RSS articles
Français  |  Nederlands

Rosa Améziane Arhab ne sera jamais Charlie et le fait savoir

posté le 09/01/19 par Lilith / athées militant-e-s 44*35*49 Mots-clés  féminisme  genre / sexualité  médias 

Connaissez-vous les “clients mystère” ? Ces gens qui se mêlent à la foule mais sont en service commandé pour une compagnie aérienne, un hôtelier ou un grand magasin et que l’on croise sans le savoir.

C’est ce qui est arrivé à Zineb El Rhazoui le 4 janvier 2019 lorsqu’elle a été invitée aux Grandes Gueules. Être confrontée à la cliente mystère en service commandé. Alors qu’elle se sentait en confiance, libre de sa parole au pays des Lumières, 4 ans presque jour pour jour après la tuerie de Charlie par des terroristes islamistes, on a mis face à Zineb la cliente masquée de la Oumma Incorporated.

Oh bien entendu, selon une habitude maintenant établie, cette cliente mystère se présente comme une jeune entrepreneure dynamique[1] qui commente l’actualité à la manière d’une citoyenne lambda. Elle joue même à la gauloise réfractaire légèrement populiste, fustigeant tels grévistes, « parce qu’elle travaille » ou reprochant à un instituteur ses congés qu’elle considère comme « trop longs comparés aux autres salariés ».

Jusque-là rien de vraiment gênant dans cette émission qui tient souvent des conversations de bistrot bon enfant, le p’tit blanc sec en moins. Il convient d’y avoir un avis sur tout et surtout un avis.

Une émission dans laquelle il faut représenter la diversité dans sa jeunesse, son dynamisme, son esprit d’entreprise, sa réussite sociale. Ce rôle a été tenu un temps par le bon docteur Jimmy, ce médecin communautariste, proche du CCIF et plus attaché à légitimer le voile des femmes qu’à se soucier de l’état de la médecine en France. Plus préoccupé aussi par l’annulation de l’ islamocaillera Médine, rappeur aux dérives pro-faf, au Bataclan que des 300 victimes qui y ont péri sous les balles des terroristes islamistes.

C’est maintenant Rosa Améziane Arhab, dite Rose Améziane qui s’y colle. Et si jusque-là on ne pouvait présager de rien la concernant, c’est face à Zineb El Rhazoui qu’elle a tombé le masque et sorti l’artillerie lourde qui ne laissait plus aucun doute sur sa fonction.[1]. Dès le début de la séquence, notre entrepreneure a montré les dents et tandis que Zineb mentionnait les menaces de mort dont elle est l’objet, discours qui se faisait sur fond d’évocation des victimes de Charlie, Rosa Améziane Arhab, qui habituellement ne prépare pas spécialement ses interventions, arrangeait soigneusement des fiches lui permettant de répondre. Zineb parlait de sa survie après Charlie ... et Rosa Améziane Arhab fourbissait ses armes.

Puis elle est entrée en scène, comparant sans pudeur les insultes qu’elle recevait en tant que personne publique aux menaces de mort que reçoit Zineb, qualifiant les interventions de la journaliste de Charlie de « dérapages » et de « buzz ». Ainsi Zineb, telle une star de télé réalité s’amuserait simplement à faire du buzz. Comme si le passé n’avait pas suffi à prouver l’obscénité du parallèle ! Comme si Charlie n’avait pas existé et était renvoyé à une anecdote nabilesque… Comme si Zineb n’avait pas besoin d’une protection policière H24... Rosa Ameziane Arhab fait ensuite appel à la beauté de la démocratie, elle a raison, celle-ci lui permet de diffuser ses idées anti laïques et sa mauvaise foi... Elle se réjouit par exemple de vivre dans une société dans laquelle les femmes héritent à égalité des hommes, en y voyant la preuve que le combat de Zineb est vain, que l’islam se “soumet” déjà à la République. Mais elle n’ira pas bien sûr jusqu’à critiquer cette religion qui ne considère pas les femmes comme égales des hommes et qui nécessite que la loi des hommes rétablisse l’inégalité prônée par le corpus religieux… Pas folle...

Elle préfère balayer les arguments de Zineb, par un« votre parole n’apporte rien au débat public » péremptoire !


La démocratie c’est bien, le silence c’est mieux, et c’est elle qui distribue le droit à la parole et qui disqualifie les arguments qui lui déplaisent.

Et finir par un morceau de bravoure, « vous êtes une forme de Zemmour, mais on préfèrera toujours l’original à la copie ». Zemmour, le nom repoussoir, le coup de dague assassin, est lancé, discréditant d’office le discours de Zineb et refusant ainsi le débat, c’est la procédure de nos jours !Lisant toujours soigneusement ses fiches, préparées on aimerait savoir par qui, elle se lance ensuite sur l’humour, auquel se soumettrait selon elle l’islam sans problème. Zineb et l’équipe de Charlie ont découvert la capacité de certains musulmans à rire d’eux-mêmes un 7 janvier 2015. ..

La liste affichée des morts ne gêne pas un instant madame Améziane Arhab. Et ne lui en déplaise, les humoristes de culture musulmane qu’elle cite ne sont pas fous, ils se moquent trèèèès légèrement des travers culturels d’une communauté, mais jamais au grand jamais, ils n’ont abordé de question théologique.

Seul l’humour noir et grinçant d’un J.Ferrari fait exception et a permis une exception discrète sur quelques minutes d’un sketch ! Et tant que des chien-ne-s de garde comme Rosa veilleront, l’humour restera limité à tata Nedjma décrochant le téléphone et faisant « shkoun ». Un humour qui se soumet aux gardien-ne-s du dogme, donc, et non l’inverse.

Mais alors pour quelle raison Rosa Améziane Arhab s’en prend-elle de la sorte à Zineb ?
Parce que cette jeune entrepreneure, comme le médecin Jimmy Mohamed auparavant, n’est pas une jeune entrepreneure lambda. Et elle n’est pas là pour faire intelligence, mais pour servir avant tout une idéologie et une vision communautaire.

Et elle les sert bien, Rosa.

Elle est présente sur tous les fronts du monde associatif. Et pas n’importe quelles associations, elle ne se sent pas concernée par l’insertion professionnelle des handicapés, elle ne s’intéresse pas aux mères seules isolées, rien d’universaliste ou de féministe dans ses choix.
Elle choisit soigneusement ses partenaires associatifs se retrouve ainsi aux côtés du ... CCIF, subventionné par la collectivité au nom de l’intérêt général tout en pratiquant un communautarisme séparatiste et revanchard.

On la retrouve ici et là notre cliente mystère, lançant mouvements et associations vivant de collectes privées et de subventions publiques, favorisant non pas la nation, mais l’entre soi. Se donnant des titres et se rengorgeant d’importance, sans jamais rendre des comptes sur l’efficacité. Qui oserait demander des comptes à ces jeunes gens modernes et entreprenants ?

  • Elle organise ainsi des petits repas concoctés par des mamans voilées, qui grâce aux lois républicaines hériteront à égalité mais ont aussi la garantie, grâce à une telle gardienne du temple, de ne jamais s’émanciper.
  • Elles sont tellement modernes, souriantes, les rouages et les faiblesses de nos démocraties en font les parfaites ambassadrices des pratiques religieuses dans ce qu’elles ont de plus oppressif et patriarcal.

Si la cuisinière est peut-être voilée pour des raisons d’hygiène, le gâte-sauce toute barbe et cheveux au vent veille à coup sûr à la hallalité du repas… Et elle soutient et like d’autres associations Rosa Ameziane Arhab, des associations qui construisent des puits mais n’oublient jamais de mettre en avant les fillettes voilées. C’est important .


De tous les humoristes, c’est Belattar qu’elle préfère, qu’elle adoube !

Celui qui exige d’être considéré comme un Français avant tout mais pratique un communautarisme ostentatoire. Celui surtout qui se targue d’être insolent et sans tabou, de toiser et de bousculer les puissants, mais qui ne plaisante jamais, de son propre aveu ...avec l’islam. Grande gueule mais pas téméraire.

Elle est à l’aise là, Rosa Améziane Arhab, là où on se demande ce qu’être français veut dire ! Et en effet, que signifie être français quand on refuse à Zineb le droit d’être Charlie, quand on lui refuse le droit d’être humaniste et féministe, de critiquer une religion, et particulièrement celle qu’elle connait le mieux et qui conduit ces femmes à vivre enfouies sous des voiles.

Et elle ose proposer à Zineb, là, sous la liste des morts et devant ses gardes du corps imposés, de sortir, d’aller voir des humoristes, ceux-là mêmes qui participent à la meute hurlant à ses trousses. Car derrière Madame Améziane Arhab, la meute qui traque inlassablement la libre parole de Zineb, cette femme courageuse qui leur tient tête, ne s’y est pas trompée. Ils sont venus, ils sont tous là.

Sortie du bois, toujours prête à mordre, à refuser le débat, la contradiction, à menacer, la meute se rue : de l’organisateur des ateliers voile, avec l’argent du contribuable, à Saint-Denis, en passant par le bon docteur douas et rokias, sans oublier l’ex fiché S Chaambi qui souhaite, après avoir voulu faire taire Salman Rushdie, mettre Zineb “KO”… Une bien belle brochette démocratique faisant nation dans le fan club de Rosa Améziane Arhab.

Nos ami-e-s, musulman-e-s laïques, ex-musulman-e-s et apostats ont pour habitude de dire que les terroristes sont ceux qui osent prendre les armes mais que le danger vient autant de ceux qui observent un silence poli devant la violence.

Le lynchage de Zineb sur les réseaux semble hélas leur donner raison. On peut également légitimement s’interroger sur le rôle joué par les GG ce jour-là. A quelques jours du quatrième anniversaire du massacre, qui a eu cette idée infâme de tendre à Zineb, déjà éprouvée, déjà en danger, ce piège minable, et la mettre face à une nième idiote utile au discours hostile soigneusement préparé ?
Mais que Zineb se rassure, son sourire a suffi, en quelques secondes, à balayer ces relents nauséabonds. Et nous relayerons et porterons sans relâche sa parole de républicaine, courageuse et debout face à la meute, lâche et veule, et qui attend en silence que les commanditaires du 7 janvier 2015 finissent le travail.

Nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas !


posté le  par Lilith / athées militant-e-s 44*35*49   Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.