RSS articles
Français  |  Nederlands

"Se désigner comme femme c’est se désigner comme incubateur"

posté le 24/04/17 Mots-clés  féminisme  genre / sexualité  réflexion / analyse 

Le fait que la catégorisation hommes/femmes soit obligatoire suppose que la procréation est elle-même obligatoire. Et cette obligation pèse plus lourd sur les femmes que sur les hommes, du fait que, contrairement à la catégorie hommes, la catégorie femmes est strictement limitée au sexe, comme l’a amplement établi la théorie féministe (Guillaumin, 1992 ; Wittig, 2003). (...)

Se désigner comme femme, c’est, au sens biologique, se désigner comme matrice, comme « incubateur vivant », selon les termes mêmes d’un internaute s’interrogeant sur la nécessité de procréer.
(...)

Revendiquer l’identité féminine en rejetant la maternité, c’est s’énerver comme une mouche qui pense pouvoir traverser les parois du bocal où elle est prise. L’identité féminine est consubstantielle de la procréation. Le terme femme est en lui-même une injonction à la maternité. « Concept irrécupérable », disait Wittig (2001 : 103). « Ce n’est pas parce qu’une personne a un utérus qu’elle a nécessairement envie de s’en servir », clame cet internaute indigné : mais le fait de s’en servir, ou de pouvoir imaginer s’en servir, n’exige pas non plus d’être défini par cet organe. Seule la désidentification des individus à leurs appareillages reproducteurs pourrait, en réalité, garantir que le choix d’avoir un enfant relève vraiment d’un choix. (...)

https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2011-1-page-52.htm


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.