RSS articles
Français  |  Nederlands
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Contre l’état d’exception sanitaire, lutter pour la santé

posté le 06/09/20 par rues vivantes
lieu : Monts des Arts - Gare centrale Bruxelles
Mots-clés  luttes sociales  répression / contrôle social  action 

Aux mois de mai et juin, à la sortie du confinement et en réaction à ses effets sociaux et politiques désastreux, nous avons appelé à des rues vivantes.

Nous avons manifesté notre soutien aux urgentistes de l’hôpital Saint-Pierre qui avaient tourné le dos à un gouvernement refusant d’assumer sa faillite politique et morale, un défaut de prévoyance et des conflits d’intérêts scandaleux.

Puis, considérant le « massacre de masse » qui s’est déroulé dans les homes – 5.000 morts dans des conditions indignes et inhumaines, coupés de leurs familles, parfois privés de nourriture et de boisson –, nous avons apporté notre soutien aux aîné.es lors de deux carnavals déambulant à Saint-Gilles et Forest pour rompre l’isolement, nous approcher, pleurer, chanter : pour la tendresse, pour la révolte.

Enfin, nous nous sommes rendus devant la prison de Saint Gilles pour rappeler que l’isolement et la distance sociale tuent. Dans les homes, dans les prisons, dans les centres fermés, partout où les regards et les contacts s’éteignent.

Aujourd’hui, alors que cela fait trois mois qu’il y a moins de 100 personnes en soins intensifs en Belgique, alors qu’il n’y a plus d’épidémie d’un point de vue hospitalier, les gouvernants font perdurer et renforcent l’état d’exception sanitaire : contrôle et limitation des relations sociales, interdiction de la fête, imposition du masque partout, situation délirante dans les écoles, interdiction des manifestations, etc, etc.

Nous partageons une crainte. Celle que la vie ne survive pas à cette accumulation de règles et d’interdictions insensées. Corps physiques forcés, relations et déplacements surveillés, autocensure et conformisme imposés. Le masque n’est que le symbole le plus visible d’un ordre à nu qui se fonde sur l’exception, la peur et la menace, hier terroriste, aujourd’hui sanitaire, et demain ? Qui peut encore croire qu’il s’agirait d’une exception passagère, protectrice, visant le bien commun ?

Nous ne reconnaissons en fait aucune légitimité aux gouvernants, responsables de la destruction du système de santé et obnubilés par l’économie et le contrôle, pour nous imposer des manières de vivre et de nous soigner : notre santé, nos corps, nous-mêmes ! Notre santé est d’abord affaire de prises de soin et de luttes collectives.

Face à une normalité qui a tout d’un cadavre dans la bouche, nous arrêtons de jouer le jeu, nous reprenons la rue, la fête, la vie.

Pour commencer, nous appelons à rejoindre les soignants à leur grande manifestation ce dimanche 13 septembre à 13h et formerons un bloc, entre la gare centrale et le Mont des Arts, sous la banderole : Non à l’état d’exception sanitaire et sa répression !


posté le  par rues vivantes  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)