RSS articles
Français  |  Nederlands
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

[discussion] Un autre concept de force

posté le 10/06/19
lieu : Acrata
adresse : Rue de la Grande Île 32, 1000 Bruxelles

acrata[a]post.com
Mots-clés  luttes sociales  projection / débat / concert 

Avec des milliers de personnes qui prennent à nouveau les rues de manière régulière pour exprimer un « non » hétérogène, ressurgit également - si elle avait jamais disparue - une idée quantitative de la lutte, c’est-à-dire l’idée d’appeler les exploités à se rassembler pour un affrontement frontal avec le pouvoir. Alors que dans un premier temps la grogne des gilets jaunes prenait aussi la forme d’une multiplication de blocages et d’attaques diffuses, on constate que la décentralisation s’efface petit à petit derrière le mot d’ordre écrasant des samedis émeutiers, dans une course éperdue à la croissance et au spectaculaire. L’imaginaire que beaucoup peuvent avoir de la révolution consiste précisément à « faire le nombre », un nombre contre un autre en quelque sorte, autrement dit à constituer une puissance égale et opposée à celle du pouvoir, en mesure de faire basculer le rapport de force.

Et si le pouvoir n’est pas un ennemi qui nous fait face ? Ni un quelconque Palais d’Hiver qu’il faudrait conquérir ? Et si, par contre, le pouvoir est un ensemble d’idées, de structures et d’individus, logiquement disséminés sur le territoire, qui entretiennent les rapports sociaux d’oppression et d’exploitation, est-ce que l’attaque frontale peut être une base pour la destruction de l’autorité ? Ou devons-nous commencer sur des bases différentes ?

Se ranger dans une perspective quantitative de la lutte révèle par avance quelle est la société pour laquelle on se bat. C’est pousser par la force des choses vers un mouvement qui se focalise plus qu’il ne s’étend, vers une position d’attente de moments de référence au lieu d’encourager l’initiative individuelle, vers le nivellement des différences dans une fausse unité plutôt que la participation sur ses propres bases, etc. Soi dit en passant, le vieux frontisme, ou la nouvelle convergence, poursuivent l’un comme l’autre la même illusion quantitative. À l’inverse, la diffusion des hostilités, l’action en petits groupes entre proches, la multiplicité et la variété des initiatives, sont des moyens différents de concevoir les rapports, qui préfigurent déjà un monde débarrassé de tout pouvoir. Cela n’est pas seulement un avantage du point de vue tactique, en n’offrant pas à l’ennemi de point unique contre lequel frapper, mais c’est décidément aussi plus cohérent avec les idées anarchistes.

Si l’on refuse d’enterrer le mouvement social dans un affrontement symétrique, impossible à tenir, avec l’Etat et ses flics, plutôt que de chercher à engranger la force numérique « indispensable », mieux vaut alors envisager quelles sont nos possibilités. Partons à la recherche d’un autre concept de force.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)