RSS articles
Français  |  Nederlands
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
samedi 13 mars 2021
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Rassemblement féministe contre les violences policières

posté le 12/03/20
lieu : avenue de Stalingrad 150
adresse : avenue de Stalingrad 150, Bruxelles
Mots-clés  féminisme  répression / contrôle social 

▶ Nous vous invitons à nous rejoindre au rassemblement de ce dimanche à 11h au niveau du mégaphone avenue de Stalingrad (n°150), dans le cadre de la journée internationale contre les violences policières 💥

De nombreuses violences policières ont eu lieu à la manifestation féministe de ce dimanche 8 mars à Bruxelles. Au sein d’un cortège massif, pluriel et décidé, plusieurs manifestant.e.s ont été agressé.e.s par la police. De nombreux actes de répression violente ont été signalés, d’une part pendant le cortège de la marche pour les droits des femmes*, autorisé par la police et composé de plusieurs milliers de personnes, et d’autre part dans le cadre de cortèges sauvages ayant eu lieu en fin de manifestation. Il se peut que d’autres actes de violences aient eu lieu : alors que nous avions lancé un appel pour récolter des témoignages liés à des actes de violences policières commis pendant le cortège, nous avons reçu depuis de nombreux témoignages, images à l’appui, de plusieurs épisodes de répressions commises par des policiers en civils ou en uniforme. Nous nous activons depuis lors pour aider à la visibilisation et la dénonciation de ces actes.

Ces événements extrêmement violents ne surgissent pas du néant. À l’heure où la gestion de l’ordre public au niveau international prend des allures de plus en plus autoritaires, la police belge suit la tendance. Les violences policières ne sont pas un problème nouveau à Bruxelles. Elles sont cependant en nette recrudescence depuis quelque temps, notamment dans le cadre de la répression de mouvements sociaux, comme dans le cas des actions brutales menées contre les militant.e.s de la manifestation féministe Reclaim the Night (2018), celles et ceux de la Reclaim the Pride et des membres d’Extinction Rebellion en 2019, et les Gilets Jaunes toute cette année. Au-delà des manifestations, les violences policières s’exercent quotidiennement sur les jeunes des quartiers, les pauvres et les sans-papiers, que beaucoup dénoncent comme relevant d’un véritable harcèlement policier.

Quoiqu’en dise la Police Bruxelles-Ixelles, par la voix de sa porte-parole qui de son côté dément toute violence, les événements survenus ne relèvent pas d’une simple « histoire un peu spéciale » : les actes de violences policières sont bien réels, presque ordinaires tant ils sont fréquents. Les événements survenus ce 8 mars sont une énième attaque menée sur les corps des femmes*, et des autres corps minorisés. Ils sont l’expression de cette violence systémique patriarcale, raciste, classiste, LGBTophobes contre laquelle nous nous soulevons : la même violence institutionnelle qui tue, qui discrimine, qui marginalise les personnes, a fortiori les femmes*, précaires, racisées, migrantes (avec et sans papier), trans, la même violence qui réprime toute forme d’expression dissidente, toute voix s’élevant contre l’impunité et les injustices.

Les espaces féministes, comme celui de la grève des 8 et 9 mars, prônent l’autodétermination : ils sont des espaces de lutte, de résistance et de création de liens de solidarité et sororité féministes, des laboratoires de transformation sociétale.

Nous exhortons toutes les associations féministes, tous les mouvements sociaux, toutes les forces politiques et syndicales à condamner publiquement cette gestion de l’ordre public intolérable dans « un État de droit » et la normalisation des répressions policières. Le silence est complice.

Comme nous avons pu l’observer ce dimanche à Bruxelles, où la police a été repoussée à plusieurs reprises, ce ne sera pas la répression qui bloquera la vague féministe en cours. La police hors de nos cortèges, nous n’avons pas peur !

La lutte contre les violences policières est et doit être au coeur des combats féministes, la répression exercée par les forces de l’ordre est imposée et légitimée par le même pouvoir arbitraire qui chaque jour nous précarise de plus en plus, qui ne nous écoute pas, qui ne nous défend pas, qui nous rend dépendantes, qui nous isole.

Nous, mais aussi nos fils, nos frères, nos amis, qui, s’ils ont le malheur d’être "trop" noirs, arabes, roms, jeunes, pauvres, punks, sont quotidiennement harcelés, contrôlés et violentés.

* femmes et minorités de genre

#8maars #ViolencesPolicières


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)