RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

On ne veut pas de leurs pardons, on veut leurs démissions

posté le 05/06/20 par Bruxelles Dévie Mots-clés  antiracisme  répression / contrôle social 

Nous avons vu passer ces derniers jours de nombreuses photos de policier.e.s s’agenouillant ou s’excusant de leur brutalité et de celles de leurs collègues. Nous relayons ici le message de Sihame Assbague qui s’exprime sur le sujet .

« Et voilà que se propagent, sur les réseaux sociaux et sur les sites de médias français, des images de policiers étasuniens à genoux en hommage, nous dit-on, à Georges Floyd et au mouvement #BlackLivesMatter. Elles se propagent avec des commentaires de satisfaction, de fierté, et même d’espoir : « c’est ça qu’on veut voir ici aussi, en France ! ». Bah non, Morray. Ici, en France (comme ailleurs), on voudrait qu’il n’y ait plus de blessés, de mutilés, de tués...pas que des policiers reprennent un geste de protestation pour nous servir la bonne vieille rhétorique des « brebis galeuses » qui déshonoraient l’uniforme.

En fait, ces images participent de la dépolitisation de la question des violences policières. Il y aurait des « bons » flics, majoritaires évidemment, et des « mauvais » flics, minoritaires évidemment. Le policier qui a tué Georges Floyd était un « mauvais flic ». Les policiers qui s’agenouillent en guise de (prétendue) protestation sont des « bons flics ». Le problème avec ce raisonnement c’est qu’il empêche une approche systémique, institutionnelle, des violences policières. Il n’est pas question d’individus mais d’un système de domination dont la fonction première est la préservation de l’ordre social et racial, le maintien de l’ordre établi. Le policier qui a tué Georges Floyd n’est pas un « mauvais » flic : c’est un homme au service d’une institution notamment structurée par le racisme. Il a agi au même titre que le collègue qui était à côté de lui ce jour-là et qui n’a rien fait ; au même titre que les collègues qui l’avaient protégé jusque-là alors qu’il avait déjà commis de nombreuses violences policières ; au même titre que ces milliers d’agents qui, aux États-Unis, comme en France, en Belgique, en Angleterre, etc., traquent, discriminent, et violentent quotidiennement des individus, le plus souvent des classes populaires, le souvent non-blancs. Le tout couvert par un traitement médiatique aux ordres & une indéfectible impunité policière.

Dans ce contexte, ce n’est pas leurs genoux que ces policiers devraient poser au sol, ce sont leurs démissions. C’est pas comme si c’étaient les branches de l’arbre qui donnaient de mauvais fruits là, ce sont ces racines.
J’ajoute - avant qu’on me dise “oui, mais donne-leur une chance” j’ajoute donc, que dans plusieurs villes US, des militants et journalistes ont expliqué que les manifestants avaient été nassés & gazés....moins de 15 min après ces « gestes de solidarité »‬, et souvent par ces mêmes policiers. Un geste qui, funeste mise en abime, rappelle aussi celui qui arraché son dernier souffle à George Floyd & à bien d’autres victimes avant lui.
Le rappel à l’ordre, toujours.”


posté le  par Bruxelles Dévie  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
im1.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)