RSS articles
Français  |  Nederlands
vendredi 26 février 2021
15h00 - Rassemblement Une Seule Solution : La Régularisation ! posté le  - Agenda
dimanche 28 février 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
13h30 - Balade technopolice : cartographions la surveillance ! posté le  - Agenda
lundi 1er mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 100 posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
dimanche 25 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 2 commentaires

Projection de "Ne vivons plus comme des esclaves"

posté le 10/01/14 par Attac-Bxl1
lieu : Le Botanique
adresse : 236 rue Royale, 1210 Bruxelles
Mots-clés  Grèce  projection / débat / concert 

SÉANCE EXCEPTIONNELLE
POUR UN FILM SENSATIONNEL
SUR LA GRÈCE QUI RÉSISTE

LE SAMEDI 18 JANVIER
à 14 heures au Botanique

NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES

En mai dernier, le ministre des Finances Yannis Stournaras déclarait : « Le pire est passé ». Et le Premier ministre Antonis Samaras criait même victoire : « Il y a encore peu de temps, la Grèce montrait le mauvais exemple. Maintenant, la Grèce est à l’abri et ce sont d’autres pays qui ont des problèmes » [sic]. La Commission européenne ? Cette institution divinatoire était tout aussi catégorique : la Grèce allait renouer avec la croissance dès 2014, ce qui lui permettrait d’en finir avec six années consécutives de récession.

A peine six mois après ces affirmations enjouées, la réalité doit (une nouvelle fois) déchanter. Pour l’OCDE, l’économie du pays va continuer à se contracter l’année qui vient. Selon l’étude annuelle de l’Institut de recherche du syndicat grec GSEE, le taux de chômage atteindra 31,5 % en 2014, et même 60% chez les moins de 25 ans. Sur 900.000 petites entreprises, deux cent mille ont fermé et 250.000 fermetures sont annoncées pour 2014. L’Institut grec de la statistique affirme que les Grecs sont en moyenne 40% plus pauvres qu’en 2008. Parmi les 1,3 million de personnes occupées dans le secteur privé, 20% gagnent moins de 500 euros par mois. Et, malgré des salaires dramatiquement bas, une entreprise grecque sur deux paie son personnel avec au moins un mois de retard. Trente pour-cent de la population n’a plus d’assurance « santé » et le taux de mortalité est redevenu aussi élevé que lors de la Secondé Guerre mondiale. Bref, en six années et demie de crise, le pays a subi une chute de 35,5% de son produit intérieur brut...

En fait, tous les plans de « sauvetage » imposés au pays par la Troïka (avec le grand aval du Parlement grec) n’arrêtent pas de renforcer le chaos et la misère : 98% des sommes prêtées à Athènes servent en réalité à rembourser les créanciers prioritaires. Une façon d’institutionnaliser un état d’exception permanent –abolissant tout indice de souveraineté populaire et accordant aux banques étrangères le droit de vie et de mort sur la population.

Autant dire que la thérapie du fouet a presque achevé le malade.

UN ÉVÉNEMENT ORGANISÉ PAR
LE FESTIVAL DU CINÉMA D’ATTAC

« Ne vivons plus comme des esclaves », un documentaire de Yannis YOULOUNTAS
France / Grèce / Septembre 2013 / Durée : 90 minutes / PAF : 2,50 euros
Centre culturel Le Botanique, 236 rue Royale


posté le  par Attac-Bxl1  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
greceattac.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.