RSS articles
Français  |  Nederlands
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

[discussion] Réappropriation ou destruction de la ville ?

posté le 04/07/17
lieu : Acrata
adresse : Rue de la Grande Île 32, 1000 Bruxelles
Mots-clés  logement / squats / urbanisme  luttes sociales  répression / contrôle social  projection / débat / concert 

Face aux projets d’aménagements qui nous condamnent chaque fois un peu plus à la réclusion urbaine, on en est vite réduit à se faire les défenseurs de l’existant précédent, sans plus parvenir à voir tous les problèmes qu’il posait déjà. Pour éviter de s’engluer dans la préservation d’un environnement aliéné, il nous faut comprendre le caractère profondément structurant de la ville, et ne pas accepter comme si elles étaient neutres les manières de se loger, de communiquer, de se déplacer, d’imaginer même... forgés dans le pouvoir et la dureté du béton. Car il n’y a rien de nouveau dans la possession-recomposition de l’espace urbain par la domination. On peut même soutenir, comme d’autres avant nous, que la société capitaliste construit avec les villes les conditions les plus adéquates de son bon fonctionnement, non pas depuis aujourd’hui, mais depuis toujours. En agissant sur la structure même du bâti et sur l’organisation sociale des espaces, l’urbanisme est bien sûr une manière d’exercer un pouvoir. Dès lors il nous semble que la ville toute entière est pensée pour organiser une masse d’atomes en mouvement selon des parcours strictement réglés et hiérarchisés : du travail au supermarché sans jamais dévier. Nous n’habitons pas la ville, nous sommes habités par elle.
Peut-on vivre libre entre les murs d’une ville, quelle qu’elle soit ? Voilà la question que l’on voudrait creuser ensemble.

Proposition d’un texte à lire avant la discussion : Architecture et anarchie, un couple mal assorti (disponible au local)


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.