RSS articles
Français  |  Nederlands

Sous la place du jeu de balle : une idée à creuser...

posté le 06/12/14 par c/p André Clette Mots-clés  alternatives  logement / squats / urbanisme 


Ce vaste abri souterrain voûté, construit au début de la dernière guerre, s’enfonce sur 35 mètres (pour 5 mètres de large) vers la rue de l’Hectolitre. Il pouvait accueillir jusqu’à 300 personnes. Fermées depuis 1945, les différentes salles semblent en excellent état de conservation. Les sanitaires, particulièrement modernes pour l’époque, étaient toujours présents la seule fois où l’endroit a été ouvert en 1995. À cette date, l’abri était tout à fait sec. Les évacuations d’eau fonctionnaient. L’installation électrique était fonctionnelle.

Ce lieu pourrait donc être aisément réhabilité, plutôt que détruit pour être remplacé par un parking. L’idée d’y installer un musée a été évoquée puis abandonnée. Il pourrait aussi faire place à un espace à vocation culturelle. Les Bruxellois ne manquent pas d’idées pour développer de ces initiatives que Madame Milquet, ministre de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, appelle avec condescendance « des petits brols sympathiques ».
Nous vivons une époque sombre pour la culture et la convivialité, récupérons donc les vestiges d’une époque sombre de notre histoire.

UN EXEMPLE ?
L’asbl COIFFURE LILIANE, « lieu de rencontre et de fête », qui accueille tous les styles de musique, de théâtre, de cabaret, comme de poésie, a vu le jour à deux pas de la place du Jeu de Balle. Elle en a été chassée pour d’obscures raisons par le Foyer Bruxellois.
Après avoir été accueillie tous les jeudis par le Centre Culturel Bruegel, pendant 6 ans, elle a dû quitter les lieux pour cause de travaux. Après une période de 6 mois dans les locaux de Recyclart, l’association se retrouve à nouveau sans abri... Elle draine pourtant un public nombreux et fidèle.

Évidemment, pour l’instant, l’accès à l’abri est assez malaisé…

Sur la place, à quelques mètres de l’église de l’Immaculée Conception, le seul accès est cette taque qu’on prendrait pour un banal couvercle d’égout.
Pourtant, à l’époque, l’endroit comprenait deux entrées : l’une face à l’entrée de la caserne, l’autre devant l’église. En 1945, les entrées ont été murées par la ville. Les escaliers qui menaient à l’abri ont été comblés en 1960. L’endroit est donc condamné.
Mais ce que la ville a condamné, elle peut aussi le faire revivre.
Ce serait autrement plus malin que le projet actuel qui, lui, doit être condamné et enterré au plus vite.

Tous sous la place du Jeu de Balle


posté le  par c/p André Clette  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
10527290_1549257(...).jpg
10501815_1549257(...).jpg
64776_1549257185(...).jpg
10408518_1549257(...).jpg

Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.