RSS articles
Français  |  Nederlands
mardi 2 mars 2021
20h00 - Apéro-débat en ligne | Prison : le travail à la peine posté le  - Agenda
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

[discussion] Pour un climat de révolte

posté le 16/04/19
lieu : Acrata
adresse : Rue de la Grande Île 32, 1000 Bruxelles

acrata[a]post.com
Mots-clés  luttes environnementales  luttes sociales  projection / débat / concert 

La dégradation du milieu vital n’est en rien une fatalité ; mais plutôt un élément clé de l’univers du capitalisme. Toutes les perspectives du pouvoir dans la société actuelle : non seulement ses appareils et ses structures, mais la hiérarchie qu’ils introduisent dans les rapports sociaux, et jusqu’aux rêves et aux désirs qu’ils conditionnent, dépendent cruellement du mode de production industriel pour continuer à fonctionner et à exister.
On peut songer que l’exploitation de la nature et de la nature humaine avancent au même rythme cadencé du « progrès industriel ». L’effondrement du monde est aussi étendu que nous sommes dépossédé partout du pouvoir de décision sur nos propres conditions d’existence.
Jusqu’ici, tous les discours baveux sur la « responsabilité individuelle » ont principalement réussi à canaliser les inquiétudes et à neutraliser les possibilités de refuser ce monde mortifère. À titre d’exemple, le triage des déchets est avant tout une morale et une discipline dans laquelle les dirigeants nous enferment. Devant l’impérieuse nécessité de soutenir l’ordre industriel, le déferlement de catastrophes naturelles les pousseront à imposer de nouvelles formes d’asservissement, pour sauver ce qui peut l’être.
Est-ce que la science peut nous servir de guide ? Elle qui transporte notre imaginaire depuis les confins de l’espace jusqu’à l’infiniment petit des atomes, mais sans jamais franchir les limites du capitalisme.
Nous pensons que des jours plus vivants et respirables nous attendent dans une relation désaliénée de l’être humain avec la nature (et donc des individus entre eux) ; dans la lutte pour détruire les institutions et le pouvoir qui font obstacle à l’emploi libre de l’environnement selon nos propres besoins et désirs.

Discutons-en !


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)