RSS articles
Français  |  Nederlands

Snowgames un projet absurde, mégalomane et … qui patauge

posté le 14/09/13 Mots-clés  luttes sociales  luttes environnementales 

Ce projet datant de 1999 consiste à vouloir créer un immense complexe de ski indoor (le plus grand d’Europe) dans une ancienne de porphyre à Lessines. En l’occurence il s’agit de la carrière Cosyns qui a été déclassé (sic) de zone naturelle protégée à zone de loisirs en 2002.

Ce projet mégalomane risque de détruire une zone à la biodiversité importante, de nombreuses espèces d’oiseaux et de plantes protégées ainsi qu’un plan d’eau reçelant certain microorganismes unique en Belgique. Qui plus est ce projet est extrement couteux et aura une consommation énergétique monstre pour refroidir les millions de m³ de la carrière. Tout ça pour quoi ? Pour faire du ski… à Lessines ?!? Et surtout pour rapporter de l’argent à des promoteurs véreux qui ont d’ors et déjà commencé à pollué la carrière alors même que l’infaisabilité du projet se fait de plus en plus flagrante.

Petit historique :

1999 : Naissance du projet Snowgames
2002 : Le ministre de la forêt déclassifie le site de la carrrière en zone de loisirs
2006 : Un permis unique est déliveré au projet le 2 mai
27 Mars 2008 : Prolongation d’un an du permis unique
Mai 2008 : Deux riverains introduisent un recour au Conseil d’État pour annuler la prolongation de la validité du permis unique
Octobre 2009 : L’Unité de répression des pollutions ordonne la cessation d’activités sur le site
Décembre 2009 : Le ministre de l’environnement annule cette ordonnance
Juillet 2010 : Suite à des remarques sur la nature des matériaux utilisés pour les remblais par l’URP qui considère que le site est exploité comme centre d’enfouissement technique, le fonctionnaire sanctionnateur régional décide d’infliger 20.000€ d’amende administrative à chaque associé de VIDEL, chargé du remblayage.
Mai 2011 : Le collège communal octroye un permis d’urbanisme pour l’aménagement d’une zone de parking sur l’ancienne carrière Notté.
Novembre 2012 : La ville de Lessines octroye un nouveau permis unique à la SA Snowgames
Juin 2013 : Le promoteur du Snowgames ainsi que 2 patrons de sociétés de transports de déchets comparaissent devant le tribunal correctionel de Tournai pour une contravention au décret du 27 juin 1996 relatif aux déchets, pour avoir exploité un établissement de classe 2 sans permis d’environnement et pour avoir omis d’observer les conditions générales du permis unique concernant la gestion d’un centre de tri.
Le tribunal correctionnel de Tournai juge les poursuites irrecevable

Non au Snowgames !


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Quelques correctifs à cet article aux arguments duquel nous souscrivons par ailleurs pleinement.
    En effet notre association s’est opposée à ce projet depuis le début, a introduit plusieurs recours administratifs, a dénoncé les faits de pollution mentionnés, sous le label Coordination pour la Sauvegarde des Carrières de Lessines, qui regroupait diverses associations de protection de l’environnement parmi lesquelles Inter Environnement Wallonie, Natagora, la LRBPO, Natuurpunt, Stichting Omer Wattez...

    La commune de Lessines soutient depuis le début ce projet, en dépit du bon sens, espérant y voir créés quelques 250 emplois, .

    Nous restons opposés à ce projet, non seulement pour les raisons écologiques et environnementales citées (en gros, la destruction d’un magnifique site de grand intérêt biologique et paysager), mais aussi parce qu’il s’agit d’un projet purement privé, élitiste (voir les prix d’entrées des centres indoor existant), fonctionnant en vase clos, et sans intérêts pour la commune et la majorité des habitants.

    C’est le Ministre Michel Foret (Ministre de l’Aménagement du territoire) qui a en 2002 déclassé le site carrier de zone naturelle en zone de loisirs.
    C’est le ministre Antoine (développement territorial) qui a octroyé le permis unique puis rejeté notre recours en mai 2006.
    Notre recours au Conseil d’état, porté par 2 riverains pour des raisons techniques, a bien été rejeté en 2008.
    Et enfin, c’est le permis d’urbanisme (permettant le criblage des déchets sur le site) et non le permis unique qui a été prolongé par la commune en 2012.

    Actuellement, seule une carrière annexe au projet (futur parking) est touchée par des travaux de remblaiement et les pollutions constatées.
    La grande carrière qui devrait servir à développer le projet de Centre de loisir est encore intacte, et les questions qui se posent sont :

    - à notre connaissance, aucune étude technique ne prouve encore que ce projet est réalisable, concernant la stabilité des falaises, les ancrages de la toiture, la stabilité des remblais.
    - l’absence de clarté sur le financement du projet et sur sa viabilité financière (20 ans après des premières estimations bien optimistes) ne donne aucune garantie sur la réalisation finale du projet.
    - au vu de la gestion suspecte du remblaiement de la carrière Notté, on peut craindre que le juteux commerce des déchets soit le seul à profiter d’une ouverture de chantier dans la carrière voisine, avec des risques de pollutions et un risque d’abandon du site à la clé.

    C.S.C.L.
    19.09.2013

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.