RSS articles
Français  |  Nederlands

Pas de confinement pour la solidarité !

posté le 06/11/20 Mots-clés  luttes sociales  répression / contrôle social  solidarité  action 

« Dans un monde où se battre pour la liberté est un crime, l’innocence serait vraiment la pire des choses ».

La situation de « crise sanitaire » que nous vivons toutes et tous aujourd’hui, au-delà des frontières, offre à l’État le contexte rêvé pour mettre en œuvre tout son dispositif répressif. Dans notre génération, jamais auparavant nous n’avons vécu une situation où le rappel à l’ordre est aussi largement diffusé et assimilé. Jamais auparavant il n’a été aussi clair que c’est l’économie et le capital qui comptent pour eux avant toute autre chose, avant la vie. La population entière semble avoir incorporé les diktats de l’État et il ne semble plus possible d’échapper à la morale citoyenne de l’obéissance, présente partout où l’État ne l’est pas avec sa police et sa justice. Toute réflexion critique est bannie, tue, cliniquement mise à l’écart.

Fort heureusement, l’État et la morale des bons citoyens n’ont pas réussi à infiltrer chacun et chacune. Il y a encore des personnes qui désobéissent, qui ne respectent pas le couvre-feu, ne respectent pas les milles et une règles, et qui souhaitent encore penser pour elles-mêmes et agir en conséquence. Il y a encore des personnes qui ne sont pas dupes et qui reconnaissent dans ces mots d’ordre une volonté de contrôle social suprême et de flicage généralisé. Les nouvelles des manifestations, attaques et sabotages qui nous parviennent des pays du sud nous inspirent. Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd…

« L’enfermement ne se limite pas aux murs des prisons ; c’est la société entière qui se transforme en grande prison à ciel ouvert » disait-on il y a quelques années. On n’aurait pas pu imaginer qu’elle se manifesterait aussi clairement, sans la moindre couche de vernis, et de manière aussi étendue.

Au moment d’écrire ces lignes, 12 anarchistes risquent d’aller en prison plusieurs années, justement pour s’être opposé·e·s à ce monde d’oppression et d’enfermement, pour avoir porté des idées claires contre la domination et l’exploitation, pour avoir poussé au bouleversement des rapports sociaux, en un mot, pour s’être battu·e·s pour l’anarchie.

Leur procès en appel* s’achève ce jeudi 12 novembre.
Que le juge prononce de la prison ou non, du ferme ou du sursis, ne laissons pas cette répression sans réponse !

Solidarité au-delà des murs, au-delà des frontières !
Liberté pour toutes et tous ! Les luttes continuent !

* toutes les infos sur l’enquête et les procès sont disponibles sur lalime.noblogs.org

Ci-dessous : une version tract A5 de cet appel et une affiche de solidarité


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
affiche12novembr(...).pdf
tract12novembre.(...).pdf

Commentaires
  • 8 novembre 2020 22:48, par hasard

    C’est consternant.
    Vous en êtes encore à classer le monde en deux catégories :
    - d’un côté, toutes les personnes qui sont "dupes", qui obéissent, qui n’ont pas compris qu’il faut se révolter..., la population, quoi ;
    - de l’autre, les anarchistes.

    Vous n’avez décidément toujours rien compris aux mécanismes de domination, ni au monde en général.

    Et, évidemment, votre isolement ne fait que confirmer que vous avez raison contre tous.
    Classique.

    Je suppose que ça ne sert à rien de préciser que ce procès à très peu à voir avec vous, et que c’est pour cela qu’il importe que l’accusation soit mise en pièce.
    Vous préférez de toute façon vous sentir visés.

  • Je suis sûr que c’était pas du tout écrit dans cette esprit là... dommage que tu l’as interprété comme ça. Il me semble que des apriori bien negatifs à l’égard des idées anarchistes sont à la base de ce commentaire. Dans ce cas difficile de discuter.

    La dernière partie est incompréhensible pour moi...

  • 10 novembre 2020 16:47, par Chélidoine

    Salut, "Ici & Maintenant", le groupe belge de la Fédération anarchiste, tient à vous assurer de son soutien solidaire. On pourrait envisager de se rencontrer à l’occasion ? Nous on est intéressé·e·s en tout cas. Salutations libertaires

  • 10 novembre 2020 17:29, par merci

    "par hasard", on se demande qui classe a priori, le texte ne dit nulle part que seul.e.s les anarchistes résisteraient.
    Aux dernières nouvelles, aucune des insoumissions citées ne sont font au nom de l’anarchisme : ni les gens dans la rue après 22h, ni celles et ceux qui n’ont pas un masque collé au nez H24, ni les émeutiers·ères, ni ni ni ni...
    Pas de drapeau noir à l’horizon !
    Et pourtant, et pourtant, ça n’empêche pas que des anarchistes qui se revendiquent comme tel·le·s se reconnaissent dans des révoltes, collectives ou individuelles.
    Il paraît même qu’il est possible de se reconnaître dans les trajectoires de vie de quelques indigènes, pirates ou hérétiques qui ont eu l’audace de vivre avant que Proudhon ne baptise l’an-archie...
    Quelle folie !

    Du reste, on vous attend pour la mise en pièce de l’accusation...

    Enfin, en guise de salutations, un bon gros molard pour le "Vous préférez de toute façon vous sentir visés" et son ignominie.
    *

  • Ne pas respecter le confinement est clairement mettre la vie d’autrui en danger et inciter à ne pas le respecter relève du délit, donc du pénal ; Le personnel médical, qui sauve des vie tous les jours, n’a pas besoin qu’une bande de gugusse en rajoute une couche en se comportant en individu immature, en prônant des pseudo théories complotistes étatistes.

    Tout est mis en œuvre pour sauver des vies, mais vous "anarchistes", et votre interprétation paranoïaque, réagirez comment lorsqu’un proche, un.e ami.e sera dans un état critique covid ?

    Qui sera là pour sa survie ; Des intégristes anarchistes, non, des médecins, un staff médical qui se défoncera, et vos angoisses...

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)