RSS articles
Français  |  Nederlands

Programme du weekend contre la prison à Anderlecht

posté le 18/10/13 par feu aux prisons Mots-clés  luttes sociales 

voici le programme et le recto du tract :

Une nouvelle prison pour mater les révoltes...
Depuis plusieurs années, il arrive que des révoltes, des mutineries et des évasions réussissent à percer des trous dans les murs des prisons. Cela n’est pas qu’une image. Des prisonniers rebelles ont pu démolir des infrastructures carcérales ou allumer des feux ravageant certaines parties de la prison, voire parfois des ailes entières. Ils ont pu avoir le courage de refuser de réintégrer les cellules après le préau ou de monter sur les toits pour marquer leur rage. Ces moments de révolte ne sont pas rien à vivre : le pouls s’accélère, la respiration devient plus profonde, il y a comme quelque chose qui a la saveur nouvelle d’une liberté enfin touchée du doigt. Certains ont beau dire que cela n’est pas utile, rien que pour retrouver ce goût, cela vaut le coup. C’est avec ce même goût à la bouche que certains refusent tous les jours de se plier aux petites volontés des matons et de se courber devant l’autorité.
C’est avec le même goût encore, qu’à l’extérieur également, certains passent à l’offensive : des manifestations aux attaques contre les entreprises qui font leur beurre sur l’enfermement ; du mitraillage de la porte de la prison de Forest aux bombes sur le chantier de la nouvelle prison à Marche ; des embuscades contre les matons aux solidarités diverses et variées ; de l’organisation d’évasions aux mutineries qui se prolongent en émeutes dans les quartiers. Tous ces actes, petits ou grands, viennent dire que les murs des prisons ne sont pas aussi solides qu’on voudrait le croire, et que ceux qui les tiennent se trouvent au coin de la rue.
Pour y faire face et enfermer encore plus de gens, l’Etat n’est pas resté sans rien faire et a prévu la construction de 13 nouvelles prisons. Certains chantiers sont déjà finis, d’autres en cours, et d’autres pas encore commencés, le gouvernement cherchant encore des sites. A Bruxelles, le pouvoir ne veut rien de moins que construire la plus grande taule de Belgique. Le pharaon s’est emparé d’un carré de vert sillonné par le bruit incessant des avions et des trains, qui est situé sur le territoire de la commune de Haren, entre Evere et Schaerbeek.

… et jeter son ombre sur tous les autres à l’extérieur
Cette future maxi-prison est aussi un élément indissociable des plans plus généraux que les puissants sont en train de mettre en œuvre. Cela n’est pas une théorie. Ce sont concrètement les mêmes qui élaborent et construisent les nouvelles taules belges et qui se font du fric ici à Bruxelles, à coups de grands projets immobiliers, de résidences standing ou de sites artistiques pour bourgeois branchés en mal de sensations. Et pour nous, le Bruxelles d’en bas, c’est toujours plus la galère : des loyers toujours plus chers, des allocations plus petites et arrachées avec toujours plus de mal, des salaires plus bas et des conditions de travail plus dures, des lois plus répressives, etc… Il faut le dire sans détour : nous faisons tâche dans l’image que Bruxelles, capitale européenne, aimerait bien renvoyer. Elle se doit d’être une ville sûre et propre, peuplée de bourges bien obéissants. Alors, il n’y a qu’à nous chasser plus loin ou nous avoir toujours à l’œil grâce à un contrôle accru. Et si nous dépassons trop de limites, le pouvoir a tout prévu : la nouvelle maxi-prison à Haren pourra enfermer au moins 1200 personnes !
Est-ce qu’on va se laisser faire sans réagir ? Il est grand temps d’aller montrer un peu de quoi on est capables à ceux qui sont derrière la construction de la maxi-prison à Bruxelles et font que cette ville ressemble de plus en plus à une taule. Si ce n’est pas difficile de trouver les responsables de cette vie enchaînée qui se trouvent partout dans la ville, c’est en revanche plus délicat de ne pas se laisser contrôler par un quelconque petit chef, de ne pas se laisser représenter par un quelconque parti, de ne pas se laisser dicter un message tout fait. Il n’y a pas de recette, mais beaucoup de voies sans issue. C’est en partant de soi et de ses proches pour lancer l’offensive, c’est en combattant radicalement le pouvoir pour s’organiser avec d’autres qu’en chemin, on retrouvera peut-être cette saveur si unique de la liberté.

Alors, n’hésitez pas à passer au week-end contre la prison à l’ex-garage Renault, place Albert. Parce qu’on ne veut pas que le pouvoir vienne mettre ses limites à nos révoltes, on a pris ce lieu sans lui demander sa permission. Nous y invitons toutes celles et tous ceux qui ont envie que ce soit une occasion de passer un moment ensemble, de discuter et de se rencontrer afin de lutter sans frein contre la prison et ce monde qui n’en a que trop besoin.

Ni maxi-prison à Bruxelles, ni nouvelles prisons ailleurs, nous ne voulons tout simplement pas d’une vie enfermée entre quatre murs.
Dehors aussi, nous en avons marre de la multiplication des uniformes et des caméras, du renforcement du contrôle et du durcissement de nos conditions de vie. Cette vie finit aussi par ressembler de plus en plus à l’univers d’une prison.
Nous ne voulons tout simplement pas rentrer dans leurs cases taillées à la mesure d’un monde qui joue la partition des riches et des puissants, sert les intérêts des eurocrates et des patrons, d’un monde qui ne tourne que pour le fric et le pouvoir.


posté le  par feu aux prisons  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
affiche_a3-2.pdf(...).pdf

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.