RSS articles
Français  |  Nederlands

Texte distribué aux marches climats

posté le 04/03/19 Mots-clés  luttes environnementales 

POUR SAUVER LA PLANÈTE, DÉTRUISONS CE MONDE !

Intro

Fonte des glaces, extinctions de masse, air irrespirable, augmentation des catastrophes climatiques,… s’il y a bien une chose sur laquelle presque tout le monde est d’accord c’est que la Terre va mal. En revanche lorsque l’on parle des différentes manières de régler le problème les avis divergent ; zéro déchet, taxe carbone, utiliser le vélo, faire des réserves naturelles, pisser sous la douche,… bien souvent on nous propose des solutions individualistes ou néo-libérales en pensant que soudainement tout va s’arranger…

Le capitalisme

En effet, d’un côté nous avons les pseudos solutions politiques consistant à capitaliser sur la nature en proposant des réserves naturelles payantes, en faisant payer les « pollueurs »,… nous avons donc d’une part les précaires qui s’enfoncent dans la précarité et d’une autre les classes aisées et les entreprises qui dé-culpabilisent de ce qu’ils font en payant (et encore pas toujours…). Ces méthodes sont aujourd’hui utilisées par la plupart des partis et mouvements politiques faisant mine de se préoccuper du climat. Ces mêmes personnes qui protègeront un hectare de forêt pour dix hectares rasés afin de construire des mégalopoles, des usines, des aéroports, des prisons,…

De l’autre côté nous avons les pseudos solutions individualistes, en plus d’être assez utopistes en faisant croire que toute l’humanité va se mettre à trier ses déchets, manger moins de viande, ne plus utiliser de pailles,… cette doctrine fait peser le poids des lourds bilans climatiques sur les individus en essayant de faire croire qu’ils sont responsables et que les cartes sont entre leurs mains en faisant fi de la pollution générée par les multinationales (et le capitalisme en général). Cette doctrine est largement soutenue par les bourgeois qui ont le temps et les moyens de se consacrer aux potagers, au zéro déchet et de payer une contribution à Greenpeace (en faisant culpabiliser les pauvres qui n’ont pas le temps de fabriquer leur savon,… car ils bossent pour un salaire de merde pour subvenir aux besoins de la famille) et tout en continuant de soutenir les pires responsables des catastrophes climatiques, comparable aux nobles achetant leurs indulgences. Ces bourgeois soutenant donc cette doctrine main dans la main avec les grands capitaux et les politiciens.

Bah vous me direz « c’est quoi ton problème ? Eux au moins essaient de trouver des solutions », le souci est là, on nous fait croire à de fausses solutions en esquivant les principales causes de tout ceci : le capitalisme. En effet, l’homme n’a pas assez avec ce dernier en exploitant d’autres hommes, il exploite donc aussi la faune, la flore et les autres choses que nous apporte la nature en pillant et tuant donc cette dernière en plus de pas mal polluer à côté. Ce système capitaliste qui produit en masse, exploite en masse, gaspille en masse, creuse les inégalités, nous fait entrer dans une routine morose et aliénante sous les regards indifférents des bourgeois et des politiciens (bien que les deux, s’ils ne se confondent pas toujours sont au moins proches et liés). Mon problème c’est que ces fausses solutions profitent à ce système et empirent donc les choses, évidemment ce n’est pas mal d’essayer de moins bouffer de la merde et moins polluer en faisant son potager, mais cela devient un souci lorsque l’on pense que cela va changer les choses et que l’on ne fait rien à côté, ce qui est bien souvent le cas.

Pour un problème aussi grave, des solutions radicales

Je pense qu’il faut multiplier les terrains de luttes. S’organiser et apprendre à vivre en dehors du capitalisme, sans pollution, c’est très bien et il faut le faire (et aller plus loin faire des zad, montrer à l’Etat son illégitimité,…) mais à côté de ça il faut se bouger pour montrer aux multinationales et à l’Etat qu’on ne veut plus d’eux, qu’on en a marre, qu’ils foutent la merde. Il est temps d’agir sérieusement. Je ne parle pas ici de nos petites manifs pleines de chants et d’amour, ces gens s’en foutent.

Multiplions les désobéissances civiles et les actions directes, sortons des civilisations polluantes et des technologies aliénantes, brûlons les usines et le productivisme, abattons l’Etat et le capitalisme.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)