RSS articles
Français  |  Nederlands
vendredi 26 février 2021
15h00 - Rassemblement Une Seule Solution : La Régularisation ! posté le  - Agenda
dimanche 28 février 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
13h30 - Balade technopolice : cartographions la surveillance ! posté le  - Agenda
lundi 1er mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 100 posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 2 commentaires

Social : attendre 2019 pour lutter ?

posté le 04/12/17 par Formation Léon Lesoil
lieu : Pianofabriek
adresse : 35 rue du Fort, Saint-Gilles
Mots-clés  luttes sociales 

Flexibilité à outrance !
Destruction des pensions !
Casse du service public !

Attendre 2019
pour COMBATTRE ?

Conférence-débat avec :

Carine ROSTELEUR
Secrétaire régionale CGSP-ALR (FGTB)

Martin WILLEMS
Secrétaire syndical CNE (CSC)

Le gouvernement Michel continue son oeuvre de destruction des conquêtes sociales alors qu’il est tout à fait minoritaire en Wallonie et à Bruxelles. Sur l’ensemble des parlementaires qui le soutiennent, 76% proviennent de Flandre, 19% de Wallonie et 5% de Bruxelles !

Kris Peeters (ex-président de l’UNIZO, une organisation patronale), ministre CD&V de l’Emploi, s’affaire à bousiller la réglementation du travail alors que son collègue Daniel Bacquelaine (MR) lamine les pensions.

Steven Vandeputte, ministre N-VA de la Fonction publique s’occupe d’anéantir le statut des agents des services publics et son collègue N-VA Johan Van Velthoven, ministre des Finances prépare une pseudo « baisse de l’impôt sur le travail » (en réalité un pillage des caisses de sécurité sociale) et ce, après avoir baissé l’impôt des sociétés !

Et ce n’est pas tout ! Les flexi-jobs (contrats Zéro heure, payés en dessous du barème et sans sécurité sociale) introduits en 2015 dans l’Horeca sont maintenant étendus aux pensionné.es. Embaucher un pensionné dans une boulangerie coûtera moins cher que d’engager un ouvrier payé à l’heure et sous contrat. Car le pensionné sera payé en dessous du barème, sans cotisations sociales, sans horaire fixe et... mis dehors sans préavis. Où on va là ? On retourne deux siècles en arrière ?

Comment est-ce possible alors qu’en décembre 2014 une grève générale faisait chanceler le gouvernement Michel ? Faut-il attendre les élections de 2019 ? Et si le prochain gouvernement est le même ? Comment débloquer la situation pour relancer les luttes dès 2018 ? Comment s’organiser et avec quel objectif ?

Org : Formation Léon Lesoil
Info : 0487 209 062
en collaboration avec GAUCHE ANTICAPITALISTE
Entrée gratuite
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles


posté le  par Formation Léon Lesoil  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
luttedeclasse.jp(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.