RSS articles
Français  |  Nederlands
jeudi 19 mai 2022
samedi 21 mai 2022
14h00 - Soirée de soutien/ steun avond 1ha pour/voor BXL posté le  - Agenda
lundi 23 mai 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange / acte 164 posté le  - Agenda
jeudi 26 mai 2022
19h00 - Rencontre ton squat ! posté le  - Agenda
samedi 28 mai 2022
19h00 - Rencontre ton squat ! posté le  - Agenda
lundi 30 mai 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda
samedi 4 juin 2022
14h00 - Dénationaliser l’école publique ? posté le  - Agenda
lundi 6 juin 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda
17h00 - Permanence autodéfense numérique posté le  - Agenda

1 | 2

Rwanda, crimes, résilience ... pardon ?

posté le 13/04/17
lieu : La Maison du Livre asbl
adresse : 28 rue de Rome, 1060 Saint-Gilles, Bruxelles

02/543.12.20
info@lamaisondulivre.be
Mots-clés  projection / débat / concert 

En avril, mois anniversaire du génocide des Tutsis au Rwanda, nous vous invitons à rencontrer trois auteur-e-s dont les oeuvres sont centrées sur la résilience et la question du pardon.
Marie-Aimable Umurerwa est l’auteure de Comme la langue entre les dents (l’Harmattan, 2000). Une femme tutsi et son mari hutu sont pris dans la tourmente rwandaise qui n’en finit pas d’aspirer et de tuer. "Je suis au milieu de mes ennemis comme la langue entre les dents. Mes ennemis sont mes proches, ils ne sont ennemis que parce que la politique en a décidé ainsi".
Monique Bernier, dans La magie du frangipanier (Academia, 2016), raconte à plusieurs voix l’histoire de Clémence, belgo-rwandaise qui, alors qu’elle n’avait que 13 ans, a vécu au coeur de Bruxelles une agression dévastatrice.
André Versaille, éditeur, a réalisé Rwanda, la vie d’après : paroles de mères. Six femmes rwandaises y racontent leurs parcours, de la fin du génocide à aujourd’hui : la maladie, l’accouchement d’un enfant de génocidaire, le rejet par leur famille, leur solitude, la difficulté d’assumer cet "enfant de la haine" ...
"Hier encore j’étais une femme rwandaise. Mais aujourd’hui, je ne suis plus rien. La guerre a jeté son acide sur mon pays, sur mon couple et même sur ma conscience. Ma vie qui était simple et heureuse, simplement heureuse, la guerre en a fait un casse-tête. Oui, je peux dire que sans la guerre je n’aurais pas d’histoire".
La rencontre sera animée par Françoise Nice, journaliste.
Entrée libre


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.