RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Soutien au GESU - Steun GESU

posté le 04/11/13 par Soutien au GESU - Steun GESU Mots-clés  logement / squats / urbanisme 

Soutien au GESU - Steun GESU
https://www.facebook.com/pages/Soutien-au-GESU-Steun-GESU/239310962894236
il y a 32 minutes.

La police est arrivée vers 5h30 ce matin et a enfoncé la porte. Ils ont, avec beaucoup de violence, procédé à l’évacuation. Le destin des 210 habitants, ou de ceux qui restaient, est incertain. Un grand nombre entre eux sont des citoyens européens (romes), qui ne peuvent pas être expulsés du pays mais dont le droit à l’accueil n’est pas assuré.

De politie heeft omstreeks 5u30 deze ochtend de deur ingebeukt. Ze zijn met veel geweld overgegaan tot de evacuatie. Het lot van de 210 bewoners, of van diegenen die er nog van overbleven, is onzeker. Een groot aantal onder hen zijn europees staatsburgers (roma), die niet uit het land mogen gezet worden maar waarvan het recht op opvang niet verzekerd is.


posté le  par Soutien au GESU - Steun GESU  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 4 novembre 2013 07:40

    Le Soir :

    Très tôt ce lundi matin, la police a commencé à procéder à l’expulsion des 200 occupants de l’ancien couvent du Gésu, à Saint-Josse-Ten-Node.

    La police a commencé à procéder à l’expulsion des occupants de l’ancien couvent du Gésu, lundi matin vers 05h30, ont indiqué plusieurs occupants.

    Une expulsion « violente »

    Plus de 200 policiers, armés de boucliers et matraques, ont délogé les occupants de manière assez violente.

    Alexis Deswaef, le président de la Ligue des droits de l’Homme, a témoigné à la Première de la violence de l’expulsion : « Une expulsion de manière très violente, avec des moyens policiers inimaginables : 40 combis, plus de 200 policiers, plus que le nombre d’habitants où il y a quand même environ 80 enfants. On ne s’attendait pas à ça. Des policiers avec boucliers et matraques qui avaient visiblement envie d’en découdre. Avocats, sympathisants, associations qui soutiennent les habitants ont été poussés de manière violente dans la rue. Visiblement les policiers avaient reçu pour instruction de ne pas hésiter à utiliser leur matraque ».

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.