RSS articles
Français  |  Nederlands
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Projection du film Awka Liwen avec Mariano Aiello

posté le 31/12/17 par x
lieu : Pianofabriek
adresse : 35 rue du Fort, Saint-Gilles
Mots-clés  luttes sociales 

Film en espagnol sous-titré en français

Awka Liwen est un documentaire historique éducatif réalisé d’après une recherche scientifique approfondie de plus de 3 ans, réalisé par Mariano Aiello et Kristina Hille et dirigé par l’historien et professeur Osvaldo Bayer qui poursuit ainsi sa recherche de la vérité en écartant le voile qui la cache.

Awka Liwen (Aube rebelle), s’inscrit dans le projet de démêler le mythe de l’origine de l’État argentin. Il s’agit notamment de suivre le chemin et la trajectoire de l’intellectuel militant le plus important du pays : Osvaldo Bayer. Ce film est le sien. Face à la caméra et de nombreux documents à l’appui, il nous raconte depuis le début, l’histoire de l’Argentine reconstituée et réinterprétée. Il nous raconte la façon dont l’État argentin a perpétré un génocide (lors de la « Campagne du désert » entre 1879 et 1884) avec l’aide du Général Julio Argentino Roca et de ses acolytes, qui aujourd’hui encore vient troubler l’existence de la société argentine, tout comme le génocide perpétré au cours du Processus autoproclamé de réorganisation nationale (nom de la dictature qui a fait au moins 30 000 disparus de 1976 à 1983).

Le film dénonce et relie différents moments de l’histoire argentine, différentes réalités vécues, inexorablement liées à son passé. Il rappelle le rôle que les classes dominantes ont joué dans cette réalité, en particulier l’oligarchie. Il dénonce la façon dont les terres volées, annexées ont été réparties entre les propriétaires de la Société Rurale. Comment les familles aisées se répartissaient les survivants de l’extermination. Comment les enfants ont été arrachés des mains de leur mère par la société de charité pour les faire travailler chez eux. Comment l’esclavage a été réintroduit en Argentine à la fin de la campagne de Roca. Un des moments les plus horribles de l’histoire, et comment il se perpétue aujourd’hui. Parce que c’est ainsi qu’a commencé l’organisation de l’État argentin moderne, parce que c’est à ce moment que se sont réparties les cartes du jeu. La Société

Rurale et ses propriétaires s’enrichirent jusqu’à l’indigestion, soumettant le pays au sous-développement et à la dépendance, en suivant les directives imposée par les puissances étrangères.

en vous donne rdv 1 heure avant le commencement du film,on peut boire une bonne biere en compagnie €5- les places son limités,pour être sur d’avoir une place vous pouvez la reserver au 0498507161 ou par message a mon profil facebook ou celui d’Estelle Praet.


posté le  par x  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
113968_550x814.j(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.