RSS articles
Français  |  Nederlands

Police : au moins 4 morts suspectes en 2020 en Belgique

posté le 19/05/21 par Bruxelles Dévie Mots-clés  répression / contrôle social 

En Belgique, 2020 a été le théâtre de plusieurs décès dans lesquels les forces de l’ordre sont impliquées, sans que l’on ne puisse trancher exactement sur leur degré d’implication. 2020 a aussi été l’année de révélations choquantes d’actes policiers dans le dossier Chovanec. La justice a également démontré toute sa clémence à l’égard de la police, même si les dossiers ne sont pas encore clos. Adil, Akram, Marijn, un inconnu, Chovanec, Mawda, Mehdi, … Toutes nos pensées vont aux proches des victimes.

Le 31 janvier 2020, vers 5h du matin, Marijn, 26 ans, a été abattu par la police de Namur près de la carrière de Beez. Tout part d’une tentative de contrôle pour un “véhicule suspect”, à laquelle Marijn a voulu échapper. Il a pris la fuite au volant de sa voiture. La course-poursuite qui a suivi s’est avérée mortelle : Marijn a été abattu par 3 tirs policiers, dans des circonstances floues. Rien ne viendrait prouver qu’il portait une arme ou aurait tenté d’agresser la police d’une quelconque manière. Par ailleurs, les courses-poursuites policières sont rarement fructueuses et occasionnent au moins 50% des décès enregistrés chez les policier·ère·s en France (1) ainsi que de nombreux décès chez les personnes poursuivies, ce qui pose une question : pourquoi entamer des courses-poursuites lorsque les circonstances ne sont pas d’une extrême gravité, alors même que celles-ci mènent souvent à des morts ?

Une semaine plus tard, le 7 février, un homme d’environ 50 ans est découvert sans vie dans un cachot à Charleroi. Il avait été arrêté quelques heures auparavant, en train d’acheter “des stupéfiants”. La police raconte qu’il aurait vraisemblablement consommé la substance et fait une overdose en cellule. Nous ne connaissons pas son identité, et nous n’avons pas pu trouver plus d’informations, bien que le corps ait apparemment été autopsié entre-temps.

Le 10 avril, Adil, 19 ans, est pris en chasse par une patrouille de police, alors qu’il essaye d’esquiver un contrôle à moto, à Anderlecht. Plusieurs centaines de mètres plus loin, une collision entre son scooter et une voiture de police le projette et entraîne sa mort. Un journaliste a fait une contre-enquête et soulevé plusieurs contradictions dans la version policière des événements. Un policier aurait notamment dit “on l’a, on l’a percuté” après la collision ; la police aurait mis pression sur un témoin et l’idée selon laquelle le scooter se serait déporté de sa bande (ce qui aurait entraîné la collision, selon la police), ne collerait pas avec les traces de pneu laissées sur la route. À nouveau la question de la prise en charge d’une personne pour un simple contrôle pose question. Le jeune homme n’avait rien à se reprocher, à part peut-être de s’être retrouvé avec un ami, dans la rue, en période de confinement.. Les anderlechtois·e·s sont unanimes : il a pris la fuite parce que les jeunes du quartier ont l’habitude de se faire agresser (verbalement ou physiquement) lors des contrôles. Depuis, le parquet a requis un non-lieu pour les policiers impliqués dans l’affaire.

Le 19 juillet, Akram, 29 ans, décède suite à son interpellation à Anvers. Le jeune homme aurait commencé à s’agiter nerveusement sur une terrasse de café, avant de se faire arrêter. 1 mois et demi après le décès de Georges Floyd, les policiers ont utilisé la même technique pour immobiliser Akram : plaquage ventral, genou sur le haut du dos durant plusieurs longues minutes. Il est décédé à l’hôpital, peu après l’arrestation, d’un arrêt cardiaque. Le rapport d’autopsie indique qu’il aurait consommé des amphétamines, ce que sa mère réfute.

Au-delà des décès, 2020 a été une année où la justice belge a montré une facilité à faire preuve de clémence à l’égard des forces de l’ordre. Comme pour Adil, le parquet a requis un non-lieu pour les policiers qui avaient percuté Mehdi, 17 ans, à l’été 2019, entraînant sa mort. Pour le policier, auteur présumé du tir sur Mawda, jeune fille de deux ans, lors d’une course-poursuite avec un véhicule en 2018, le ministère public requiert un an de prison avec sursis (verdict le 12 février).

Enfin, une vidéo accablant la police dans le décès du Slovaque Joseph Chovanec (2018) a circulé durant l’été 2020. Il était en train de se frapper la tête contre les murs de sa cellule lorsque les forces de l’ordre sont intervenues pour le maîtriser. Ses jambes ont été attachées, ses mains menottées, et un policier a appuyé son genou sur sa poitrine pendant 16 minutes. Pendant ce temps-là, le reste des policier·ère·s présent·e·s rigolaient ; une policière a fait un salut nazi. Après la divulgation de la vidéo, Jan Jambon (N-VA), ministre de l’intérieur au moment des faits, explique que les faits avaient été relatés de façon neutre dans le rapport de police et qu’il ne connaissait pas les images. Quelques jours plus tard, il admet avoir eu des réunions avec l’ambassadeur de Slovaquie à l’époque, alors que son entourage avait jusque-là nié les faits. S’il n’avait pas eu vent des images, plusieurs signaux existaient pour mettre en doute une action “neutre” des policier·ère·s. Dans une certaine mesure au moins, Jambon a protégé sa police.

Les informations que nous avons recueillies sont difficilement accessibles, tant la police tente d’éviter à tout prix la médiatisation de ces affaires. Elle fait aussi son maximum pour que les liens entre la mort d’une personne et sa responsabilité soit impossible à retracer, comme n’importe quel criminel. Par ailleurs, les médias traditionnels belges ne relaient pas ou peu ces informations, et privilégient presque systématiquement la version policière tout en classant ces affaires de “faits divers”. Pour toutes ces raisons, il est fort possible que la liste de personnes mortes suite à une interaction avec la police soit plus longue que ce que nous annonçons.

Sources :
(1) Mathieu Rigouste, La domination policière aux éditions La Fabrique.
(2)https://www.dhnet.be/regions/namur/un-homme-abattu-par-la-police-a-beez-5e34030c9978e23487ff14b1?fbclid=IwAR0U4mfhvKlU-Zl8d4pXPAtUJi03gBBMum5Y0n1ZK0cJi92z8xUfCp3ILyk
(3)https://www.dhnet.be/regions/namur/un-homme-abattu-par-la-police-a-beez-5e34030c9978e23487ff14b1?fbclid=IwAR0U4mfhvKlU-Zl8d4pXPAtUJi03gBBMum5Y0n1ZK0cJi92z8xUfCp3ILyk
(4)https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_une-personne-decede-dans-un-cachot-de-la-police-de-charleroi?id=10426566&fbclid=IwAR0XSQo-KNvHJgLIHXiHPv0SGjy2m26dsu5RyMZWH4xL20L6y6SxbwQpAmk
(5)https://desarmons.net/2020/04/18/de-morgen-on-la-on-la-percute-reconstruction-de-la-mort-dadil-a-anderlecht/?fbclid=IwAR3tyYzZFtgw_HcMyfsgdXJEH9vHb3irE2Gc-uRu8nZNXpwD-DSk5QzM-us
(6)https://www.rtbf.be/info/societe/detail_agression-policiere-la-mort-d-akram-a-anvers-suscite-l-indignation-sur-les-reseaux-sociaux?id=10545966&fbclid=IwAR0cLYF1ogKgwW8N2cxEeSSD2GknYdG0_K7y3Mv0O9LHsPkJnpf-SSF_hJE
(7)https://plus.lesoir.be/330247/article/2020-10-08/deces-du-jeune-mehdi-les-policiers-qui-conduisaient-la-voiture-ne-sont-pas?fbclid=IwAR1yvVTJOyb6uxENPnAd_rXGaMhwHOdOCOc9BtHjQpzpy6pEcN9C38LGdt0
(8)https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_affaire-mawda-le-tribunal-rendra-son-jugement-dans-l-affaire-mawda-le-12-fevrier-2021?id=10651103&fbclid=IwAR1jbEublHUNzXnzItpKo3KVQIs6esXHIIfVo5YArT5UZPq4bzCL7qFwfi8
(9)https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_tout-comprendre-a-l-affaire-chovanec-le-fil-des-evenements-les-dates-et-les-personnages-cles?id=10572722&fbclid=IwAR1yvVTJOyb6uxENPnAd_rXGaMhwHOdOCOc9BtHjQpzpy6pEcN9C38LGdt0


posté le  par Bruxelles Dévie  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)