RSS articles
Français  |  Nederlands

Dérrive radicale dans les mouvements sociaux et lutte sociale

posté le 24/12/13 par esperance et paix Mots-clés  D19-20 

beaucoup de slogan on tendance a créer un climat de peur ou d’insécurité ex "eurocrate sert toi de ta cravate", "police fédérale, milice du capital" ou encore "résistance et sabotage". cela s’apparente à l’anomie

Cette tendance peut entraînés des comportements violents ainsi que de la paranoïa chez certain individu, de plus le dernier est clairement une "incitation au terrorisme". Bien que certains voudraient que la peur change de camps, il ne faudrait pas que celle-ci soit contre productive. Tentons de respecter la non-violence et le pacifisme.

De plus, cela créer un antagonisme néfaste entre d’une part la police et les manifestants. Bien que je reconnais les différentes bavures policières et arrestations arbitraire, il faut comprendre que ce sont des êtres humains aussi. Il est grand temps de stopper cette tendance négative.

Si nous voulons enfin créer et montrer les biens faits d’un autre modèle de développement. Il est grand temps de ce structurer pour progresser de manière réfléchit, pourquoi ne pas créer un mouvement politique reprenant non plus notre rage mais nos inspiration à un autres monde.

Et pour compléter l’article sur les arrestation arbitraire et l’attaque de la presse en parlant de "mouvance annarchiste"

L’anomie comme désordre social n’est pas à confondre avec l’anarchie. L’anarchie renvoie étymologiquement à l’absence de commandement (privatif an- et grec archos) et désigne, au sens strict, une organisation sociale et politique sans autorité coercitive. Le mot « anomie » se réfère à l’absence de règles, de structure, d’organisation. Bien que l’idée que l’anarchie mène nécessairement à l’anomie soit répandue, et qu’elle est au cœur des oppositions à l’anarchisme, les anarchistes s’en défendent. Pour eux, les sociétés actuelles hiérarchisées créent le chaos plutôt que l’ordre, là où l’anarchie serait l’établissement d’un ordre naturel, juste et égalitaire. Il est à ce titre révélateur que le symbole traditionnel de l’anarchie, le A cerclé, représente l’union de l’anarchie et de l’ordre (l’ordre moins le pouvoir3), illustrant ainsi la célèbre maxime de Proudhon : « La plus haute perfection de la société se trouve dans l’union de l’ordre et de l’anarchie », ou la phrase de Hem Day « On ne le dira jamais assez, l’anarchisme, c’est l’ordre sans le gouvernement ; c’est la paix sans la violence. C’est le contraire précisément de tout ce qu’on lui reproche, soit par ignorance, soit par mauvaise foi. »
Pour tenter de montrer un autre modèle de dévellopement que nous pouvons trouver à travers les squats et les occupations et si nous voulons montrer un notre processus de dévellopement


posté le  par esperance et paix   Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Merci pour ton copier coller de définition et ta chouette vision de l’ordre moins le pouvoir, mais n’abuse tout de même pas trop du flanc au petit dej...

    Les slogans cités sont soit à prendre avec humour, soit ancré dans une profonde réalité, soit des état d’esprit ou des moyens concrets de lutte.

    Le pacifisme que tu prônes fut pour ses défenseurs que tu chéris à n’en pas douter une force réelle de changement et de courage.

    Es tu réellement courageux ?

    Tu as visiblement participer au Blocage de Jeudi. Tu savais donc à l’avance, à moins que tu sois bête (ce qui ne me semble être le cas, que l’on voudrait t’en empêcher). Et c’est donc, évidement, la police fédérale qui sait acquitté de cette mission. Étais tu, étions nous, réellement déterminés à bloquer ce sommet européen ? Si tel est le cas, la police, est de fait l’ennemi, l’opposant, l’empêcheur de nos desseins. Nous avons donc par définition des projets antagonistes avec la police... Nous leur avons sans aucun doute accordé trop d’importance et notre rage nous à rendu aveugle, comme souvent. Mais à n’y pas douter, dans cette guerre de position, les chiens de garde du capital sont nos pions ennemis.

    Ton message est donc soit bourré de lâcheté et ou de manque de sincérité... A moins que tu ne t’ennuies de trop en cette veille de noël pour poster ce genre de texte....
    Reprenons le contrôle de nos vies, par tous les moyens nécessaires, vivons nos utopies ici et maintenant. Pour l’ordre moins le pouvoir !

  • 26 décembre 2013 08:22, par Vieux Sympathisant de la Gauche communiste internationaliste

    La vision du pouvoir présentée par le texte fait montre d’une énorme lacune : le « pouvoir » n’est que le reflet des rapports sociaux de production, et la bonne question n’est pas la définition de l’anarchie en tant que pouvoir, mais s’il y a un pouvoir, c’est le pouvoir de qui ?

    Le fait de ne voir que la superstructure du pouvoir dans la société future sans se pencher sur l’indispensable transformation des rapports de production qu’elle nécessite, c’est ne rien comprendre à la transformation que devra subir l’actuelle société pour abolir l’Etat et l’actuel système de contrôle de la société par la classe des exploiteurs capitalistes…

    Lesdits exploiteurs n’ayant pas une seconde l’intention de se laisser déposséder du pouvoir sans réagir, le pacifisme et la non-violence ne sont que des aller-simples pour l’impuissance et la paix des cimetières ! Mais la violence révolutionnaire n’a rien à voir avec l’individu, elle est une violence collective, celle d’une classe contre une autre, celle de la classe majoritaire des exploités contre une petite minorité d’exploiteurs.

    La non-violence, ça ne fonctionne pas, ça n’a jamais marché, nulle part ! Les rapports sociaux ne sont qu’un rapport de force, le mouvement révolutionnaire aussi. Et la police est peut-être composée d’êtres humains, elle est AVANT TOUT un outil de la classe dominante au service de la répression des exploités. C’est beau l’humanisme, mais ça ne fait que 200 ans que Gracchus Babeuf a dépassé ce stade !

    Ensuite il faudrait se pencher sur la réalité du rapport de force instauré par les squats et autres « luttes autonomes », ce que leurs auteurs ne font jamais…

  • 26 décembre 2013 15:37, par pfff

    tout est dans le titre

  • 5 janvier 2014 11:16, par il faut reste résonable ?

    Oui tu as raison : toi qui emploie un pseudo ; espérance et paix.
    IL faut être positifs, changé de slogan.

    Du genre ; police avec nous, ou présenté des doléances au pouvoir en place comme au moyen-age. lancé des fleur sur les robocops, anar et flic ensemble pour plus de sécurité. Dés que nous remarquons un illégal il faudrait l’accompagné chez Fédasil, en lui disant que ont lui paye un dîne......

    Pour être constructif je te conseil comme lecture ; l’art de la guerre Lao Tseu, ou émeutes, terrorisme, guérilla, du général Piroht et du générale Francart. Ce livre analyse comment toutes les forces de l’ordre (y compris l’armée) doit réagir en cas d’action cité ci-dessus.
    Peux être que alors tu changera d’avis ? Mais libre a toi.

  • 16 janvier 2014 05:43, par VSGCI

    En tout cas, merci pour la référence, je ne connaissais pas le bouquin des deux généraux.

    En échange, voici une des miennes : Du terrorisme et de l’État, de Gianfranco Sanguinetti. Il a été édité en français, mais n’est pas des plus trouvables.

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.