impossible le bon déroulement de l’événement public. Cette saisie est d’autant plus étonnante qu’elle s’est déroulée une fois le matériel technique installé, sous l’œil de la police, présente comme d’ordinaire, et alors que l’événement autorisé allait démarrer.

Malgré tout, l’action a continué, au mégaphone et sans amplification. Mais comment ne pas voir dans cette confiscation une atteinte directe à la liberté d’expression et de manifester ? Comment justifier cette confiscation, alors que chaque jour, cette tribune se déroule pacifiquement et dans le respect maximal des normes sanitaires ? Les autorités bruxelloises ne comprennent-elles pas que cette scène et ce micro ouverts constituent l’un des derniers espaces où la jeunesse et tous les “oubliés” de la crise, de plus en plus précarisés, peuvent encore se faire entendre, et alimenter le débat et la réflexion, alors même que l’urgence du débat démocratique se fait plus forte que jamais… ?

La Ville de Bruxelles justifie sa décision par le fait que des interventions artistiques et parfois musicales sont proposées dans le cadre de cette tribune, et que cela aurait entraîné “des débordements”... à savoir, quelques minutes de musique amplifiée au-delà des limites très strictes fixées par la police ! Nous revendiquons que la liberté d’expression est non seulement politique mais aussi artistique. Et pourtant, notre tribune quotidienne n’est pas un spectacle.

En cela, il nous a semblé essentiel qu’elle se poursuive malgré tout dans les prochains jours. Car, comme l’a dit Christine Mahy du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, dans son discours ce soir, sans micro : “Empêcher que la voix soit portée, c’est un problème. Je ne comprends pas pourquoi on empêche les échanges, pourquoi on empêche les prises de paroles diversifiées, pourquoi un fait d’hier où il y aurait eu un peu de musique sanctionne ce qui devait se passer aujourd’hui. Et je trouve que ça ressemble terriblement à ce qui se passe tout le temps par rapport à la pauvreté, à l’exclusion, à toutes les formes de discriminations qui sont en général dans notre société extrêmement cachées, extrêmement tues.”

Bezet la Monnaie Occupée.


Contact presse
(FR) Elli MASTOROU : 0494 148 171
(NL) Farbod Fathineajad : 0497 678 891


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Commentaires modérés à priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)