RSS articles
Français  |  Nederlands

VOUS TROUVEZ-ÇA NORMAL ?

posté le 30/11/20 par cortège de braises Mots-clés  luttes sociales  Liège 

Le couvre feu, en tant que mesure sécuritaire, est une étape supplémentaire soi-disant "exceptionnelle", vers l’installation et une acceptation généralisée des pouvoirs répressifs.

L’individualisation des responsabilités collectives, la multiplication des mesures liberticides et de surveillance, la répression des initiatives de solidarité auto-organisées, le manque de mesures cohérentes pour lutter contre le virus et la mésinformation à outrance constituent un terreau fertile pour les courants réactionnaires, comme l’extrême droite ou le complotisme, qui instrumentalisent du ras-le-bol généralisé - légitime et justifié. (communiqué de presse : https://bxl.indymedia.org/IMG/pdf/cp.pdf).

Les affaires en cours montrent bien les priorités des poursuites judiciaires :

- "Non lieu" et donc, pas de poursuites pour les policiers ayant renversé et tué Adil, 17 ans, à Bruxelles pendant le premier confinement (et répression massive sur le rassemblement d’aujourd’hui à Bruxelles exigeant "Justice pour Adil et les autres victimes de violences policières") ;

- Prison avec sursis contre les 17 syndicalistes accusés d’avoir participé à un blocage routier dans le cadre d’une grève nationale il y a cinq ans, dont 1 mois de prison avec sursis pour le président de la FGTB ;

- L’avocat général a requis à peine un an avec sursis pour le policier ayant tiré sur la camionnette transportant des personnes migrantes et tué Mawda, 2 ans, dans le cadre des opérations de traque des migrants dites "Médusa" et qui continuent aujourd’hui ;

- Etc...

VOUS TROUVEZ-ÇA NORMAL ?

Depuis l’hiver passé, les autorités ont démontré leur impréparation face à la pandémie du Covid-19. Ces six derniers mois, malgré les alertes et propositions des secteurs de la santé et du travail social, aucun choix politique conséquent n’a été pris pour anticiper la deuxième vague de contaminations.

Presque pas d’embauches, de formations ni d’amélioration des conditions de travail dans ces secteurs clés pour lutter contre la crise socio-sanitaire ; peu de contrôles (et encore moins de sanctions) pour les grandes entreprises qui refusent de protéger leurs travailleuses·eurs ; pas d’implication du terrain dans les décisions ; pas d’investissement massif pour adapter certains foyers de contaminations (écoles, lieux culturels, etc.) ; pas d’augmentation significative de l’offre de transports en commun, de la capacité de tests, du nombre de profs pour réduire la quantité d’élèves par classe ; très peu de réquisitions de logements vides ; trop peu de soutien pour les associations et petit·es indépendant·es dans la merde (santé mentale, annulations de factures, de dettes, de loyers) ; etc...

Combien d’entre nous, sans perspectives, ne peuvent plus se projeter ? Le suicide d’Alysson résonne chez de nombreuses personne et fait echo à nos sentiments de solitudes, d’isolement ou d’abandon. Combien de temps sommes-nous censé.es accepter cette situation et regarder les choses s’empirer ?

À quand des réponses publiques sanitaires sensées et solidaires ?

Nous avons commencé à rassembler des témoignages de personnes qui sont fortement impactées par la crise socio-sanitaire actuelle et les mesures de l’état (Témoignage d’une personne sans-papier : https://www.facebook.com/LesDodosLiege/photos/gm.655022261837021/989163464909671/ / Témoignage d’une infirmière : https://www.facebook.com/LesDodosLiege/photos/gm.654351985237382/988412388318112/ Témoignage d’une travailleuse précaire, travailleuse du sexe https://www.facebook.com/LesDodosLiege/photos/gm.653745865297994/987704318388919/)

Les gouvernements ne pourront pas répondre aux enjeux actuels en continuant d’ignorer ces situations.

Pour affronter ensemble l’épidémie : comment soutenir toutes ces personnes aux réalités les plus impactées par de telles mesures sécuritaires et priorités politiques désastreuses ? Comment pouvons-nous organiser des mesures sanitaires qui correspondent à nos réalités ? De quoi avons-nous besoin ? Quelles sont nos forces ?

RALLUMONS NOS FEUX !

Prendre la rue pour défendre nos droits est une évidence ! N’en déplaise à ceux qui "mobilisent l’argument faussement sanitaire pour suspendre les droits fondamentaux (de réunion, de rassemblement, de manifestation, de déplacement) : une grave erreur de communication et une grave erreur politique" (Voir réponse à Julien D, membre du MR et infirmier, dont le désaccord au cortège est parue dans la Meuse https://bxl.indymedia.org/spip.php?article28483&lang=fr ).

Nous ne voulons pas de leur statu quo. Nous reprenons l’espace public. Nous ne demanderons pas d’autorisation pour cela. Nous appelons à la désobéissance.

Nous nous découvrons pour prendre soin les un·es des autres. Nous ne sommes pas un collectif, mais des personnes qui se mettent ensemble pour provoquer ces instants suspendus et ces rencontres. Cette page facebook a accepté de publier notre événement, et nous l’en remercions.

Nous invitons à s’intéresser aux initiatives de lutte et de solidarité qui existent près de chez soi et à vérifier comment les soutenir, à sortir sur le pas de sa porte à 22h, à se réunir sur les places publiques de nos quartiers et à partager de la chaleur, à rallumer nos feux.

Propageons la solidarité, pas le virus !
Le vent souffle sur nos braises


posté le  par cortège de braises  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 1er décembre 2020 17:48

    Le couvre feu, en tant que mesure sécuritaire, est une étape supplémentaire soi-disant "exceptionnelle", vers l’installation et une acceptation généralisée des pouvoirs répressifs.

    Dès la première phrase le ton est donné : Les mesures sanitaires deviennent « sécuritaires », et de facto une acceptation « des pouvoirs répressifs »…

    De quel pouvoir parle-t-on ?

    La CELEVAL n’est pas un groupuscule occulte qui joue avec la peur de la population, paralysée depuis mars par un « Pouvoir sécuritaire » ! Que nenni, billevesée !

    Le covid19 est un virus mortel, et tenir un discours aussi simpliste dans votre article (Qui d’ailleurs mélange pandémie, affaires judiciaires, et le « grand soir »), est très naïf !

  • 1er décembre 2020 19:38

    Qui a parlé du CELEVAL ? Une manifestation de soignant.es, ces "héros de la nation" que le gouvernement appelait à applaudir tous les soirs, interdite et réprimée par la police le 13 septembre, ça vous dit quelque chose ? Le jeune Adil, vous en avez entendu parler ? Vous intéressez-vous ne fût-ce qu’une minute à ce qu’il passe dans les quartiers populaires de Bruxelles ?

    Êtes-vous susceptible de fournir une seule source médicale crédible qui pointe l’importance du couvre-feu et du masque dans la rue pour limiter l’épidémie ?

    Que le covid soit un nouveau virus et qu’il soit mortel pour les personnes âgées ou souffrant de comorbidité est indéniable. Mais ne pas voir que certaines des mesures imposées sont d’essence autoritaire bien plus que sanitaire révèle soit de la mauvaise foi soit d’une cécité politique...

  • 2 décembre 2020 01:05

    Les témoignages spontanées de la population à 20h00 lors de la première vague n’ont pas étés le fait de la volonté d’un quelconque organe politique, voire d’une élite bien pensante, ou même du gouvernement de l’époque, au pouvoir limité.

    La manifestation du 13 septembre une fois celle-ci terminée, des groupuscules ont tentés le coup de force, et avaient déjà créés des tentions au départ et pendant celle-ci. Pourquoi vous étonner du résultat, de la provocation émerge la réaction…

    Le couvre-feu fait partie des mesures contre la propagation du covid19 ; C’est l’ensemble des organes décisionnels et informationnels : Les épidémiologistes, l’Absym, les hôpitaux (Souvenez-vous de l’appel du CHU de Liège en octobre…)

    https://www.facebook.com/CHULiege/posts/10157178887226906

    J’habite Helmet, ça vous va comme « quartier populaire » ?

  • 2 décembre 2020 01:10

    Copier/coller du message du CHU de Liège en date du 26 octobre

    https://www.facebook.com/CHULiege/posts/10157178887226906

    CHU de Liège
    26 octobre ·

    La situation à l’hôpital est la suivante : de nombreux patients arrivent chaque jour, ce qui porte notre chiffre ce lundi matin à 258 patients. Lundi passé, il y en avait 144 ! Si l’on poursuit au rythme de samedi (+40), on va droit dans le mur. D’autant qu’il est... certain qu’il faudra un "certain" temps pour que les mesures prises vendredi, samedi et dimanche aient des effets positifs sur les courbes.

    Combien de temps ? Cela fluctue entre 14 et 29 jours.
    Pourquoi 29 ? Parce que, lors de la première vague, les courbes avaient baissé le 10 avril... après 29 jours de confinement. Et ici, on vient de prendre des mesures moins drastiques.

    Il y a néanmoins des changement par rapport à mars :

    1. les traitements médicamenteux ont bien évolué, réduisant les durées de séjour, en unités d’hospitalisation et vraisemblablement aussi en soins intensifs (même si le recul manque).

    2. Des nouvelles techniques d’aide à la respiration ont vu le jour qui réduisent le nombre de personnes sous intubation et sédation et donc la durée moyenne de séjour dans les USI (unités de soins intensifs).

    3. Les patients sont moins impactés et sortent de l’hôpital pour retourner en maisons de repos. En première vague, c’était les hôpitaux qui venaient au secours des MRS, cette fois, c’est en quelque sorte le contraire.

    4. Une organisation d’"hospitalisation à domicile" avec la collaboration des médecins généralistes et des infirmières à domicile, avec des équipements d’aides à la respirations portables, favorise elle aussi la sortie de l’hôpital.

    Donc, vous l’avez compris, le gros travail organisationnel consiste à augmenter le nombre de sortants pour compenser la croissance du nombre des entrants. On n’est cependant pas à l’équilibre et il faut donc trouver de la place au sein du réseau.

    C’est dans ce sens qu’il y a eu, pour le réseau, une série de transferts : il y en a encore eu vers les hôpitaux de Leuven et d’Hasselt aujourd’hui mais, la situation en Flandre évoluant, cette possibilité devrait s’arrêter (il y a aussi des patients qui ont refusé le transfert...). Des options sont à l’étude avec l’Allemagne. Le CHR de Verviers a opté pour l’hôpital de campagne à côté de l’hôpital "en dur". C’est une formule que le bourgmestre de Liège avait évoquée en fin de semaine passée.

    Pour le moment, le CHU déprogramme des opérations non urgentes et non essentielles. Il garde donc, logiquement, de la place en bloc op’ et en lits traditionnels et de SI pour les urgences non-covid (AVC, infar, cancers foudroyants, accidents de la route,...) La déprogrammation se fait sur base d’études scientifiques internationales qui fixent, pour chaque pathologie, la durée maximale du report. Chaque dossier, sur cette base et sur base du dossier médical de chaque patient, est analysé par les chirurgiens. Le CHU récupère de la sorte des lits et du personnel. On ouvre donc de nouvelles unités COVID (on y place deux patients par chambre) et de nouveaux lits de Soins Intensifs (les grands brûlés, les blocs op’ de l’hôpital de jour,...) mais, pour éviter la saturation, il faut, dans le même temps, poursuivre le travail de "sortie".

    Ouvrir des lits nécessite aussi d’avoir le personnel soignant disponible pour les encadrer. L’appel aux médecins lancé vendredi a connu un très bon retour tandis que des formules pour le personnel infirmier sont mises en place avec des étudiants, des stagiaires, des pensionnés et des bénévoles. Sans oublier les infirmières qui reportent leurs congés, malgré un état de fatigue impactant.

    MERCI A TOUS.

    Voilà la situation du jour. Il est difficile de dire combien de temps on peut tenir avec cette organisation. Cela dépendra de l’évolution des courbes du virus. Donc merci à tous d’appliquer les gestes-barrière. Ce n’est pas cela qui agrandira l’hôpital mais cela pourra accélérer l’inversion des courbes pandémiques.

    Et ne dites pas qu’on en serait pas là si ceci ou si cela... On en est là et il nous faut en sortir au plus vite.
    Bonne nuit

  • 2 décembre 2020 18:56, par crap

    A monsieur Helmet,

    Votre point de vue sur la manifestation du 13 septembre révèle assez clairement d’où vous parlez. Je vous invite à lire le communiqué des soignant.es en lutte qui ont organisé la manifestation, particulièrement la 2e partie du communiqué "Aprèsles applaudissements, les matraques" :
    https://lasanteenlutte.org/bilan-de-la-manifestation/

    Soignant.es en lutte qui sont tout aussi clair.es sur la manière dont l’épidémie est gérée, et le scandale que représente la culpabilisation des citoyen.nes comme principal axe de lutte contre l’épidémie, alors qu’il y en a bien d’autres mesures à envisager (un ptit refinancement du secteur de la santé par exemple ?) :
    https://lasanteenlutte.org/le-capital-tue-la-sante-combattons-lausterite/

    Quand au fait d’habiter un quartier populaire, ça n’a jamais prémuni d’être con ou réactionnaire. Même les journalistes de la Libre Belgique pointent le niveau délirant de répression policière à Anderlecht ces jours-ci - https://www.lalibre.be/belgique/societe/emeutes-liees-a-la-mort-d-adil-pourquoi-un-tel-deploiement-de-force-cela-revient-a-tuer-une-mouche-avec-un-bazooka-5fc69d869978e23b12d9da3c -, que vous soyez moins critiques qu’eux en dit suffisamment long...

  • 3 décembre 2020 01:00

    Pourquoi « Monsieur » ? Suis-je obligatoirement un homme ?

    La santé en lutte, le PTB PVDA, ça fleur bon la tradition du collectivisme tout ça… Quant à la manifestation, ayant été un.e observateur.trice, j’étais à la bonne place pour en juger.

    C’est vrais que con OU réactionnaire relève le débat, et qu’encore une fois, vous mélangez pandémie et affaires judiciaires (vous avez oublié de faire référence aux camarades de la FGTB ; Pour info, le combat se mène aussi au Parlement, pour que « l’infraction d’entrave méchante » dans la législation ne soit plus une menace du droit de grève)

    Concernant Anderlecht, l’enquête n’est pas clôturée, les parents du jeune homme ont toujours appelé au calme, mais il semble que des « éléments anarchistes » (C’est dans La Libre, si si) ne souhaite pas entendre le message et préfèrent la confrontation directe avec les forces de l’ordre ; Bonne méthode pour faire avancer les consciences ça madame, tout casser, ils comprendront mieux…

    Le temps ne fait rien à l’affaire.
    Quand on est con, on est con !
    Qu’on ait 20 ans, qu’on soit grand-père
    Quand on est con, on est con !

    Sacré Georges hein ;-)

    Ginette de Helmet

  • 3 décembre 2020 15:06

    YA PAS PLUS NORMATIF ET TOTALITAIRE QUE LA NORMALITE ALORS NORMAL TOI-MEME !

  • 3 décembre 2020 16:28

    La section commentaire existe pour permettre de compléter les informations de l’article, ou encore de réagir de manière constructive et ponctuelle. Indymedia n’est pas un forum, si vous voulez raconter votre vie, vomir votre frustration ou juste lancer un débat, retournez écumer les reseaux sociaux mainstream.

    un modérateur fatigué

  • 7 décembre 2020 23:01

    T’emballe pas l’exité du langage, essaie de comprendre à quoi fait référence cette punchline "vous trouvez ça normal ?" dans le contexte des cortèges à Liège

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)