RSS articles
Français  |  Nederlands
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

TANNEURS EN QUERELLE

posté le 01/09/14
-
Mots-clés  luttes sociales 

Depuis 4 mois, les habitants du quartier autour de la Rue des Tanneurs occupent ce qui est probablement le plus petit espace au monde à être objet de dispute entre habitants et gouvernants : je nous présente, nous sommes les plantes et arbres de la rue des Tanneurs et la rue de la Querelle. Taddaaam !

Il y avait là une friche que les voisins ont décidé de labourer en potager, sans demander de l’aide aux institutions. Parce qu’ici, c’est la marolle basse, en dessous du vloeiemarkt du jeu de balle et la piscine. Ici, on peut encore sentir que pas toute notre ville à été complètement détruit, qu’une ville populaire survit, malgré les manigances des décideurs, entrepreneurs et urbanistes qui passent leurs projets en stoemelings.

Ce qui ne passe pas inaperçu par contre c’est le petit parc occupé de la rue des Tanneurs. Déjà, le banc et la table ne sont pas en béton armé, mais en bois de palettes. C’est moins lourd, et puis il n’y a pas les habituels géraniums et hortensias des parcs aménagés (enfin, dis !) mais des patates, tomates, fèves, des courges, des tournesols… Même des papillons en papier sur nos buissons ! Ah, mais, il n’y a pas de barrière ? Ah ben non… On peut juste s’asseoir sans passer par une porte ? Mais vas-y … et tant que t’y es, assis toi une fois et bois un café, nous accueillons tout le monde qui soutient le projet ici.

Hier, il y a un ouvrier qui est venu faire un état des lieux des façades. Bon, il était très sympa, il a compris que c’était important de soutenir une initiative locale comme celle-ci, alors il a décidé de partir pour ne pas fâcher les gens, et de dire à son employeur qu’il ne pouvait pas continuer son boulot à cause d’un "climat social défavorable" (faut savoir que personne n’a été agressé physiquement ni verbalement). Nous on rit, parce que le projet a déjà été reculé une première fois grâce au même constat. Et en tant que jardin occupé, je crois que le "climat social défavorable au projet" sera mon meilleur ami, car les politiciens, ils ont beau soutenir l’initiative et être d’accord avec la nécessité de mon existence, ils haussent tous les épaules en disant "oui mais je comprend, je comprend, malheureusement ça ne dépend pas de moi, hein". Alors je me demande quand même dans quel monde on habite, si ça ne dépend de personne, ni de lui, ni de elle, de qui alors ? De nous ? Ben, dans ce cas là, c’est parti, hein.

Cette semaine normalement, il y aura une réunion avec la ministre, et puis le 8 septembre on passe au conseil municipal. Le 8 septembre sera aussi le moment où ils pourraient commencer le début des travaux. Entretemps le foyer bruxellois a proposé un autre espace plus loin, mais franchement, entre nous, des bacs remplis de terre ne remplaceront quand même pas nos jolis arbres ?

Attention ! Nous appelons tous les camarades du coeur, du quartier, de la ville, de venir nous soutenir, d’être aux aguets pour la venue éventuelle de bulldozers ou de bras costauds qui viendraient nous arracher de notre pauvre mais fertile terre, on appelle à passer régulièrement au potager, matin midi soir, d’agiter son monde autour de soi, d’organiser et de prévoir ce que l’on pourrait faire pour résister à l’évitable.

Et alors, il y a des gaillards qui vont projeter un film le jeudi, ça s’appelle "la bataille des marolles". C’est sur la lutte contre l’expansion du palais de justice dans les années ’60 auquel les marolliens se sont opposés tous ensemble, un peu comme aujourd’hui, ça nous rappellera des bons souvenirs, parce que quelques-uns de nos arbres existaient déjà et je suis sur que les vieux s’en souviennent aussi. Venez voir le film, et alors après on pourra discuter de comment on fait pour la suite.

(le projet de la destruction c’est la construction de logements sociaux, comme d’habitude, mais c’est pas inintéressant de connaître le nombre de logements sociaux vides dans le quartier. Comme a dit une voisine : ON ESSAYE DE NOUS ETOUFFER ! )

EN RESUME (pour ceux qui lisent en diagonal)

Mercredi 3 septembre 2014, 20h

RDVZ Rue des Tanneurs avec Rue de la Querelle, le Potager Occupé
PROJECTION du film "LA BATAILLE DES MAROLLES"

avec AUBERGE ESPAGNOLE (emmenez chaises aussi) ET DISCUSSIONS SUR LA LUTTE DU POTAGER, OÙ ON EN EST

A toute de suite


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
7848ffe2c7fd6480(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.