RSS articles
Français  | 
La banalité du mâle

La lamentable Une offerte la semaine passée par Les Inrockuptibles à Bertrand Cantat n’a rien d’une anomalie : elle s’inscrit au contraire dans une longue tradition française de complaisance face à la violence sexiste, jusque dans ses formes les plus extrêmes, en particulier quand elle est le fait d’un « grand artiste » ou d’un « grand penseur ». Une longue tradition d’occultation, de dénégation, de relativisation et d’hyper-euphémisation notamment du viol ou du meurtre, dont a déjà pu bénéficier un autre « grand génie » : le philosophe Louis Althusser, coupable du meurtre d’Hélène Legotien, sa femme, le 16 novembre 1980. Dans un article publié initialement dans Nouvelles Questions féministes en 2015, Francis Dupuis-Déri revient sur la thèse qui s’est alors imposée, très vite, dans les débats publics : celle de la folie, à grands renforts de cautions intellectuelles empressées de disculper le tueur. Un des intérêts de cet article est de fournir les éléments factuels montrant, de façon implacable, la pertinence d’une autre grille de lecture, sociologique et féministe, qui donne à voir un meurtre finalement très banal.

« Je me souviens de mon interminable question : mais comment se peut-il que j’aie tué Hélène ? » Louis Althusser (1994 : 286)

Hélène Rytmann est née à Paris en 1910 dans une famille juive. Sa jeunesse a été marquée par deux drames importants : elle a administré à treize ans, sur recommandation du médecin, une dose mortelle pour mettre fin aux jours d’un père atteint du cancer, puis l’année suivante de même pour sa mère. Membre du Parti communiste depuis 1930, elle est une résistante dans la région de Lyon pendant la Deuxième Guerre mondiale, connue alors sous le nom d’Hélène Legotien (nom qu’elle reprendra pour signer des textes, et que je retiendrai pour la désigner tout au long de ce texte). Elle rencontre ensuite un philosophe qui enseigne à l’École normale supérieure, Louis Althusser, également membre du Parti, avec qui elle sera en relation de couple pendant une trentaine d’années.

Au début de la Guerre froide, elle milite au Mouvement pour la paix (d’obédience soviétique) avant d’être exclue des rangs du Parti par ses camarades qui l’accusent d’hitléro-trostkisme ou d’avoir été à la solde de la Gestapo ou de l’Intelligence service. De l’aveu même de son conjoint, celui-ci votera aussi son exclusion (Althusser, 1994 : 228).

La notoriété d’Althusser s’affirme, mais il est très instable psychologiquement, au point d’être souvent hospitalisé. Legotien devait alors répondre aux demandes de nombreux ami·e·s qui s’inquiétaient de l’état de santé de son conjoint, mais ne s’intéressaient jamais à elle, ce qu’elle vivait comme une « injustice intolérable » (Althusser, 1994 : 275).

Althusser assassine Legotien le 16 novembre 1980, vers 9 heures du matin, dans leur logement de l’École normale supérieure.

Tout de suite s’impose dans l’espace public la thèse de la folie pour expliquer ce cas. Toute analyse sociologique ou politique, pour ne pas dire féministe, est évacuée.

C’est précisément de ce discours public ayant pour effet de disculper le tueur dont il sera ici question. L’étude proposée se fonde sur une analyse croisée des propos du tueur lui-même, qui s’est longuement exprimé sur ses motifs dans son autobiographie (L’avenir dure longtemps), puis des points de vue avancés dans des textes parus dans les journaux et des revues après l’assassinat et suite à la parution de l’autobiographie. Dans ce corpus s’entremêlent des discours de journalistes, d’éditorialistes, de chroniqueurs et d’intellectuels, le plus souvent des hommes, ainsi que de psychologues et de psychiatres, par exemple dans le cadre d’entrevues.

L’analyse présentée ici porte sur une sélection de textes retenus pour leur pertinence dans le cadre de cette recherche, sans prétention à l’exhaustivité, tout en s’inspirant des travaux de Vania Widmer (2004) qui a elle aussi proposé une analyse des discours médiatiques au sujet du « crime d’Althusser » . L’objectif n’est pas de distinguer ou de comparer les divers registres de discours , mais plutôt de montrer qu’ils expriment de manière consensuelle une même certitude, à savoir que le meurtre doit s’expliquer par la psychologie de l’assassin, ce qui a pour effet de dépolitiser cette affaire, voire de disculper l’assassin lui-même. Ainsi, après avoir présenté des outils d’analyse développés par des féministes spécialistes des discours publics au sujet des violences masculines contre les femmes, le contexte social dans lequel le meurtre est survenu sera rappelé, puis seront présentés plus précisément les discours de psychologisation et de victimisation du tueur, pour finalement discuter du réseau de protection et de solidarité masculine qui s’est mis en place au profit du tueur.

Au fil de la discussion, il apparaîtra que cette affaire agit comme un « révélateur » social (Delphy, 2011 : 7), car revenir sur ce crime et surtout sur les discours publics à son sujet permet de mettre en lumière les « tactiques d’occultation » (Romito, 2006) de la violence masculine contre les femmes, à la fois individuelle et collective.

Éclairages féministes

Avant de discuter de cette affaire et de ses suites, revenons aux travaux de féministes qui ont analysé les discours sur les violences des hommes envers les femmes. Leurs études sur la représentation par les médias des « drames conjugaux » ou « crimes passionnels » permettent d’identifier des régularités, en particulier quant aux explications offertes. Une présentation synthétique des recherches réalisées dans la sphère anglo-saxonne (Guérard et Lavender, 1999) indique que le sujet principal du récit médiatique est généralement l’homme qui assassine sa conjointe ou son ex-conjointe, alors que sa victime occupe une place marginale, même si elle est souvent tenue pour responsable de sa propre mort, la responsabilité de l’assassin étant du même coup minimisée.

Chaque affaire est traitée à la pièce dans les médias, soit comme un événement isolé, ce qui empêche de voir que la violence masculine meurtrière est un phénomène social (les journalistes n’évoquent pas les autres affaires similaires même quand plusieurs sont l’objet d’articles dans la même édition d’un journal, ou à quelques jours d’intervalle). Parmi les explications permettant de minimiser la responsabilité de l’assassin, notons la volonté de sa conjointe de le quitter et la dépression. Fait intéressant : tous ces éléments se retrouvent dans les discours médiatiques traitant de l’assassinat de Legotien par son conjoint, mais aussi dans l’autobiographie signée par l’assassin.

Une autre étude (Houel, Mercader et Sobota, 2003), portant spécifiquement sur la France, a également permis de constater que les journalistes expliquent les « crimes dits passionnels » le plus souvent par « un raisonnement psychologique, voire psychopathologique », surtout quand le meurtrier est un homme de classe moyenne et « blanc ». Les journalistes avancent en revanche des explications socioculturelles quand il s’agit d’un homme d’origine étrangère, en particulier un Musulman (Houel, Mercader et Sobota, 2003 : 9, 103 et suiv.).

Plusieurs féministes spécialistes des violences masculines contre les femmes ont démontré que les discours publics, y compris des autorités, ont tendance à évacuer toute référence aux rapports sociaux de sexe, attitude qui participe d’un « processus de dépolitisation » (Lieber, 2008 : 175). Dans leur étude, Annick Houel, Patricia Mercader et Helga Sobota (2003 : 104-105) distinguent deux types de « théorisations psychologiques » : soit « les criminels font l’objet d’une sorte de diagnostic », soit les causes « sont recherchées dans l’enfance des criminels », en particulier du côté de leur père absent ou violent et de leur mère dominante. Encore une fois, les discours publics relayés dans les médias au sujet de l’assassinat de Legotien correspondent bien à ce schéma, tout comme le récit livré par l’assassin dans son autobiographie.

Pour mieux saisir la signification politique des discours au sujet du meurtre perpétré par Althusser, les réflexions complémentaires de Mélissa Blais et de Patrizia Romito méritent d’être mobilisées. Blais (2009) a analysé les discours médiatiques au sujet de l’attentat antiféministe à l’École polytechnique de Montréal, le 6 décembre 1989. Elle a constaté que les médias présentaient le terroriste avant tout comme un fou, même s’il avait très explicitement expliqué ses motivations politiques, c’est-à-dire antiféministes. Ce jeune homme a tué 14 femmes (13 étudiantes et une adjointe administrative), à l’École polytechnique, après avoir déclaré « J’haïs les féministes ». Il s’est suicidé sur les lieux et les policiers ont trouvé sur son corps une lettre-manifeste, dans laquelle le terroriste se livrait à cette prédiction : « Même si l’épithète Tireur Fou va m’être attribué [sic] dans les medias, je me considère comme un érudit rationnel. » Il a en effet tout de suite été désigné comme un « tueur fou » par les médias.

Pour sa part, Althusser a déployé beaucoup d’énergie pour se présenter comme fou, et donc irresponsable du meurtre, alors qu’il était reconnu comme un érudit rationnel.

Romito (2006) a étudié de manière plus générale les « tactiques d’occultation » de la violence masculine contre les femmes. Elle identifie « la psychologisation » comme l’une des tactiques la plus courante et la plus efficace d’occultation des violences masculines contre les femmes. Cette tactique, qui constitue « un refus de l’analyse politique » (Romito, 2006 : 137 ; voir aussi Hanmer, 2012 [1977] : 100), rend difficile de penser ces meurtres comme relevant d’une logique sociopolitique, même si les statistiques sont très claires à ce sujet :

La psychologisation est donc, en substance, une tactique de dépolitisation, chargée de maintenir le statu quo et de renforcer le pouvoir dominant. […] Psychologiser peut servir aussi à décriminaliser telle action (Romito, 2006 : 122-123, souligné dans le texte).

Blais (2009 : 77 et suiv.) a aussi expliqué comment la psychologisation du tueur de l’École polytechnique a été reprise dans les médias, y compris par des psychologues et des psychiatres qui n’avaient ni rencontré le tueur, ni consulté son dossier médical. Blais démontre que cette psychologisation a eu pour effet de transformer le « tueur fou » en victime (il est malade, souffrant) et de le déresponsabiliser (la cause est la folie, ou ce qui a causé la folie, soit possiblement le féminisme et les féministes). Les réflexions de Blais et Romito rejoignent celles de la féministe britannique Jalna Hanmer, présentées dans le premier numéro de Questions féministes en 1977. Elle précisait que le défi dans l’analyse des violences masculines n’est pas nécessairement « l’explication de tel acte individuel : notre préoccupation centrale est la signification, au niveau social structurel, de la violence des hommes contre les femmes. » (Hanmer, 2012 [1977] : 94)

Bibliographie :
Althusser, Louis (1994). L’avenir dure longtemps. Paris : Stock/IMEC.
Arce Ross, German (2003). « L’homicide altruiste de Louis Althusser ». Cliniques Méditerranéennes, 1(67), 222-238.
Blais, Mélissa (2009). « J’haïs les féministes ! » : Le 6 décembre 1989 et ses suites. Montréal : Remue-ménage.
Blais, Mélissa, Francis Dupuis-Déri, Lyne Kurtzman et Dominique Payette (Éds.) (2010). Retour sur un attentat antiféministe : École polytechnique de Montréal, 6 décembre 1989. Montréal : Remue-ménage.
Butler, Judith (2002). « “La conscience fait de nous tous des sujets”. L’assujettissement selon Althusser ». In Judith Butler, La vie psychique du pouvoir (chap. V). Paris : Léo Scheer.
Cipriani, Lucile (2003). « Mort de Marie Trintignant : Nul n’a su contourner l’agresseur ». Le Devoir, 3 septembre (texte consulté sur le Web le 10 janvier 2015 : http://www.ledevoir.com/non-classe/35211/mort-de-marie-trintignant-nul-n-a-su-contourner-l-agresseur).
Corpet, Olivier et Yann Moulier Boutang (1994). « Présentation ». In Louis Althusser, L’avenir dure longtemps. Paris : Stock/IMEC.
Delphy, Christine (2011). « “C’est le plus grand des voleurs, oui mais c’est un Gentleman” ». In Christine Delphy (Éd.), Un troussage de domestique (pp. 9-25). Paris : Syllepse.
Debauche, Alice et Christelle Hamel (2013). « Violence des hommes contre les femmes : quelles avancées dans la production des savoirs ? » Nouvelles Questions Féministes, 32(1), 4-13.
Dubec, Michel (2001). « André Gide aurait-il pu juger Louis Althusser ? ». Journal français de psychiatrie, 2(13), 37-39.
Guérard, Ghislaine et Anne Lavender (1999). « Le fémicide conjugal, un phénomène ignoré : analyse de la couverture journalistique de 1993 de trois quotidiens montréalais ». Recherches féministes, 12(2), 159-177.
Hanmer, Jalna (2012 [1977]). « Violence et contrôle social des femmes ». Questions féministes, 1 ; reproduit dans Questions féministes 1977-1980, Paris : Syllepse, 2012, pp. 94-115.
Houel, Annick et Claude Tapia (2008). « Les dessous du féminicide. Le cas Althusser ». Le Journal des Psychologues, 8(261), 50-53.
Houel, Annik, Patricia Mercader et Helga Sobota (2003). Crime passionnel, crime ordinaire. Paris : Presses universitaires de France.
Jaspard, Maryse (2005). Les violences contre les femmes. Paris : La Découverte.
Lefebvre, Julie et Suzanne Léveillée (2011). « Profil descriptif d’hommes ayant commis un homicide conjugal au Québec ». In Suzanne Léveillée et Julie Lefebvre (Éds.), Le passage à l’acte dans la famille. Perspectives psychologique et sociale (pp. 2-27). Québec : Presses de l’Université du Québec.
Legotien, Hélène (1955). « Du roman au film ». Esprit, juillet.
Lévy, Bernard-Henri (2011). « Préface ». In Louis Althusser, Lettres à Hélène. Paris : Grasset.
Lieber, Marylène (2008). Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question. Paris : Presses de SciencesPo.
Marty, Éric (1999). Louis Althusser, un sujet sans procès. Paris : Gallimard.
Naville, Pierre (1961). L’automation et le travail humain. Paris : CNRS.
Poisson, Catherine A. (2008). « Louis Althusser’s the future lasts forever : The failure of auto-redemption ». The Journal of Twentieth-Century/Comtemporary French Studies, 2(1), 107-125.
Romito, Patrizia (2006). Un silence de mortes : La violence masculine occultée. Paris : Syllepse (coll. Nouvelles questions féministes).
Widmer, Vania (2004). « Le crime d’Althusser ». L’Écrit, 54, 8-22.

http://lmsi.net/La-banalite-du-male


posté le 20 octobre 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 20 octobre 01:20

    Lmsi = site puant

  • 20 octobre 10:54
  • 20 octobre 10:59

    Du meurtre de Legotien par son conjoint, nous n’avons que le récit du meurtrier. L’autobiographie écrite par celui-ci au milieu des années 1980 et publiée en 1992, deux ans après sa mort de cause naturelle, s’ouvre ainsi :

    Tel que j’en ai conservé le souvenir intact et précis jusque dans les moindres détails […] voici la scène du meurtre telle que je l’ai vécue. Soudain, je suis debout, en robe de chambre, au pied de mon lit dans mon appartement de l’École normale. […] Devant moi : Hélène, couchée sur le dos, elle aussi en robe de chambre. […] Agenouillé tout près d’elle, penché sur son corps, je suis en train de lui masser le cou. […] Je ressens une grande fatigue musculaire dans mes avant-bras : je sais, masser me fait toujours mal aux avant-bras. Le visage d’Hélène est immobile et serein, ses yeux ouverts fixent le plafond. Et soudain, je suis frappé de terreur : […] je sais que c’est une étranglée. Mais comment ? Je me redresse et hurle : j’ai étranglé Hélène ! Je me précipite, et dans un état de panique intense, courant à toute force […] vers l’infirmerie où je sais trouver le Dr. Étienne […] [t]oujours hurlant je monte quatre à quatre l’escalier du médecin : “J’ai étranglé Hélène !” (Althusser, 1994 : 34).

    Catherine A. Poisson (2008) et Vania Widmer (2004) ont procédé à des études serrées de cette mise en récit et elles concluent qu’elle est minée par un problème important : « Althusser est absent du meurtre. Le meurtre se déroule sans lui » (Widmer, 2004 : 13). Il massait sa conjointe, puis il a une sorte d’absence, presque une rêverie, et quand il reprend conscience, Legotien est morte. Cette mise en récit reprend des éléments de discours qui se retrouvent dans les médias lorsqu’il y est question des « crimes passionnels » : « les termes choisis tendent à décrire ce moment [du meurtre] comme un accident, comme l’accident d’un être sujet à l’égarement et non pas sujet de son crime » (Houel, Mercader et Sobota, 2003 : 129).

    Dans son autobiographie de plus de trois cents pages, Althusser raconte son histoire personnelle pour expliquer son meurtre. Il suggère que ce crime s’explique par des ressorts psychologiques et psychanalytiques, évacuant toute référence à la politique des sexes et au féminisme. Or, ce meurtre ne constitue pas un événement exceptionnel, particulièrement si on le replace dans le cadre du système patriarcal en France, où il a eu lieu. En effet, les féministes ont bien démontré que la violence masculine contre les femmes est un phénomène sociologique, en plus d’être l’objet d’importantes mobilisations féministes, y compris à l’époque où survient le meurtre.

    Après Maryse Jaspard (2005 : 11-13), Alice Debauche et Christelle Hamel (2013 : 5) ont rappelé que la dénonciation des violences masculines contre les femmes a été « l’une des questions majeures soulevées par le mouvement féministe des années 1970. […] La dénonciation des différentes formes de violences envers les femmes fut l’objet de nombreuses manifestations et de nombreux écrits militants — manifestations de nuit, procès politique, etc. » Le meurtre de Legotien par son conjoint philosophe marxiste et militant communiste survient donc après une décennie de mobilisation féministe au sujet des violences masculines contre les femmes.

    Ce philosophe célèbre qui enseigna à nombre de futures vedettes intellectuelles (Étienne Balibar, Regis Debray, Michel Foucault, Bernard-Henri Lévy, Jacques Rancière) et qui côtoyait des personnalités célèbres (Paul Éluard, Jacques Lacan) semble avoir totalement ignoré — si on se fie à son autobiographie — le féminisme, aussi bien comme mouvement social que comme théorie. Mobiliser l’analyse féministe permet pourtant de rappeler la signification sociologique et politique du meurtre puisque le « privé est politique », d’élaborer une lecture critique de l’explication avancée par le tueur lui-même et ses alliés et de rappeler que la protection sociale dont a joui le tueur de la part de ses alliés n’est pas exceptionnelle quand des célébrités masculines tuent ou violent des femmes.

    En moyenne tous les deux jours en France, un homme tue sa conjointe ou son ex-conjointe. Legotien est l’une de ces femmes assassinées. Il s’agit d’un phénomène social, doté d’une certaine régularité. Les données sont d’ailleurs à peu près constantes depuis plus de vingt ans en France et dans d’autres pays, comme au Canada, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et ailleurs. Déjà en 1977, Questions féministes rappelait que les violences masculines contre les femmes surviennent souvent dans le cadre d’une relation de couple (Hanmer, 2012 [1977] : 98-99). Environ un tiers de ces meurtres de femmes [1] surviennent en situation de séparation ou de séparation annoncée. L’homme décide de tuer sa conjointe ou son ex-conjointe, plutôt que d’assumer qu’elle le quitte et s’émancipe de la relation.

    De l’avis même du meurtrier, Legotien lui avait dit qu’elle voulait le quitter quelques jours avant qu’il ne l’assassine. Dans son autobiographie, Althusser (1994 : 165) relève par des propos pour le moins équivoques son refus de laisser sa conjointe le quitter : « les départs violents d’Hélène, […] je ne pouvais [les] supporter : ils m’étaient autant de menaces de mort (et on sait quel rapport actif j’ai toujours entretenu avec la mort). »

    L’assassin se présente comme une victime de la femme qu’il a tuée, mais qui aurait menacé sa survie à lui, l’homme. Ces propos concordent avec les remarques de spécialistes des homicides conjugaux qui indiquent que « la raison la plus souvent invoquée par les hommes qui ont commis un homicide conjugal est l’incapacité d’accepter la séparation conjugale », les meurtriers déclarant ne pas pouvoir « tolérer la perte de leur conjointe et […] vivre le deuil de la relation. » (Lefebvre et Léveillée, 2011 : 12) Dans son autobiographie, Althusser s’explique ainsi :

    Je ne sais quel régime de vie j’imposai à Hélène (et je sais que j’ai pu être réellement capable du pire), mais elle déclara avec une résolution qui me terrifia qu’elle ne pouvait plus vivre avec moi, que j’étais pour elle un “monstre” et qu’elle voulait me quitter à jamais. Elle se mit ostensiblement à chercher un logement, mais n’en trouva pas sur-le-champ. Elle prit alors des dispositions qui me furent insupportables : elle m’abandonnait en ma propre présence, dans notre propre appartement. Elle se levait avant moi et disparaissait tout le jour. S’il lui arrivait de rester chez nous, elle refusait de me parler et même de me croiser […] j’avais toujours ressenti une intense angoisse d’être abandonné et surtout d’elle, mais cet abandon en ma présence et à domicile me paraissait plus insupportable que tout. (Althusser, 1994 : 279-279)

    La situation semblait dramatique, puisqu’il ajoute : « Elle me déclara qu’elle n’avait plus d’autre issue, étant donné le “monstre” que j’étais et la souffrance inhumaine que je lui imposais, que de se tuer. » (Althusser, 1994 : 279) Selon l’assassin, Legotien lui aurait même demandé de l’aider en la tuant. En cette période, le couple était totalement isolé, au point où il ne répondait plus au téléphone, ni à la porte. On ne répondait même plus aux coups de téléphone du thérapeute qui suivait indépendamment Legotien et Althusser et qui cherchait à les joindre car il savait le couple en crise, ou à tout le moins Althusser pour qui il avait même entrepris des démarches afin qu’il soit hospitalisé.

    Les spécialistes débattent pour savoir si les hommes qui commettent des homicides conjugaux sont des conjoints intrinsèquement violents, ou si un conjoint paisible peut soudainement passer à l’acte et tuer sa conjointe. Les données statistiques ne permettent pas de trancher. L’idée d’un continuum de la violence est tout de même avancée par la recherche féministe pour désigner des situations où la femme assassinée par son conjoint ou son ex-conjoint a été la cible d’une escalade de violence au fil de la relation (Lefebvre et Léveillée 2011 : 12).

    Dans son autobiographie, Althusser lui-même se désignait comme un « monstre » et mentionnait les « perpétuelles disputes » qui l’opposaient à sa conjointe (Althusser, 1994 : 270). Il se confesse : « je lui étais réellement intolérable tant mes provocations et mes agressions ininterrompues lui étaient blessantes, quasi mortelles. » (Althusser, 1994 : 275) La relation était donc non seulement conflictuelle, mais marquée par de la violence, à tout le moins psychologique, sans compter qu’il s’agissait aussi d’une relation inégalitaire à l’avantage de l’homme, en termes de réussite professionnelle, de prestige et d’influence sociale, de réseaux sociaux et affectifs. Il n’était pas déraisonnable que Legotien veuille quitter son conjoint, ni si surprenant que celui-ci réagisse mal à cette volonté d’émancipation.

    http://lmsi.net/La-banalite-du-male-Louis

  • Pour des raisons de lisibilité générale, des spams répétitifs postés en commentaires ne seront pas acceptés. Vous pouvez néanmoins foutre le camp sur vos sites du pouvoir habituels.

  • 25 octobre 00:37
      • Pour des raisons de lisibilité générale, des spams répétitifs postés en commentaires ne seront pas acceptés. Vous pouvez néanmoins foutre le camp sur vos sites de ré-informations, patriotes, nationalistes, religieux.
  • La fachosphère islamophobe gagne du terrain : halte aux promoteurs de haine !

    Nous assistons ces dernières semaines à une offensive sans précédent visant celles et ceux qui défendent les droits, le respect et la dignité de leurs concitoyens musulmans. Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt. Il s’agit d’une nouvelle vague d’islamophobie qui prend prétexte des accusations de viol portées contre Tariq Ramadan, détournées au plus grand mépris des plaignantes pour attaquer celles et ceux qui préfèrent faire émerger du commun et s’opposer au climat de fascisme qui vient.

    C’est ainsi que sont violemment interpellés Edwy Plenel, Edgar Morin et Pascal Boniface, sans parler de la véritable chasse aux sorcières qui vise le PIR et sa porte-parole Houria Bouteldja tout en s’en prenant à la députée de la France Insoumise Danièle Obono. Cette fois-ci encore plus qu’à l’accoutumée, la fachosphère peut compter sur le zèle d’une pseudo-gauche identitaro-laïcarde menée par un Manuel Valls en quête d’existence politique et la mobilisation sans faille de la presse du grand patronat. Que leurs cibles soient d’ailleurs de farouches opposant-e-s au détricotage du droit du travail et à la constitutionnalisation de l’état d’urgence ne relève certainement pas du hasard. Autant faire d’une pierre deux coups.

    Deux déclarations attirent particulièrement notre attention, par ce qu’elles ajoutent d’ignoble et de mortifère à cette dérive. Celle tout d’abord de Michel Onfray : « Concrètement, [les collabos d’aujourd’hui] sont les islamo-gauchistes qu’on trouve ici ou là au NPA, dans la France Insoumise, dans l’aile gauche du PS, au PCF, ou à EELV. Il y en a également dans l’aile gauche des Républicains - chez les juppéistes par exemple. [1] » qui vient ajouter de l’huile sur le feu de l’offensive tout en faisant parler de lui à peu de frais. En assimilant les « islamo-gauchistes » à des « collabos », il fait de l’islam le nouveau nazisme et de ses fidèles des nazis. Avec l’assurance d’un nanti se sachant en pleine conformité avec l’esprit de son temps, Michel Onfray rejoint avec enthousiasme la chasse aux sorcières que livre une certaine classe politico-médiatique contre celles et ceux qu’elle accuse de complaisance avec leur vision fantasmée de l’islam radical ou « l’islamosphère » (sic).

    Et celle, plus récente, de Karl Lagerfeld : « On ne peut pas, même s’il y a des décennies entre, tuer des millions de Juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après », a-t-il déclaré. « Je connais quelqu’un en Allemagne qui a pris un jeune Syrien, qui parlait un peu anglais. Au bout de quatre jours, vous savez ce qu’il a dit à la dame ? "La meilleure invention de l’Allemagne, c’est l’Holocauste." Il était dans la rue la minute qui suit, je vous le dis tout de suite [2]. » Et là c’est l’inconscient qui parle. Ce que nous dit Lagerfeld dans sa première phrase, c’est que l’Europe ne s’est pas débarrassée de tous ses Juifs pour les remplacer par des Arabes ou des Musulmans. La seconde rachète le crime nazi sur le dos des migrants musulmans, désignés comme les « pires » ennemis des Juifs. Ce que contient potentiellement cette déclaration, c’est à la fois la possibilité d’un autre génocide – cette fois contre les nouveaux « intrus » - et l’idée que le grand remplacement serait celui des Juifs par les Musulmans. Et la « solution » est connue.

    Certes Lagerfeld n’a pas la stature d’« intellectuel » de Onfray, mais ce qu’il exprime participe du même air du temps irrespirable. Et il le dit au moment même où 60 000 néonazis, avec des représentants de toute l’extrême droite européenne et américaine, défilent tranquillement dans Varsovie aux cris de « Pologne pure ! » et « Pologne Blanche ! » Juifs et Musulmans ne peuvent que frémir devant l’avenir que ces déclarations et campagnes médiatiques dessinent pour une Europe qui cherche à construire son unité autour du racisme. La bonne nouvelle, c’est que comme les suprémacistes blancs aux Etats-Unis ont réussi par leur racisme tous azimuts à créer les conditions du rapprochement des communautés juives et afro-américaines. Juifs et Musulmans français feraient bien, eux aussi, de saisir leur intérêt commun face à la résurgence des extrêmes-droites européennes.

    En ces temps de brouillage idéologique et de recomposition politique, nous nous devons de faire preuve de la plus grande clarté : l’UJFP sera toujours du côté de celles et ceux qui exigent l’égalité, la justice sociale et le respect des libertés civiles, au côté de nos concitoyens stigmatisés au nom de leur appartenance religieuse réelle ou supposée, ou de leur couleur.

    Le Bureau national de l’UJFP le 14-11-2017

  • 18 novembre 14:53

    C’est en ces termes que l’auteure Henda Ayari a conclu le dixième chapitre de son témoignage « J’ai choisi d’être libre - Rescapée du salafisme en France » (Flammarion-2016). Aujourd’hui, le 20 octobre 2017, presque un an, après la parution de son essai autobiographique, elle décide, à ses dépens, de nommer les choses. L’affaire Harvey Weinstein est passée par là !

    - En effet, dans le sillage d’autres femmes, d’autres célébrités, elle décide de donner une vraie identité au pseudonyme arabe « Zoubeyr » qui, excusez du peu, ne semble pas être le choix du hasard. Au risque de paraître un temps soit peu vulgaire, il faut savoir que dans le dialecte arabomarocain, on utilise trivialement le terme « zoub » pour dire « zizi ». Ainsi le pseudonyme « Zoub-eyr » prend une signification toute particulière. Vraiment désolé pour cette précision qui paraît de mauvais goût et qui a, par ailleurs, toute sa signification dans cette ambiance lourde de conséquences où les affaires d’agressions sexuelles, s’étant tues un temps, se succèdent et se ressemblent : des hommes, de toutes religions, de toutes philosophies, qui se sentent tout-à-coup tout-puissants, de part leurs statuts de premiers rangs (politiques, financiers, professionnels, religieux, ...), abusent en toute impunité des corps de femmes, les condamnant, pour toujours, au silence, à la culpabilisation permanente dans un milieu social peu attentif aux souffrances de ce genre ; les condamnant parfois à commettre l’irréparable contre elles-mêmes pour échapper, mortellement, au déni et au dénigrement.

    - Ainsi, ce qui devait arriver arriva : ce matin, l’auteure Henda Ayari a posté, sur son compte Facebook, ce message : « J’ai été victime de quelque chose de très grave il y a plusieurs années. Je n’ai jamais voulu donner son nom, car j’ai reçu des menaces de sa part si jamais je le balançais. J’ai eu peur. Je lui ai consacré un chapitre entier de mon livre. Beaucoup de gens m’ont contacté pour avoir mon témoignage car ils l’avaient deviné. Je le confirme aujourd’hui. Le fameux Zoubeyr, c’est bien Tariq Ramadan ». Un choc psychologique pour certains. Un ouf de soulagement pour d’autres qui attendaient ce moment depuis bien des années. Dans la foulée, l’auteure dit avoir décidé dès aujourd’hui de « déposer plainte contre Tariq Ramadan ». Désormais, la Justice Française est la seule à pouvoir établir (ou pas) la vérité des faits, recouper les témoignages et prononcer, le cas échéant, les sanctions que prévoit le Code Pénal. Cela permettrait à d’autres femmes de briser à leur tour la loi du silence.

    - Me concernant, il va de soi que j’apporte tout mon soutien à Henda Ayari et à toute femme qui aurait subi une agression sexuelle. Que cette femme s’appelle Henda, Maha ou Majda ou bien d’autres. Je les encourage toutes à oser les procédures pénales et à aller jusqu’au bout de ce que permet l’audace qui, lorsqu’elle s’exprime, n’a que faire des diverses pressions. Une agression sexuelle est une agression sexuelle qui exige que justice soit faite pareillement, au même tarif, que l’auteur présumé en soit un islamiste ou pas. Personnellement, bien que je sois mis au courant, accessoirement, de certaines affaires, relatives au registre des agressions sexuelles, qui impliqueraient des islamistes notoires, en France comme à l’étranger, je me suis toujours imposé la règle de ne jamais en faire état, explicitement, dans mes écrits. Parfois, j’en faisais allusion furtivement, envoyant de la sorte des messages implicites à ceux qui savent tout et qui doivent agir au nom du droit commun.

    - Je considère que mon créneau est celui du décryptage pédagogique de l’idéologie islamiste, de ses structures, de ses agents d’influence, de ses cavernes dorées, de ses prédicateurs, de ses réseaux aériens et souterrains en France et ailleurs. Et ce, pour que tout citoyen puisse comprendre les vrais enjeux sociétaux, à moyen et à long terme, si on laisse à l’islamistosphère le champ libre pour ses projections. Certes, en l’absence de preuves matérielles — dont l’obtention dans de telles situations est de l’ordre de l’impossible — la sagesse me dicte une sorte de prudence qui n’est en aucun cas synonyme de lâcheté. D’ailleurs, ce ne sont hélas pas les procès "en diffamation" qui me manquent, même si je n’ai perdu aucun d’eux jusqu’à aujourd’hui. Je me dis que, à mon niveau, je réponds, me semble-t-il, à un besoin d’intérêt général, d’analyse et d’alerte. Après, à chacun(e) d’assumer aussi sa part de ce devoir citoyen partagé en ces temps troubles. Surtout ceux qui savent et qui peuvent agir fermement mais qui, dans certains cas, préfèrent regarder ailleurs dans un cynisme froid et calculateur.

    Maintenant que cette question se pose et s’impose à notre conscience collective, l’impunité de ces islamistes, présumés coupables de crimes sexuels, ne doit bénéficier d’aucune tolérance. Le cas présumé de Tariq Ramadan ne serait pas, à ma connaissance, le seul cas à citer. La Justice doit donc s’en saisir, aujourd’hui plus qu’hier, pour tirer le vrai du faux.

    Enfin, je le dis à des amis et je le répète ici : l’islamisme ne tombera pas, en France comme ailleurs, à cause de son idéologie qui semble bénéficier d’une certaine bienveillance des autorités françaises. Il tombera à cause de ses forces qui sont en même temps ses faiblesses. Je parle de ses « propres » agissements et corruptions, liés à deux tentations majeurs : l’argent et le sexe. Il n’est plus question de mettre la poussière sous le tapis ... de la prière !

  • Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16073

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16074

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16081

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie
    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16058

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article15874&lang=fr

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article15877&lang=fr

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article15879&lang=fr

    Article refusé.

    Publié : le samedi 18 novembre 2017 à 01:58 par modo

    un article coupé de sa source et de ses illustrations pro-charlie n’a pas sa place sur indymedia nantes. c’est bonn y’a assez de mainstream pour défendre leur "liberté de publier" bien loin de toute solidarité avec les médias libres attaqués par l’état...

    https://nantes.indymedia.org/articles/39171

    Article refusé.

    Publié : le samedi 28 octobre 2017 à 13:52 par modo

    Refuser comme le précédent, pour les mêmes raisons : encore une fois, Fourest n’est pas la bienvenue ici.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38966

    Article refusé.

    Publié : le samedi 28 octobre 2017 à 18:03 par modo

    Toujours pour les mêmes raisons.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38967

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 29 octobre 2017 à 22:58 par modo

    trollage / spammage / harcèlement.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38980

    Article refusé.
    Publié : le lundi 30 octobre 2017 à 10:58 par modo

    harcèlement de troll

    https://nantes.indymedia.org/articles/38983

    Article refusé.

    Moderation

    Publié : le dimanche 12 novembre 2017 à 00:01 par modo

    ça fait un moment maintenant qu’on laisse "VSGCI" critiquer à sa guise tout ce qui n’est pas CCI sans intervenir, mais là, faut intervenir à nouveau. critiquer ne veut pas dire cracher, mépriser, encore moins traiter les gens d’autistes : ça n’est pas une insulte mais du validisme et de toute façon les insultes ne sont pas admises par ici. merci de faire attention à ne pas tout confondre.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38724#comment-283936

    Article refusé.

    Publié : le mardi 31 octobre 2017 à 11:55 par modo

    SPAM

    https://nantes.indymedia.org/articles/38995

    Article refusé.

    Publié : le mardi 31 octobre 2017 à 20:39 par modo

    assurément une belle tentative de troller

    https://nantes.indymedia.org/articles/38998

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 1 novembre 2017 à 02:38 par modo

    trollage

    https://nantes.indymedia.org/articles/39000

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 8 novembre 2015 à 15:40 par modo

    Ouaip, poubelle.
    Coleman dénonce que " LES « sionistes » cela n’existe pas", mais dénonce aussi les antisionistes, qui semblent se limiter à Stambul, voire l’UFJP.
    A Indy Nantes on soutient la lutte palestinienne, et cet article est trop malhonnète pour alimenter un débat compliqué.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32335

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 10 juin 2016 à 14:38 par modo

    Mettre dans le même panier un ensemble de gens qui veulent combattre le racisme, en focalisant sur la position d’une des composantes (le PIR) est assez malhonnète. Reconnaître l’existence du concept de "race" chez une partie de la population qui l’emploi dans un but de domination et d’exploitation ne veut pas forcément dire qu’on valide l’existence ce concept. L’argument de l’interclassisme est une des grands classiques lorsqu’on parle des tentatives d’organisation en non-mixité, les féministes l’ont déjà bien entendu de la part des parternalistes. Enfin, parler de "colonisation" des représentations, c’est plutôt dégueulasse.

    https://nantes.indymedia.org/about/Racisme?page=5

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 27 mai 2016 à 16:10 par modo

    Merci au Remouleur d’être intervenu, je me doutais vaguement d’un truc comme ça à la lecture de l’intro et surtout la certitude d’un énième import de conflit avec l’avalenche de commentaires, sauf que vraiment pas le temps de chercher plus loin.
    Du coup comme on a pour principe de pas modifier les textes, je le refuse.
    Pour infos aux personnes qui s’amusent à troller indymedia nantes on va prendre de moins en moins de gants et d’attention histoire de retirer un maximum de votre nouriture.

    https://nantes.indymedia.org/articles/34746

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 14 septembre 2017 à 15:31 par modo

    Les articles sur l’antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
    Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme".
    Comme nous l’avons déjà exprimé lors d’un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l’usage de ces mots, d’origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38448

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 6 septembre 2017 à 10:18 par modo

    Troll
    Les articles sur l’antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
    Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme".
    Comme nous l’avons déjà exprimé lors d’un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l’usage de ces mots, d’origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38494

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 26 juillet 2017 à 17:42 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    Ceci n’est pas un article...

    https://nantes.indymedia.org/articles/38258

    Article refusé.

    Publié : le mardi 3 novembre 2015 à 13:46 par modo

    Article refusé. Critiquer c’est bien, mais se baser sur des amalgammes et des propos mensonger pour les mélanger avec des faits réels et ainsi faire du confusionisme, c’est non.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32296

    Article refusé.

    Publié : le lundi 30 novembre 2015 à 15:29 par modo

    Article refusé et commentaires invisibilisés.
    Tant que Yves Colleman, mondialisme.org, non fides entretiendront une polémique stérile sur le mode confusionisme en orientant toutes leurs publications sur les "vilain-e-s faux anarchistes libertaires qui ne condamnent pas le PIR et les vilain-e-s PIR qui ne représentent personne, ne sont personne mais font exister le pire risque de la terre de l’univers : le racisme anti-blanc" (et encore je fais court), ils ne seront plus les bienvenus sur indymedia nantes pour ce qui me concerne.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32523#comment-274475

    Article refusé.

    Publié : le mardi 25 juillet 2017 à 23:03 par modo

    Ceci n’est pas un article... et sans doute un trollage.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38255

    Article refusé.

    Publié : le mardi 25 juillet 2017 à 22:53 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38254

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:37 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38190

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:39 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38189

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:41 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38188

    Article refusé.

    Publié : le samedi 15 juillet 2017 à 15:56 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38186

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:38 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38185

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:39 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38182

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 13 juillet 2017 à 23:01 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38172

    Article refusé.

    Publié : le mardi 11 juillet 2017 à 21:01 par modo

    TROLLAGE RELOU.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38158

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 7 juillet 2017 à 15:21 par modo

    spam de trollage....

    https://nantes.indymedia.org/articles/38140

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 6 juillet 2017 à 23:13 par modo

    trollage..................

    https://nantes.indymedia.org/articles/38135

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 6 juillet 2017 à 23:06 par modo

    trollage. les explications ont été données à chaque fois. Les "anti-racialistes" et les trolls n’ont pas leur place sur indymedia.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38133

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 6 juillet 2017 à 23:05 par modo

    trollage. les commentaires qui nourrissent le(s) troll(s) ont été viré aussi.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38132

    Article refusé.

    Publié : le mardi 4 juillet 2017 à 15:37 par modo

    spam trollesque....

    https://nantes.indymedia.org/articles/38123

    Article refusé.

    Publié : le mardi 4 juillet 2017 à 16:53 par modo

    trollage

    https://nantes.indymedia.org/articles/38117

    Article refusé.

    Publié : le samedi 1 juillet 2017 à 21:51 par modo

    spam.

    pour rappel : " sauf à dénoncer PLUSIEURS types de courants politiques et/ou types de courants religieux oposés à l’émancipation, en l’état un tel article n’est qu’un trollage islamophobe de plus.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38115

    Article refusé.

    Publié : le samedi 1 juillet 2017 à 21:53 par modo

    Enième trollage.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38114

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 30 juin 2017 à 19:27 par modo

    ce compte-rendu technique de quelques partis trop bien choisis n’a pas de rapport avec indymedia nantes. sauf à dénoncer plusieurs types de courants politiques et types de courants religieux oposés à l’émancipation, en l’état un tel article n’est qu’un trollage islamophobe de plus.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38109

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 28 juin 2017 à 22:33 par modo

    Trollage confusioniste.

    Les amis de Juliette et du printemps semblent avoir du temps à perdre à faire passer pour "identitaires" "racistes" toute personne personne qui diffuse des textes qui ne lui reviennent pas
    nous on a autre chose à faire que faire des enquêtes de purisme des auteurs de la Fabrique qui publie bien ce qu’elle veut. et faire un raccourci "PIR, LMSI, BDS, CRAN" est assez puant.
    Pour faire court, les "anti-racialistes" ne sont pas les bienvenus sur indymedia nantes.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38096

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 22 juin 2017 à 20:12 par modo

    HAAAAAAAAA les joies du trollage... mais allez jouer ailleurs au lieu de semez vos gerbes anti palestinien-ne-s ici.... On vire un commentaire du même troll pour le coup encore plus gerbant.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38053

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 16 juin 2017 à 07:08 par modo

    Trollage. Z’avez vraiment que ça à faire ?

    https://nantes.indymedia.org/articles/38009

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 15 juin 2017 à 12:32 par modo

    Vieux texte de Novembre 2016 posté ici manifestement dans le but de troller.
    Un commentaire pas tellement plus fin a également été caché.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38002

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 16 juin 2017 à 17:51 par modo

    Les articles sur l’antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
    Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme". Comme nous l’avons déjà exprimé lors d’un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l’usage de ces mots, d’origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.

    https://nantes.indymedia.org/articles/37999

    Article refusé

    Publié : le dimanche 11 juin 2017 à 17:09 par modo

    Nouvel extrait du brulot "la race comme si vous y étiez", dont plusieurs extraits confusionistes sur la racisme ont déjà été refusés. De plus ces publications servent visiblement de défouloir en comentaires à une / des personnes de Paris qui se comportent en trolls et feraient mieux de régler une fois pour toutes leurs problème sirectement plutôt que troller partout...
    Un autre commentaire sur notre position comme collectiif quand à la lutte des personnes racisées sera ajouté bientôt.

    https://nantes.indymedia.org/articles/37976

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 8 juin 2017 à 21:27 par modo

    en fait c’est un copié-collé d’un vieil article uniquement là pour troller et nous faire astturer sur le sujet, donc hop, refusé !

    https://nantes.indymedia.org/articles/37951

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 20 novembre 2015 à 12:43 par modo

    Encore un texte en provenance de Non Fides qui, sous couvert de critiquer la religion, ne s’en prend qu’à une partie très ciblée des "religieux". En poussant un tout petit peu plus loin la rétorique simpliste, pourquoi ne pas dire que tous les humains, avec tous leurs types de croyances qui ne sont pas que religieuses, sont compromis dans les attentats terroristes ? La boucle serait bouclée autour du nombril et Non fides commencerait peut-être à pratiquer un peu d’auto-critique pour, qui sait, enfin abandonner l’élitisme crasse du statut d’élus de la seule vraie pensée pour lesquels ils tentent désespérément de se faire passer.

    En attendant ce type de texte assimilant, par la monomanie et la confusion, exclusivement tous les musulmans pour de potentiels terroristes, est bien évidemment refusé.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32428

    Cet article est refusé :

    Rappel des [principes de publication sur Indymedia Grenoble->

    Sont refusées, mais restent consultables sur le site, les contributions :
    défendant des thèses conspirationnistes/complotistes/confusionnistes.

    « Cette idéologie séparatiste insufflée par le NPA et le Qatar »

    C’est moi, ou ça pue le confusionnisme ? ou, à tout le moins, un certain manque de contextualisation et d’argumentation qui peut faire passer l’article comme tel ?

    Par ailleurs, Indymedia en général et Indymedia Grenoble en particulier ne me semblent en général pas particulièrement être un endroit où se défendent les « principes républicains ».

    En plus la page Facebook donne plus l’impression d’être une vaste blague qui cherche à se moquer des anti-racialisateur sur le mode du Gorafi, mais… en fait il semble qu’il s’agisse vraiment de gens sérieux (et si c’est en effet le cas, ils sont vraiment cons). Ça fait un peu peur.

    https://grenoble.indymedia.org/2017-07-06-Defendre-la-liberte-d-expression

    Cet article est refusé :

    Article copié/collé depuis Indymedia Bruxelles et Indymedia Nantes, par ailleurs classé dans aucune catégorie.

    Indymedia Grenoble n’est pas un réceptacle à articles copiés-collés, ni mediaslibre.org, ni rezo.net. Merci d’avance de prendre ceci en compte !

    Nous voulons vraiment re-privilégier fortement la production d’une information locale et d’articles originaux.

    Nous tenons à rappeler que la masse de contenus non-appropriés à modérer est l’une des raisons pour laquelle l’équipe précédente a fini par abandonner le site l’année dernière, avant de passer la main.

    Il serait courtois de la part des « contributeurs » d’en prendre compte.

    Merci d’avance.

    https://grenoble.indymedia.org/2017-06-29-Les-positions-bourgeoises-de-l

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top