RSS articles
Français  |  Nederlands
lundi 19 avril 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 107 posté le  - Agenda
mardi 20 avril 2021
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires
10h00 - Formation : « Medic tout terrain » posté le  - Agenda
jeudi 29 avril 2021
samedi 1er mai 2021
00h00 - TOU•TE•S AU 1ER MAI FÉMINISTE ET RÉVOLUTIONNAIRE ! posté le  - Agenda
00h00 - Dans la rue pour le 1er Mai révolutionnaire 2021 ! posté le  - Agenda

Séminaire "Migrations et Luttes Sociales" (2015-16)

posté le 27/10/15 par Migrations et Luttes Sociales
lieu : Het Anker
adresse : 25 rue Marcq, 1000 Bruxelles, Bruxelles
Mots-clés  luttes sociales  sans-papiers 

Chers amis,

Dans le cadre du second séminaire du cycle "Migrations et Luttes Sociales" (2015-16), nous recevons Mathilde Pette (Univ. Lille 1), qui reviendra sur la manière dont les associations de soutiens aux migrants entretiennent une relation "ambigue" avec l’Etat, ses institutions et ses représentants (Voir le résumé de la présentation ci-dessous).

Anas Salih (MLS), également travailleur à l’ASBL Metting (aide juridique aux sans-papiers) sera chargé de discuter la présentation de Mathilde Pette et d’animer le débat avec la salle.

N’hésitez pas à consulter le programme complet du cycle de séminaires "Migrations et Luttes Sociales" : http://migrationsetluttessociales.blogspot.be/2015/09/cycle-de-seminaires-migrations-et.html

Au plaisir de nous y voir nombreux !

Papiers pour tous
ou tous sans papiers !

Lien FB : https://www.facebook.com/events/1497279580567519/

Groupe de réflexions "Migrations et Luttes Sociales"

Résumé de la présentation de Mathile Pette :

Cet article montre dans quelle mesure le travail mili‐ tant dans la cause des étrangers entretient une relation ambigüe à l’État, ses institutions et ses représentants. Destiné à influer sur les politiques migratoires et à accompagner et défendre les étrangers, le travail mili‐ tant se trouve dans le même temps façonné et condi‐ tionné par ces politiques migratoires. Les associations adaptent leurs activités en fonction du contexte poli‐ tique qui structure leur cadre d’action. De ce fait, c’est la nature du travail militant qui évolue : il se routinise, se juridicise, s’individualise et se formalise. Cet article montre ensuite comment ce processus de juridicisation participe à une diminution de la distance entre les asso‐ ciations et l’État. L’application des politiques migratoires par les administrations compétentes se fait dans ce cas avec, et en partie par, les associations de la cause des étrangers. Ces tendances apparaissent ainsi constitu‐ tives d’un processus d’institutionnalisation de la cause des étrangers. Cet article s’appuie sur des observations menées dans des associations de la cause des étran‐ gers et lors de réunions d’une commission préfectorale de réexamen d’étrangers sans‐papiers.


posté le  par Migrations et Luttes Sociales  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.