RSS articles
Français  | 
Petite réponse à Jean-Michel Blanquer posté le 24/11/17 - On the web - 3 commentaires
Alerte les racisés se réunissent posté le 24/11/17 - On the web - 11 commentaires
Racisme d’État : la preuve par Jean-Michel Blanquer posté le 23/11/17 - On the web - 7 commentaires
Blanquer attaque la fédération SUD éducation à l’assemblée nationale posté le 23/11/17 - On the web - 21 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 205

Article refusé par les modérateurs
Raison du refus :
mauvaise catégorie
TROTSKY LE STALINE MANQUÉ

Pour comprendre le bolchevisme, et plus particulièrement le stalinisme, il ne sert à rien de suivre et de prolonger la controverse, superficielle et le plus souvent stupide, à laquelle se livrent staliniens et trotskystes. Il est fondamental de voir que la révolution russe, ce n’est pas le seul parti bolchevique. Tout d’abord, elle n’a même pas éclaté à l’initiative de groupes politiques organisés. Bien au contraire. Elle a été le résultat des réactions spontanées des masses face à l’écroulement d’un système économique déjà fortement ébranlé par la défaite militaire.

Trotsky ne pouvait pas se permettre de voir dans le bolchevisme un simple avatar de la tendance mondiale vers une économie fascisante. En 1940, il défendait toujours l’opinion que le bolchevisme avait, en 1917, évité la venue du fascisme en Russie. Il devrait pourtant, de nos jours, être tout à fait clair - et en fait cela aurait dû l’être depuis longtemps - que tout ce que Lénine et Trotsky ont réussi à empêcher, c’est d’utiliser une idéologie non marxiste pour masquer une reconstruction fasciste de la Russie. En ne servant que les buts du capitalisme d’Etat, l’idéologie marxiste du bolchevisme s’est tout autant discréditée. Pour tout point de vue qui veut dépasser le système capitaliste d’exploitation, trotskisme et stalinisme ne sont que des reliques du passé.

Paul Mattick

Il ne s’agit naturellement pas d’une comparaison des traits de caractère de ces deux personnages essentiels de la révolution de 1917. Willy Huhn, socialiste de gauche allemand (1909–1970), examine, dans trois articles écrits en 1951 et 1952, l’évolution des positions politiques de Trotsky sous trois aspects :

- Les relations entre le parti et les Soviets, et plus largement la question de l’autonomie des producteurs, en particulier à travers les débats de 1920 et 1921.

- Le qualificatif d’« État ouvrier » que Trotsky n’a cessé d’accorder à l’État soviétique, y compris en 1939 après l’invasion de la Pologne, et la lumière qu’elle jette sur la conception qu’avait Trotski de la construction du socialisme.

- Son « bonapartisme », c’est-à-dire les politiques centralisatrices et autoritaires qu’il a prônées et parfois pu mettre en œuvre entre 1918 et 1923, et en particulier la nécessité de la militarisation du travail qu’il affirmait encore après la fin de la guerre civile.

Ces textes sont précédés par Stalinisme et bolchevisme, un article de Paul Mattick paru en 1947 à l’occasion de la publication aux États-Unis du Staline de Trotsky. Dans sa postface, Daniel Saint-James analyse comment à partir du discours de Trotsky lui-même se sont construits une mythologie et un culte, avec pour conséquence, chez ceux qui se proclament ses héritiers, des comportements sectaires.

http://pdf.lu/QFE3


posté le 18 octobre 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Une fois de plus on ressort de la naphtaline le texte de Huhn, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne fait qu’alimenter un certain nombre d’idées totalement fausses et mensongères.

    La première est qu’il y aurait un lien entre les Bolcheviks - on va dire le marxisme - et le Stalinisme. C’est un mensonge patent et il n’est pas inintéressant de constater que chaque fois qu’il est demandé à ceux qui le profèrent de s’expliquer un peu, ils ne le font pas. Il y a une raison à cela : marxisme et stalinisme sont incompatibles.

    La seconde est que Trotsky et les Trotskystes actuels, c’est la même chose. C’est encore une fois totalement faux. Trotsky a été de son vivant lourdement critiqué par d’autres courants communistes - italien, allemand, hollandais notamment - mais au moins il avait une cohérence politique propre liée à une analyse fausse du rapport de force entre les classes à son époque. Huhn pas plus que Mattick ne tiennent compte que, juste avant de mourir, il remettait son analyse en cause, ce qui a causé une scission dans la IVe Internationale après la guerre. Et pas n’importe quelle scission : sa femme et le secrétariat espagnol - qui étaient au Mexique avec lui - ont dénoncé la IVe Internationale et son attitude pendant la guerre, au nom justement des analyses de Trotsky avant sa mort. On peut lire tout ça ici :

    https://www.marxists.org/francais/4int/postwar/1947/06/nt_19470600.htm

    https://www.marxists.org/francais/4int/urss/natalia.htm

    Alors, les âneries basées sur une méconnaissance de l’histoire et de ce qui s’est réellement passé, ça va un moment. Ça n’est pas pour dire que Trotsky avait raison dans ses analyses, mais lui avait un but, et il était révolutionnaire. Trotsky a été assassiné par Staline, pas le contraire, et c’est justement parce que Trotsky n’aurait jamais pu remplacer Staline…

  • 18 octobre 11:07

    un excellent bouquin, il n’est donc pas étonnant que ça défrise le cci

    il n’y a pas de lien entre les bolcheviks et le stalinisme !!!!!!!!!!

    quand on entend ça, pas la peine d’aller plus loin…

  • LÉNINE ET TROTSKY ONT FORGÉ LE STALINISME

    L’Etat soviétique, combinant le Parti et l’Administration, forme une gigantesque pyramide de cellules variées et de bureaux multiples sous des comités exécutifs locaux et régionaux étagés selon une hiérarchie minutieuse de la base au sommet et soumis à l’autorité suprême d’un centre unique, le Comité central du Parti dont le Politbureau et le Secrétariat sont, en principe, les organes permanents. Mais comme l’a dit Bernard Shaw, à un certain moment, Staline s’avéra le secrétaire général d’un comité dont il avait lui-même nommé tous les membres pour qu’ils le nomment Secrétaire général.

    Sous la structure dominatrice du Parti s’additionnent et s’entre-croisent plusieurs structures parallèles, celles des pseudo-Soviets, des pseudo-Syndicats, des Jeunesses communistes, des institutions économiques, des organisations policières. Ces structures diverses s’emboîtent et s’enchevêtrent comme dans un labyrinthe apparemment inextricable, mais dont le Secrétariat, son Orgbureau et son Orgraspred (s’il existe encore) détiennent le fil d’Ariane. A tous les niveaux de ces réseaux bureaucratiques correspondent des avantages de tout ordre, notamment des privilèges matériels qui incitent aux rivalités intestines, à l’arrivisme et à la corruption déclarée (conditions de logement, voitures, villégiatures, « enveloppes », magasins spéciaux interdits au peuple, réservés aux bénéficiaires de la « nomenclature », sic). Une invraisemblable mais réelle superposition de kom (comités) maintient tant bien que mal le système, à savoir, de bas en haut de l’échelle, la pléthore des kom (de lieux, de districts, de villes, de provinces, de régions) et des ispolkom (comités exécutifs) subordonnés à maints kom supérieurs que surplombe l’oligarchie dont parlait Lénine en veine de franchise.

    Telle est l’oeuvre empirique de celui qui, dans l’Etat et la Révolution, en 1917, avait affirmé que l’Etat doit commencer à dépérir dès le lendemain de la révolution socialiste. Elle a été réalisée par étapes pour encadrer et soumettre la population réfractaire au nouveau régime ; car même la minorité d’électeurs qui votèrent pour les bolchéviks à la Constituante n’avaient pas voté pour la Tchéka et la terreur, ni pour le communisme ; elle crut voter pour la paix, pour la distribution des terres, pour des soviets libres. A cette construction étatique monstrueuse correspond une idéologie aberrante, un pseudo-marxisme verbal, simpliste et caricatural, dont Lénine fut également le créateur théorique et pratique. Staline n’a fait qu’avilir à l’extrême ce que Lénine avait inventé, celui-ci sincère dans ses intentions socialistes, ce dont ses épigones n’ont cure.

    Quant à Trotski, soucieux d’effacer ses désaccords du temps jadis avec Lénine, reculant devant la suspicion perfide de « bonapartisme », hanté par le précédent historique de « Thermidor », il a dû rivaliser d’orthodoxie dite « bolchévique-léniniste » avec ses adversaires, tout en dénonçant in extremis et à juste titre « le système de la terreur par l’appareil », mais dans des conditions où cet appareil, dont il avait fait partie, était désormais capable d’étouffer toute voix discordante et de punir sans rémission toute velléité de dissidence.

    Trotski a contribué à forger avec Lénine le mythe néfaste de la « dictature du prolétariat » et le dogme funeste de l’infaillibilité du Parti, au mépris des idées réelles de Marx invoquées à tort et à travers. Tous deux, ivres de leurs certitudes doctrinales, juchés au sommet de la pyramide bureaucratico-soviétique, ont méconnu ce qui s’élaborait aux niveaux inférieurs, faisant preuve d’une inconscience qui a livré à Staline tous les leviers de commande.

    Tels sont, en esquisse hâtive, nécessairement dépouillée, le pourquoi et le comment de la carrière énigmatique de Staline. Résumé qui ne permet pas d’identifier, comme trop de gens y inclinent, le fondateur de l’Etat prétendu soviétique à son héritier, si différents de natures et par leurs mobiles, sans parler du reste. Plekhanov, à Victor Adler qui lui avait dit pour le taquiner : « Lénine est votre fils », répondit du tac au tac : « Si c’est mon fils, c’est un fils illégitime ». Lénine aurait pu en dire autant de Staline. Car ce dernier n’était pas un autre Lénine. Ceux qui le croient sincèrement se trompent. Mais ceci est une autre histoire.

    Boris SOUVARINE

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top