RSS articles
Français  |  Nederlands

URGENT:Occupation du CEE 98 rue Gaucheret 1030 Bruxelles, besoin de soutien (gare du nord)

posté le 19/11/13 Mots-clés  action  luttes sociales  répression / contrôle social  No Border 

Communiqué de presse :

Des activistes du comité de soutien des Afghans bloquent ce matin 19 /11/2013 les entrées du CCE, rue Gaucheret 92-94 1030 Bruxelles, pour protester contre le traitement infligé aux Afghan-ne-s et plus généralement à tous les migrants par nos instances politiques et juridiques .

Le Conseil du Contentieux des Étrangers est une juridiction administrative indépendante. Il peut être saisi de recours contre les décisions du Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides, contre les décisions de l’Office des Étrangers et contre toutes les autres décisions individuelles prises en application de la loi du 15 décembre 1980 sur l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers (Loi sur les étrangers).

Le CCE est l’un des derniers maillons de la chaîne des juridictions mises en place par le pouvoir judiciaire afin de décider de qui peut ou ne peut pas obtenir les « papiers » .

En paralysant pendant quelques heures ce tribunal, le comité le soutien des Afghans veut attirer l’attention sur le rôle décisionnel dans les procédures de recours des demandeurs d’asile et de régularisation qui a été attribué à ce tribunal, et plus précisément sur les décisions prises pour les Afghans d’obtenir ou pas des permis de séjour.

Depuis plus de dix ans, l’Afghanistan connaît un climat politique dur et dangereux pour ses habitants. Coincés entre les talibans d’une part et les forces d’occupation d’une autre, les Afghans risquent donc la mort à chaque instant. L’explosion d’une bombe ayant tué huit personnes récemment est un exemple de la violence à laquelle ils sont soumis. Dans de telles circonstances, expulser les Afghans c’est être complice d’un massacre. Et pourtant, actuellement, l’Europe utilise un laissez-passer européen (créé en 1994) à la légalité douteuse, permettant aux états membres d’expulser des personnes vers leur pays d’origine, et ce, sans l’accord de celui-ci.

Les revendications des Afghans sont les suivantes : mise en place d’un moratoire à l’encontre de toute procédure d’expulsion, la libération de tous les Afghans actuellement emprisonnés et un permis de séjour général pour tou-te-s.

Des membres du collectif de soutien des Afghans.

No Border No Nation

NO DEPORTATION !

Contact media : Samir : 0486913510


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Persbericht :

    Activisten van het steuncomité van de Afghanen hebben deze ochtend 19/11/2013 de toegang verhinderd tot de Raad voor Vreemdelingenbetwistingen aan de Gaucheretstraat 92-94 , 1030 Brussel. Met deze actie willen ze protesteren tegen de manier waarop de Afghanen, en meer algemeen alle migranten, worden behandeld door onze politieke en juridische organen.

    De Raad voor Vreemdelingenbetwistingen is een onafhankelijk administratief rechtscollege. Bij de Raad kan beroep aangetekend worden tegen beslissingen van het Commissariaat-generaal voor de Vluchtelingen en de Staatlozen, tegen beslissingen van de Dienst Vreemdelingenzaken en tegen alle andere individuele beslissingen die genomen zijn met toepassing van de wet van 15 december 1980 betreffende de toegang tot het grondgebied, het verblijf, de vestiging en de verwijdering van vreemdelingen (Vreemdelingenwet).

    De RVB is een van de laatste schakels in de juridische mogelijkheden die door de rechterlijke macht werd opgezet, om te bepalen wie wel en geen “papieren” mag verkrijgen.

    Door dit tribunaal gedurende enkele uren stil te leggen, wil het steuncomité de aandacht vestigen op de beslissingsmacht dat werd toegekend aan dit tribunaal in de beroepsprocedures van asielzoekers en regularisatieaanvragers, en dus ook haar macht in de besluiten om Afghanen wel of niet een verblijfsrecht toe te kennen.

    In Afghanistan heerst al meer dan tien jaar een hard en gevaarlijk politiek klimaat. Gevangen tussen de taliban enerzijds en de bezetters anderzijds, vrezen de Afghanen elke dag voor hun leven. De ontploffing van een bom die onlangs acht mensen doodde, toont dit dagelijks geweld aan. In deze omstandigheden is het uitwijzen van Afghanen, gelijk aan medeplichtigheid aan die bloedbaden. En toch gebruikt Europa momenteel een Europees laissez-passer (gecreëerd in 1994) met een bedenkelijke wettelijkheid. Hiermee kunnen de Europese lidstaten mensen uitwijzen naar hun land van oorsprong zonder dat het akkoord van het thuisland.

    De eisen van de afghanen zijn de volgende : een moratorium tegen elke uitwijzingsprocedure, de invrijheidstelling van alle Afghanen die momenteel opgesloten zitten en een algemeen verblijfsrecht voor hen allen.

    Leden van de steuncomité voor de Afghanen.

    No Border No Nation

    NO DEPORTATION !

  • Une manifestation d’Afghans a rejoint les activistes, CEE toujours bloqué. Police présente !

  • 19 novembre 2013 10:02

    Robocoffs, autopompe, bus d’arrestation à la gare du Nord et rue du Progrès

  • Après la vivite de deux représentant des Afghans, tout le monde est partis, pas d’arrestation

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.