RSS articles
Français  |  Nederlands
lundi 27 juin 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange / acte 169 posté le  - Agenda
mardi 28 juin 2022
19h30 - Soirée débat : quel avenir pour le quartier Midi ? posté le  - Agenda
jeudi 30 juin 2022
lundi 4 juillet 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda
lundi 11 juillet 2022
14h30 - Permanence squat : À l’assaut du vide posté le  - Agenda

[projection] Revolutionary Road

posté le 07/01/19
lieu : Acrata
adresse : Rue de la Grande Île 32, 1000 Bruxelles

acrata[a]post.com
Mots-clés  luttes sociales  répression / contrôle social  projection / débat / concert 

Fiction de Sam Mendes (2008, 1h 59min).

Voilà un film qui soulève un peu de réflexion et suffisamment de haine pour vouloir mettre en pièces d’un seul coup le RÊVE AMÉRICAIN : cette opulente désolation d’une vie de famille bien rangée et monotone en banlieue résidentielle. Véritable cauchemar dont l’anéantissement ne serait pas si urgent s’il ne persistait à ravir le sommeil de tant de nos contemporains jusqu’à aujourd’hui.

C’est l’histoire de deux êtres déchirés par une aspiration impossible à combler dans le « vide désespérant » de leur vie quotidienne. Le vide des rôles sociaux, cette façon de modeler ses attitudes existentielles sur les normes de l’organisation sociale, et qui nous rend étrangers à nos propres désirs. Le vide du paraître, qui nous fait vivre dans l’idée des autres, sur le plan de l’apparence, et selon les images stéréotypées que la publicité trace de nous-mêmes. Le vide de la séparation, car les circuits de la vie courante - de l’automobile à la télévision, du domicile au bureau, de l’autoroute aux vacances - toujours identiques, organisent l’isolement de tous.
Quelque part conscient de tout cela, IL mettra pourtant ses rêves de côté, au premier prétexte venu - la promotion, l’argent, l’amour des enfants -, avec une amère facilité qu’on ne connait que trop bien. Bientôt rattrapé par le quotidien, le dernier éclat de vie s’efface dans la soumission joyeuse au pouvoir. Et les talents qu’il déployait à rompre l’ennui du travail, une fois reconnus et homologués, serviront à habiller de couleurs neuves et séduisantes les vieux rapports d’exploitation.
Impossible pour ELLE de renoncer (à vivre intensément) sans perdre la « raison » ou la vie. La folie est alors une catégorie commode pour ranger et tenir à l’écart les individus que le pouvoir ne peut gouverner, les inadaptés qui se moquent des rôles ou les refusent. D’où le rôle de la psychiatrie, de faire accepter aux gens une société qui les rend malades.

Quelques années plus tard (le livre sort en 1961), le monde de la survie n’étant plus perçu comme une fatalité par tout le monde, il se trouva des gens pour entreprendre une révolution de la vie quotidienne. D’ailleurs Revolutionary Road nous intéresse moins pour ce que l’auteur y exprime de critiques inabouties, et davantage pour ce que son oeuvre laisse poindre et qui lui échappe.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)