RSS articles
Français  |  Nederlands
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
samedi 13 mars 2021
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Quelques souvenirs de l’année mouvementée de 1998

posté le 23/02/16
lieu : Occupation Ebola
adresse : Place Quetelet, Saint-Josse
Mots-clés  sans-papiers 

Dans le cadre de deux discussion contre les frontières (voir fichier adjointe) :

Quelques souvenirs de l’année mouvementée de 1998
1992 : Un bloc de containers vides de l’aéroport est encerclé par des barrières Nadar et des fils de barbelés. Le premier centre fermé pour des personnes sans permis de séjour est né. Avant, les personnes sans papiers étaient enfermées dans des prisons ordinaires. Il faut pas mal de temps avant qu’on se rende compte qu’une prison spéciale pour des personnes sans papiers est également une prison. La contestation commence timidement.
1996 : Le projet de loi Vande Lanotte, qui représente un durcissement considérable de la loi sur les réfugiés, ne suscite pas plus qu’une contestation tiède.
1997 : Le gouvernement décide de construire un nouveau centre fermé, le cinquième jusque là, à Vottem près de Liège. Une partie de la population locale résiste contre ce plan.
Printemps 1998 : Des personnes du « collectif sans nom » organisent des interventions directes à l’aéroport pour compliquer les expulsions des sans-papiers. La contestation attire beaucoup de personnes partout dans le pays. Ils se rencontrent dans l’occupation du « collectif sans nom » à la Porte de Hal : c’est la naissance du « collectif contre les expulsions ». Une collaboration spontanée s’installe avec le mouvement de contestation à Liège, ainsi qu’avec d’autres comités d’action contre les expulsions. Jusqu’à l’assassinat de Semira Adamu le 22 septembre 1998 lors d’une des tentatives violentes de l’expulser, pendant une bonne demi-année, le pays se retrouve en ébullition autour de la thématique de l’enfermement et de l’expulsion des sans-papiers.
Pendant cette discussion, un compagnon qui à l’époque participait au collectif reviendra sur les diverses expériences de lutte contre les centres fermés.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
affiche_frontier(...).pdf
tract_frontieres(...).pdf

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.