RSS articles
Français  |  Nederlands

Pour Bahar : A l'aide !

posté le 12/12/13 par le CLEA Mots-clés  répression / contrôle social 

APPEL À L’AIDE

Le 28 mai dernier, la Turquie réactivait discrètement un mandat d’extradition contre le citoyen belge Bahar Kimyongür. En vacances en Espagne avec sa compagne et leurs deux enfants, Bahar a ainsi été appréhendé par la police à Cordoue le 17 juin. L’Audiencia Nacional a toutefois remis notre compatriote en liberté –contre le versement d’une importante caution de 10.000 euros– dans l’attente d’un jugement sur le fond.

21 novembre 2013 : Bahar Kimyongür est arrêté à l’aéroport de Bergame, cette fois. Alors qu’il devait participer à une conférence internationale sur la Syrie. Incarcéré treize jours durant, notre compatriote est finalement assigné à résidence dans la petite ville de Marina di Massa, le temps que la justice italienne statue sur son sort… Autant dire, plusieurs semaines.

COÛTER CHER
On s’en doute, la « nouvelle affaire Kimyongür » va énormément coûter, Ankara étant décidée à faire chèrement payer un homme qui n’a jamais cessé de réclamer la justice pour les peuples de Turquie.

Or divers frais ont dû être engagés (outre la caution madrilène, dont l’argent a été rassemblé par la famille)… depuis juin dernier.

Les avocats espagnols de B. Kimyongür ? Isabel Elbal et Gonzalo Boye ont sollicité une avance de 5.000 euros. Les appels téléphoniques vers l’Espagne tout au long des trois jours d’incarcération de Kimyongür (à Cordoba puis Madrid) ? Montant : 250 euros. L’avocat italien mobilisé pour assurer la défense de Bahar ? Ses premiers frais s’élèvent déjà à 4.000 euros.

Sans compter les honoraires de l’avocat bruxellois Christophe Marchand qui suit, ici, le dossier.

Sans compter qu’il faut couvrir les dépenses encourues par l’organisation, en Belgique, d’une Campagne de solidarité afin de mobiliser l’opinion progressiste.

Sans compter : l’idée d’un déplacement effectué par plusieurs personnalités belges lors des audiences décisives devant l’Audiencia Nacional… et lors du jugement prononcé par la Justice italienne.

SANS COMPTER
Dans ce contexte contraignant, nous avons donc besoin de toutes les contributions –y compris en terme de solidarité financière.

N’hésite donc pas à verser, même peu : aussi modeste soit-elle, toute aide pécuniaire est la bienvenue. Et ne craint pas de solliciter tes proches « les plus chers » : eux, aussi, peuvent poser un geste vraiment efficace.

UN GESTE
verser une aide financière sur le compte du CLEA BE47 3630 0542 6380
avec comme message « Solidarité Bahar ! »

Le Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association
www.leclea.be


posté le  par le CLEA  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
baharalaide.jpg

Commentaires
  • 14 décembre 2013 10:30

    Communiqué du Clea - Vendredi 13 décembre 2013

    Bahar Kimyongür : Lettre d’exil
    « Otage du Sultan, au cœur de l’Europe »

    Le 2 décembre dernier, la Cour d’Appel de Brescia a finalement décidé de me libérer et de me reléguer en « exil forcé » dans l’attente du dossier turc.

    Le lendemain après-midi, j’ai pu quitter la prison de Bergame avec, en main, l’ordonnance de la Cour me donnant sept heures pour arriver à la station des Carabiniers de Marina di Massa –mon lieu d’exil situé à quelque 300 kilomètres de la prison.

    C’est dans un quartier calme, situé entre la mer et les Alpes apuanes, que je devrai attendre l’issue de mon sort.

    A partir de l’annonce aux autorités turques de mon arrestation, ces dernières ont 40 jours pour envoyer leur demande formelle d’extradition. Ensuite, c’est de la notification du Procureur général que dépendra la durée de la procédure.

    Le Procureur général aura trois mois maximum, après réception du dossier turc, pour envoyer à la Cour d’Appel de Brescia ses questions, ses demandes d’informations complémentaires ou du moins pour réagir sous une forme ou sous une autre à la requête d’Ankara.

    En additionnant les 40 jours maximum de délai légal dont dispose la Turquie pour l’envoi de sa demande d’extradition aux trois mois dont dispose le Procureur pour envoyer ses appréciations à la Cour d’Appel de Brescia, on arrive à quasi quatre mois d’attente pour la prochaine audience. Ça fait très long pour un dossier vide et considéré comme tel par la justice de plusieurs pays.

    Je suis loin de ma femme et de mes enfants.

    Pour quitter mon lieu de résidence, je dois (à chaque fois) demander la permission aux Carabiniers. Ma liberté de mouvement est restreinte à un périmètre délimité par la mer, une ligne de chemin de fer, une rivière et l’aérodrome municipal.

    Ce n’est pas le fascisme, loin de là, mais cette relégation rappelle quand même un peu « Le Christ s’est arrêté à Eboli » de Carlo Levi.

    Bahar Kimyongür - Marina di Massa, le 10 décembre 2013

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.