RSS articles
Français  |  Nederlands
lundi 8 mars 2021
14h30 - couverture radio de la journée 8 mars à Bruxelles ! posté le  - Agenda
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
mercredi 10 mars 2021
samedi 13 mars 2021
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires
10h00 - Formation : « Medic tout terrain » posté le  - Agenda

[Projection + débat] Roman Carmen, un cinéaste au service de la révolution

posté le 03/11/17
lieu : Le Botanique
adresse : 236 rue Royale, 1210 Bruxelles
Mots-clés  histoire / archive  luttes sociales  projection / débat / concert 

18e Festival FESTIVAL de CINEMA d’ATTAC
(programme complet)

ROMAN KARMEN
UN CINÉASTE AU SERVICE DE LA RÉVOLUTION

de Patrick BARBÉRIS et Dominique CHAPUIS
DOCUMENTAIRE / France 2002 / 90 minutes

Officier, ambassadeur itinérant de la cause socialiste, le cinéaste soviétique Roman Karmen a tourné certaines des images les plus fortes et les plus célèbres de l’Histoire du 20ème siècle : durant la Longue Marche de Mao, la guerre d’Espagne en 1936, la chute de Berlin à la fin du Second conflit mondial ou la répression militaire au Chili en 1973.
Durant son enfance, sa famille s’installe à Moscou. Roman s’initie à la photographie. En septembre 1923 ses premières photos sont publiées dans le journal Ogoniok (La Petite flamme).
En 1932, à la fin de ses études à l’Institut cinématographique d’État, Roman Karmen commence à travailler aux Studios centraux des films documentaires. Il croit profondément à l’idéal communiste. À partir de 1936, il produit des actualités cinématographiques dans une Espagne déchirée par la guerre civile.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est au front lors de la bataille de Moscou, à Léningrad, à Stalingrad. Il filme la libération des camps de concentration puis, à Berlin le 9 mai 1945, la capitulation de l’Allemagne nazie.
Roman Karmen met en scène ses documentaires. Il mêle des reconstitutions à ses images d’actualité. En 1954, à l’issue de la bataille de Dien Bien Phu, il recrée la prise du bunker du colonel de Castries sur le modèle de la photo de la prise du Reichstag (photo d’Yevgeny Khaldei).
Des années 1950 aux années 1960, Roman Karmen accompagne le destin du communisme et de ses leaders à travers le monde, dans la Chine de Mao Zedong, le Viêt Nam d’Hô Chi Minh, ou l’île de Cuba avec Fidel Castro.
Par son engagement et son génie de la mise en scène, Roman Karmen aura eu une énorme influence sur le cinéma documentaire et propagandiste en URSS.
« De tous les arts, le cinéma est pour nous le plus important », disait Lénine. Roman Karmen, ambassadeur non officiel de la cause soviétique, s’est conformé toute sa vie à cette maxime.

LA PROJECTION SERA SUIVIE DU DÉBAT
Risquer sa vie pour une photo… ?
AVEC
- Gaël TURINE Photographe


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.